Gregor Samsa – 55 12

9 Commentaires      1 424
Style: post rockAnnee de sortie: 2006Label: Own Records

Gregor Samsa ou le post rock dans toute sa splendeur. C’est ici un disque contemplatif que vous vous apprêtez à découvrir; Un disque avec ce qu’il faut de pesanteur, de fumigène, de grâce et de beauté pour nous faire perdre pied plus que l’espace d’un instant. Un condensé excellemment digéré de toute une tradition.

Leur précédent EP 27:36 avait fait grande impression et avait été salué par la presse spécialisée. Cet album est tout aussi remarquable, voire même davantage. En effet, les américains charment sans mal grâce à une formule empruntant autant à l’ambiant, à l’indie, au shoegazing et, plus globalement, au post rock.

Ecouter Gregor Samsa c’est se mettre en parenthèse, c’est s’extraire du monde. Un monde où le temps n’aurait plus droit de citer, sinon très lentement. Un monde fait d’un brouillard cotonneux, d’une lumière à peine éclairante, d’une pénombre onirique propice aux divagations de l’esprit. Un univers également, comme je l’ai écrit plus haut, peuplé et/ou inspiré des figures tutélaires du style, que je ne citerai pas une fois de plus.

Portés par une instrumentation organique ambiant/minimaliste et un couple (mixte) de voix idéal et évident, les américains ont largement de quoi nous renvoyer tant au plus profond de nous-mêmes que sur ces sommets brumeux assimilables aux Highlands écossais tels qu’on peut nous les montrer dans les films. Lors de ses chevauchées godspeedienne, à cheval ou en tapis volant, le quintet nous fait une place de choix sur son destrier mais c’est davantage lors des flottements d’altitude que le groupe excelle (« Young and Old »).

A l’instar de groupes comme Mono, les chicagoans ne brillent pas forcément par leur innovation mais par leur talent à s’approprier un créneau déjà bien balisé sans ennuyer; mieux, ils le portent aux nues et parviennent à poser une balise frappée de leur nom: signe distinctif entre les groupes qui comptent et les autres.

  1. makeshift shelters
  2. even numbers
  3. what i can manage
  4. loud and clear
  5. the points balance
  6. young and old
  7. we’ll lean that way forever
  8. lessening
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

9 Commentaires

  1. Ellestin says:

    ah ben voilà, je découvre le groupe et le lendemain la kro arrive, ca c’est du neuromarketing comme je l’aime :o)
    nota bene: j’adore!!!

  2. So says:

    Thanks to Hell’s Titine, me suis endormie en écoutant l’album sur leur site. Chouette chronique, vraiment, le ressenti est joliment exprimé, et colle tout à fait à ce que j’ai expérimenté.

  3. fewz says:

    merci à vous. ah merde! je savais que Young and Old était en téléchargement, ça tombe bien!
    Je tiens à préciser que je m’en veux beaucoup de les avoir râter lors de leur passage récent à Paris. C’était énorme à ce qu’on m’a dit… grrhh!!!

  4. fewz says:

    edit du post précédent: ‘ »je savais PAS que Young and Old était en téléchargement, ça tombe bien! » ;)

  5. XXuK says:

    Excellente chronique. J’achète de suite et te fait entièrement confiance Fewz. De plus, le titre en écoute est… divin, voluptueux au possible. Je suis assis sur le toit du monde en écoutant ce titre.

  6. fewz says:

    merci pour tes encouragements XXuK

  7. XXuK says:

    Reçu. Fabuleux. Un voyage impressionnant vers les contrées célestes, tout droit au Valhalla…

  8. yannick_junior says:

    La kro et le morceau en téléchargement ne peuvent que me donner envie…

  9. darkantisthene says:

    très sympa mais la voix est très inspirée de Sparklehorse je trouve

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *