Jesu – Silver

13 Commentaires      1 279
Style: indus/ambientAnnee de sortie: 2006Label: Hydrahead

L’homme derrière Jesu, Justin Broadrick, semble apprécier le format EP et continue son bonhomme de chemin avec ce quatre titres (pour tout de même une bonne petite demi-heure), présentant toujours cet indus/doom/dark ambiant qu’il pratique, où rythmiques électro/indus, murs de son de guitare et plages ambiantes s’alternent sous le signe de la lenteur pesante. Le 1er EP, Heartache, posait déjà de par son nom et sa puissance une ambiance douloureuse et spleenesque. L’album éponyme a enfoncé le clou avec 9 titres d’un souffle divin tellement intense qu’il en balayait l’écume de nos pensées par l’hypnose de la musique.

Une évolution notable marque ces quatre titres nouveaux titres, ils sont moins sombres que par le passé : ils laissent tout de même toujours transparaître une expression tourmentée, mais davantage noyée, diluée dans une ambiance lumineuse, presque printanière. Le spleen est moins radical, moins extrême, plus mélancolique, presque récupérable, peut-être même récupéré. La sombre ambiant des balbutiements s’est mêlé à des teintes pastelles le faisant tourner au gris, au gris argent (soit Silver). C’est l’espoir qui rayonne de ces quatre titres, qui jaillit de ces mélodies, lentes, douces et sucrées. La voix de Broadrick n’a d’ailleurs jamais été aussi claire et pop, contrastant d’autant plus avec les rythmes martiaux et les guitares puissantes.

La lenteur n’est pas de mise sur tous les titres. Le deuxième titre, « Star », tranche dans le répertoire de Jesu : rythme digital enlevé, mélodies quasi pop/punk… c’est pourtant un titre tout aussi réussi que les autres. Comment situer ce titre si différent aux premiers abords? certains le rapprochent à du Nine Inch Nails, je préférerais (pour être racoleur) parler d’un Blink 182 version indus à la sauce Jesu. Quoiqu’il en soit, une fois passé le cap de la surprise, ce titre ne vous effraiera absolument plus et, au contraire, vous attirera à lui encore et encore. Le premier et le troisième titre sont assez cousins; ils donnent envie d’imploser, de disparaître pour renaître, de se dissoudre pacifiquement dans un éclat éblouissant.
« Dead Eyes », le quatrième et dernier titre, lui, est très électro. La première partie de la chanson vous ferait presque oublier les guitares… jusqu’au moment où vous vous dîtes qu’il manque un petit quelque chose, et c’est précisément à cet instant que le gros son arrive pour quelques 90 secondes de jouissance.

Bien que tout à fait recommandable, cet EP de 4 titres se révèle moins indispensable que les précédentes sorties du projet mais on est tout de même heureux d’entendre, d’écouter et de se délecter d’une petite demi-heure de Jesu supplémentaire. Mr Broadrick ne stagne pas : Jesu, tout en restant cette entité musicale lourde, émotionnelle, et quasi-divine, tout en tirant les mêmes ficelles, parvient à se renouveler et à séduire sans faillir, ce qui laisse présager du bon pour le prochain album.

Joli, très joli.

8/10

  1. silver
  2. star
  3. wolves
  4. dead eyes

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

13 Commentaires

  1. Tallesin says:

    Le jour où les gens sauront écrire « ambient »…

  2. Tallesin says:

    En plus il est bien écrit là :
    jesu
    silver – 2006
    [indus/ambient]
    Mais pas dans la chro…

  3. kollapse says:

    C’est tout ce que tu avais à dire ? Pas de remarque sur le contenu du disque?…Du bien bon Jesu pour ma part, qui tranche avec le reste de la discographie par ses aspects lumineux et pop plus accentués. 8/10 aussi.

  4. pearly says:

    j’ai adoré !
    cette fois, les machines, les saturations, sont au service d’un univers planant, tout simplement beau. Superbe ep ! pfff ce mec est hallucinant !

  5. Hallu says:

    Mouais pas convaincu par cet EP, je trouve les passages pop un peu ridicules et ils sonnent moins sincères que l’émotion contenue dans « heartache ». Dispensable.

  6. pearly says:

    mouah l’autre eh !

  7. fewz says:

    on remarquera le cousinage des artwork de Gregor Samsa et de cet EP… troublant…

  8. Bernard says:

    Sous ses apparences pop, le son de Jesu reste d’une telle densité!!!
    Enfin on va pouvoir les voir en concert avec Ted Parsons.

  9. DAMIEN LUCE says:

    Lourd, dense, touchant, mystique, profond, pop, ambient, indus, visionnaire, sensible… Grand, grand travail de mister Broadrick !!!

  10. wakos says:

    Ben je suis aussi tombé sous le charme … Ce EP est vraiment très très bon !!!

  11. Topsy-turvy says:

    Très bon album !! Jouissif !!

  12. Head says:

    Y’a tous les mp3 de dispo ???

  13. kaiser says:

    chef d’oeuvre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *