Keep Of Kalessin – Armada

14 Commentaires      2 329
Style: black metalAnnee de sortie: 2006Label: Tabu

Keep of Kalessin ou l’histoire pas comme les autres d’un groupe pas comme les autres. Repartons un peu en arrière, en 2003 précisément. Cette année là, le groupe sort un mini-cd, Reclaim (téléchargeable entièrement sur leur site, ce que je vous conseille de faire). A cette époque le groupe est un all star band hallucinant. Jugez plutôt : Attila (Mayhem) au chant, Frost (1349, Satyricon …), et Obsidian (guitariste live de Satyricon). Le résultat était à la hauteur du line-up et beaucoup se sont mis à attendre l’album de ce groupe de rêve. Or pas de bol, la distance entre les compères étant trop importante et compte tenu de leurs obligations respectives dans leurs groupes, le line-up ne peut pas tenir et le groupe implose à la stupeur générale en 2004. Mais Obsidian est du genre obstiné et va poursuivre son projet en recrutant des petits nouveaux mais aussi un ancien (Vyl, étant le premier batteur du groupe) et en écrivant d’arrache pied pour finir son album entre les tournées de Satyricon. Bref 2006, Armada sort, Keep of Kalessin n’est plus un all star band et seul Obisidian peut encore provoquer l’ « effet sticker » tant à la mode par les temps qui courent. J’étais donc le premier à ne pas donner cher de la peau de KoK et de cet Armada et il est possible que sans réception du promo dans les papattes je n’aurais pas prêté attention à ce groupe. Quelle erreur j’aurais commis bordel.

Le premier contact avec le cd est excellent, la pochette est magnifique et les photos promos du groupe tout à fait classes. Le disque, quand à lui s’ouvre sur la traditionnelle intro d’une minute, chère à nos blackeux contemporains. Pourtant cette fois je dois dire qu’elle est astucieuse cette intro et fait monter crescendo la furie qui va s’abattre sur le coin de notre pif dès les premières secondes de musique. Parce qu’en effet, rarement un groupe n’aura défoncé la tronche dès les premières minutes, dès les premiers morceaux. Les deux premiers morceaux de cet album sont tout simplement des bombes. Mention spéciale à « The Black Uncharted » avec son refrain et son interlude presque flamenco original et bigrement efficace. Comme une preuve que l’absence de Frost derrière les fûts n’est pas dramatique, « Crown of the Kings » s’ouvre sur une démonstration de roulement ma foi de fort bonne facture. Mais évidement ce que l’on redoute c’est le remplacement d’Attila puisque malgré tout le bonhomme est un sacré vocaliste. Thebon (c’est son petit nom) débute discrètement sans montrer de suite l’étendue de son talent et même si son timbre black est convaincant c’est quand il incorpore des éléments des voix claires, voire même quand il passe complètement en voix claire sur les refrains qu’il est le plus surprenant. Donc, même si le début du disque laisse penser qu’on aura affaire à «un groupe de black de plus», bien malheureux celui qui lâcherait l’affaire et irait voir ailleurs. Ne serait ce que pour aller au bout de l’album et avoir la plaisir d’entendre le fabuleux « The Wreath of Darkness ». Bref, après un début qui laisse penser que le groupe va s’essouffler et perdre sa crédibilité, on comprend qu’on se plante et que du début à la fin, on va en prendre plein la tronche.

Avec des morceaux généralement assez longs, la bande se permet des élaborations complexes et des structures alambiquées reposant essentiellement sur les parties de guitares. Il est d’ailleurs assez aisé de remarquer que Obsidian, guitariste de son état donc, compose tout tant la guitare tient un rôle central dans la majorité des morceaux. Il suffit pour s’en convaincre d’écouter les débuts de « Many We Are » et de « The Wreath of Darkness » par exemple pour comprendre que la guitare est bel est bien en avant et au passage qu’Obsidian est loin d’être manchot. Il est d’ailleurs notable de constater la présence de nombreuses « couches » de guitares. Difficile de donner un réel chiffre mais l’impression de déluge de riffs est belle et bien là. La production quant à elle est tout simplement atomique, laissant à chaque instrument l’occasion de s’exprimer pleinement sans jamais virer à la bouillie sonore ce qui aurait été si simple avec ces enchevêtrements de guitares dont je parlais à l’instant.

Bref Keep Of Kalessin nous offre ici un album de très haute tenue, apportant un réel second souffle à une scène norvégienne qui peine à garder son statut de leader en black métal après les arrêts successifs d’Emperor et Immortal et les déroutes de Darkthrone ou de Vreid. Alors évidemment on pourra toujours dire que KoK n’invente pas quelque chose, qu’il n’y a rien de révolutionnaire dans cet album. Et c’est vrai, c’est ce qui explique les quelques points en moins d’ailleurs, mais ceci n’enlève en rien la qualité de la bête qui reste un excellent disque de black comme la Norvège peine à nous sortir depuis un moment.
En tout cas contrat pleinement rempli pour Obsidian qui, malgré un cahier des charges bien compliqué aura réussi sa mission : propulser KoK sur le devant de la scène. A mon avis cela devrait être largement faisable avec Armada

  1. surface
  2. crown of the kings
  3. the black uncharted
  4. vengeance rising
  5. many we are
  6. winged watcher
  7. into the fire
  8. deluge
  9. the wreath of darkness
  10. armada
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

14 Commentaires

  1. dah-neir says:

    Evidemment « réceotion » n’étant pas un mot français, il faut lire « récePtion ». Ca marche mieux

  2. Florent says:

    Bien d’accord avec toi (c’est suffisamment rare pour être notifié) ! Bon disque que j’écoute avec toujours autant de plaisir, puissant, mélodique, dense. Ca le fait !

  3. pearly says:

    il FAUT que je me procure cet album !

  4. Julien says:

    Wo, le titre en écoute sur leur site est très bon, bien la partie « folk » !

  5. Ellestin says:

    C’est mastoc et excellement exécuté certes, mais je trouve ca un peu sans vie la plupart du temps. le fameux titre « The Black Uncharted » que tout le monde encense ne me fait rien du tout – pour toute la puissance et la prolificité technique les idées restent franchement bateau, la partie acoustique ouais bof… impression d’avoir écouté la même chose 30 fois avec davantage d’émotion. Le côté thrashy est franchement bien envoyé mais c’est pas suffisant sur l’ensemble… Enfin je préfère qu’un groupe comme ca « fasse la mode » plutôt qu’un Dimmu Borgir.

  6. krakoukass Krakoukass says:

    J’adore! C’est vrai que j’ai mis un peu de temps à me foutre dans le bain mais là je suis conquis. L’album de black de l’année pour moi, c’est typiquement le genre que j’affectionne.
    18/20

  7. darkantisthene says:

    je suis en train d’écouter le mp3, je rejoins l’avis d’ellestin et prédis que le prochain album sera (encore plus) death mélodique. Comentaire à déterrer pour éventuellement me donner tort et me faire passer pour un piètre devin, je prends le risque !

  8. Devin says:

    J’écoute le mp3 et à peine deux secondes après les premiers blasts la case ‘vitesse de croisière’ s’est allumée dans ma tête. Pige pas.. mais c’est bien joué pas de doute.

  9. dah-neir says:

    Je comprends pas ton commentaire Devin… :-s

  10. darkantisthene says:

    le monsieur veut te dire que c’est trop convenu et qu’il ne comprend pas le buzz fait autour de cet album tout en reconnaissant la qualité d’exécution. et le monsieur a raison :D

  11. krakoukass Krakoukass says:

    N’importe quoi bande de mauvaises langues! Ca déchire! Un des top de l’année pour ma pomme…

  12. Lebo says:

    Je profite de l’itw…
    Plusieurs mois après sa sortie, je l’ecoute toujours avec autant d’enthousiasme!
    un 18/20 facile !
    C’est très rock et thrashy. KoK est au BM ce que The crown est au DM…

  13. Auroralightless says:

    Bah alors c’est quoi ce ramassis de gens qui font des chichis pour dire qu’on a entendu ca des dizaine de fois avec plus d’attention, mais alors on croit rêver. Tu m’éttones que la scène black métal le casse la gueule avec ce genre de groupe qui sorte des lbum digne d’un anthem to the welkin at dusk et que tout le monde dis c’est sans âme. franchement faut arréter d’écouter du métal extrème. Keep of kalessin, album de l’année 19/20 qu’on me défie de trouver un album plus efficace que Armada…

  14. darkantisthene says:

    digne d’un anthems ?? ils ont le net maintenant dans les asiles ? :D

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *