Cult Of Luna – Somewhere Along the Highway

22 Commentaires      2 014
Style: post-hardcoreAnnee de sortie: 2006Label: Earache Records

Après une trilogie imparable conclue par un mythique Salvation amorçant un virage plus éthéré, ce serait un euphémisme que de parler d’une monstrueuse attente vis à vis de ce quatrième opus des suédois de Cult of Luna. Les leaders, entres autres, du genre communément appelé post-hardcore ont su gérer au mieux leur trajectoire, celle-ci ne faisant que s’élever au fil des années dans le ciel du rock contemporain.

Somewhere Along The Highway va-t-il décevoir? Dans quelle mesure innove-t-il? Les fashioncoreux d’Umea ont-ils réussi à sortir un disque à la hauteur de ce qu’ils ont déjà pu faire? Ont-ils fait mieux? Autant de questions en suspens, autant de questions auxquelles on devine les réponses sans même avoir écouté une seule note du disque ou sinon les seuls extraits proposés sur myspace : non le groupe ne déçoit pas, oui le groupe a réussi à faire aussi bien. De là à dire si le groupe a sublimé le genre et sa musique (ce dont il a les capacités), il est bien difficile de se prononcer.

Pourtant, n’y allons pas par quatre chemins: ce disque est ENORME. Cult of Luna n’a pas changé de visage. Non. Celui-ci a juste encore un peu plus mûri, comme il l’a toujours fait d’un album à l’autre. Le groupe continue sur la lancée amorcée avec Salvation : plus mélodique, plus ambiancé, autrement lourd et moins saturé. Souvenons-nous: l’élément à ne pas avoir mué sur Salvation était la voix, toujours hurlée. L’incursion d’une voix posée sur « Crossing Over » laissa des marques indélébiles et semblait alors montrer la voix à suivre. Le groupe a apparemment suivi ce chemin puisqu’une c’est une voix parlée tout en vocoder qui nous chuchote les premiers mots de Somewhere Along the Highway. Très Mogwai dans l’ambiance.

La production est parfaite, comme d’habitude avec Magnus Lindberg. Le son de batterie est peut-être plus sec qu’à l’accoutumé, ce qui n’est en rien gênant, au contraire. Cela fait gagner de la personnalité au son global.

Le reste suit son cours. Cult of Luna a encore cultivé et arrangé ses allées post-rock pour mieux les faire cohabiter avec sa lourdeur insurmontable. Les instrumentaux se jouent de sonorités aériennes, de rythmes pesants et cultivent la torpeur comme rarement un groupe ne l’a réussi.

Bien sur il y a de la redite, certains moments de déjà vu. Mais ils sont toujours exécutés avec brio et sont judicieusement placés, sans jamais faire oublier les avancées du combo (par exemple la dark country langoureuse de « And With Her Came The Birds »). On a pu reprocher à Salvation le choc trop frontal entre les passages légers et les plans pachidermiques; ce défaut (pour certains) est à mettre au placard puisque les deux sont maintenant admirablement liés. Nous sommes maintenant dans l’ère du « et », non plus celle du « ou ». Les sentiments ne sont plus opposés, ils sont mêlés; ils nous noient dans la grisaille d’une forêt nordique: celle où l’album a été enregistré.

Encore un peu plus post-rock, toujours un peu mieux. Il me tarde de voir ces titres en live, et il me tarde déjà d’entendre leur cinquième album tant j’espère LE disque de Cult of Luna ; celui qui mettra plus que tout le monde d’accord, celui qui rayonnera à travers les genres et les générations.

Au premier abord légèrement déçu par le trop peu de nouveauté mais immanquablement séduit par la maîtrise et les compositions, je suis resté figé à l’écoute de la dernière chanson d’un quart d’heure. Au final je ne peux que conseiller l’achat de cet album et le déplacement en salle car ce disque promet de belles et longues heures de trip.

L’un des disques de l’année. Les yeux fermés.

  1. marching to the heartbeats
  2. finland
  3. back to chapel town
  4. and with her came the birds
  5. thirtyfour
  6. dim
  7. dark city, dead man

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

22 Commentaires

  1. sano says:

    faut absolument que je l’écoute!

  2. nouncy says:

    et oubliez pas la tournée nom de diouuuuuuuuuu ahahah
    3 mai rennes
    4 mai paris
    5 mai bordeaux
    6 mai lyon
    ;-)

  3. MXDTC says:

    vu en live la semaine passée, ils sont toujours aussi bon!
    dommage qu’ils ne vendaient pas le « soi disant vynil pressé à 500exemplaires et vendu uniquement sur la tournée »

  4. wakos says:

    Excellent skeud qui est de plus en plus génial au fil des écoutes …

  5. pearly says:

    boarf. bof bof bof…
    déçu moi…. pour la première fois je ne trouve pas leur musique personnelle, j’ai la sensation de déjà-vu ailleurs et chez eux… un bon album, certes, mais pas suffisamment pêro pour moi….
    Non, définitivement, je regrette les débuts, et je regrette cette évolution que je trouve un peu « bateau »

  6. FireCat says:

    Fantasme : ce serait cool que ce groupe compose des albums par paires. Les deux premiers apocalyptiques et intenses, le 3eme et le 4eme plus légers dans une opique musicale différente… Allez fautes 2 autres albums dans un style différents ! Mettez votre zik à de ‘electro ou du jazz je sais pas :)

  7. FireCat says:

    Ah ouais et je l’ai pas encore pris parce que manque de thune :/ Mais j’ai écouté en stream et il ya de la redite, mais tres bien composée et magnifique.

  8. damienluce says:

    Entiérement d’accord avec pearly, mais t’inquiètes Cult and co évolueront quand les maîtres neurosiens le feront !!!

  9. kollapse says:

    @damienluce : Mhhh pas d’accord, l’évolution de groupes comme COL – et Isis par « extension » – n’ont rien de similaire à celle de Neurosis…Autant ce dernier est une influ, autant ils suivent une démarche indépendante de la leur. Ne pas reconnaître ce fait, c’est donc renier la particularité de COL et Isis. En quoi « Panopticon » ou « Salvation », par exemple, ont avoir avec « times of grace » ou « the eye of every storm » ? Faut y aller pour trouver des similitudes… De plus COL incorporent de plus en plus d’éléments provenant du post-rock (Sigur Ros n’est pas loin par moments), or Neurosis point du tout, ton raisonnement ne tient donc pas la route.
    Pour ce qui est de ce nouvel album, je m’exprimerai dessus dans quelques temps, mais j’ai assez bonne impression.

  10. fewz says:

    cet album est beaucoup post-rock… comme l’a dit Kollapse Sigur Ros n’est pas très loin par moments, et il en est de même pour mogwai et même Mono, enfin du post-rock quoi dans la plus pure école du style… c’est plus uniuquement du repompage de Neurosis ou d’Isis comme on a pu le dire et/ou penser à une certaine période… Cult of Luna est Cult of Luna… enfin bon n’allons pas encore une fois nous embourber dans ce débat stérile.

  11. damien luce says:

    Je ne suis pas d’accord avec vous, mais chacun voit midi à sa porte !!!

  12. sickman says:

    vous comptez annoncer bientôt les gagnants du concours des places du concert de COL ? c’ets juste pour prévoir d’acheter des places si on est perdant avant que ça soit complet. :)

  13. zurb says:

    mmm…. je trouve justement que « the eye of every storm » de Neurosis est très inspiré post-rock, et je vois, contraiement à ce qu’a dit Kollapse, une similitude dans les structures, dans l’émotions et la manière de faire entre Neurosis et Cult Of Luna. Certes ce n’est peut-être pas frappant pour ceux qui découvre depuis peu ces 2 groupes, mais pour ceux qui suivent ces groupes depuis de nombreuses années remarqueront peut-être cette évolution. Certainement qu’ils ne se copient pas, mais suivent une évolution en parallèle. Si l’on écoutre « Mosquito Control » ou « Celestial » d’Isis, et tous les Neurosis avant « the eye of every storm » on y trouve pas de « mélodie à la post-rock » ou que très peu. Mais tous ces groupes suivent la même évolution pour parvenir à ce qu’ils sont maintenant. Enfin, c’est mon avis…

  14. damien luce says:

    C’est clairement cela !!! Bravo Zurb !!!

  15. fewz says:

    avec ou sans neurosis, ces groupes auraient amené du post-rock dans leur musique… je vois pas le truc…

  16. kollapse says:

    On est d’accord Fewz ^^

  17. rémi says:

    alors mets-toi au post-rock Fewz ;-)

  18. fewz says:

    @rémi: je suivrai ton conseil avisé :p

  19. Devin says:

    Ca fait bien 4 ans que je connais Neurosis et Isis et à part une évolution vers le moins heavy (encore que , le prochain Neurosis sera le plus heavy depuis Through Silver in Blood d’après le groupe) les deux groupes n’ont vraiment RIEN en commun à mon avis (ça me tue de les voir toujours alignés..) . Chez Neurosis , l’aspect torturé est un fil rouge , le groupe repousse les limites (et non pas ses limites) à chaque album , ils ont vraiment une démarche expérimentale naturelle et ont été les instigateurs d’une des pages les plus importantes des 90’s. Isis sont différents , ils évoluent vers quelque chose de plus en plus organique et limpide tout en conservant la distortion comme composante majeure de leur son , qui ne ressemble pas à CoL comme je le lis souvent (basse au premier plan et dynamique , passages saturés rouleaux compresseurs même sur Panopticon , vocaux moins unidimensionels) . Le seul parallèle que je vois entre CoL et Neurosis c’est que les deux ont déveoppé par le passé des univers ‘mutilés’ avec une approche rugueuse et hostile. CoL avec SATH se rapprochent à mon sens d’un post-rock ’emo’ avec une touche rock . Quant à la part de post-rock chez Neurosis c’est plus que marginal si on peut appeler ça du post-rock. Un raccourci facile et faux selon moi.
    Pour finir , je suis déçu l’évolution émo de CoL ,pas encore flagrante sur Salvation qui restait très sombre et un peu surpris de l’enflammage général.

  20. damien luce says:

    Arffff, aprés plusieurs écoutes, je vais revenir sur ce que j’ai dit. Grâce à la chanson « and with her came the birds » et son ambiance de western hanté. J’avoue m’être planté, c’est un bon album avec sa propre personnalité.

  21. Earthy51 says:

    Sans vouloir apporter au débat CoL, Isis, Neurosis…ces groupes manifestent une évolution ‘similaire’ vers une épuration de leur musique, probablement en privilégiant les atmosphères plutôt que la massivié de leur son antérieur. Bien qu’ayant attendu cet album comme une suite directe de ‘Salvation’ je ne suis pas déçu par cet album, même s’il m’aura fallu plusieurs écoutes pour y entrer totalement. Le groupe a pris le parti d’une production plus crue qui désert à merveille les compositions (plus déroutante sur les morceaux plus incisifs certes…) et réussi au final à hisser ce ‘Somewhere along the highway’ aux côtés de ‘Salvation’ ou ‘The Beyond’ sans tomber dans la redite. (sorry pour la probable inutilité de ce post)

  22. Obsolete says:

    album exellentissime ;p ,vous devriez chroniquer aussi l’album d’ IRA « The body and the soil » vraiment bien aussi ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *