Envy – Insomniac Doze

7 Commentaires      1 398
Style: screamoAnnee de sortie: 2006Label: HG Fact

Je l’ai attendu ce disque d’Envy. Tellement attendu que je ne l’attendais plus vraiment pour ne pas compter le temps qui s’écoulait. Je l’ai tellement attendu qu’évidemment cet album m’a déçu, et pas qu’un peu. Il n’y a rien d’étonnant à ce que les premières écoutes d’un album qui nous a fait trépigner soit décevantes, c’est assez normal. Mais le souci arrive lorsqu’après plusieurs écoutes on peine à déceler de gros points positifs. Cela n’a heureusement pas été le cas avec cet album, mais on a tout de même frôlé la grosse déception.

Je m’explique. Envy a encore adouci son propos sur cet album; une tendance que l’on retrouve chez beaucoup de groupes (presque tous?) qui accumulent les heures de vol, les albums et les années. Ce n’est pas en soi une raison pour se plaindre mais cela peut devenir alarmant lorsque l’on tombe dans le soporifique, ce qui est parfois le cas sur Insomniac Doze.

Les nippons ont définitivement laissé le côté noisy tellement rageur de leurs débuts (et encore présent sur leur précédente galette) au profit d’arrangements plus doux, plus aériens. Les trois guitares sont plus que jamais présentes et s’entrelacent, se superposent et se noient dans des mares de delay, des mers de reverb. En un mot: c’est plus « post », sans pour autant que cela soit déplaisant. Non. C’est très apaisant, c’est très beau mais c’est parfois gnangnan (« Scene »). Envy perd en intensité ce qu’il gagne en torpeur et c’est fort dommage car ce qui faisait le charme du groupe résidait, entre autres, dans ces moments de rage cinglants et salvateurs, ces passages qui vous piquent et font parcourir le long de votre colonne vertébrale le genre de frissons qui vous fait sentir vivant. Ces instants magiques n’ont pas disparu, bien heureusement, mais ils se font plus rares, plus discrets et peut-être même moins « efficaces ».

La production semble être aussi un peu « montée à l’envers »: la voix de Tetsu est toujours aussi hurlée, à l’ultime seuil de la douleur, bouleversante. Elle est largement mise en avant par le mix… ce qui ne cadre pas avec le « recul » des guitares. Une fois passés/signalés ces changements et déceptions, on peut savourer les pépites de cet album et les passages que l’on voudrait éternels. Je retiendrai surtout deux pièces sur ces sept morceaux: l’immense « The Unknown Glow », longue tirade de 15’30 au travers de laquelle on passe sans s’en rendre compte tant son orchestration est sans défaut. Un bijou de montagne russe. Comme autre pièce de choix, je retiendrai la dernière piste « A Warm Room » qui arrive à habilement lier intensité, mélodie, mélancolie, douceur et douleur dans une même construction: juste sublime et frissonante.

Au travers de format plus longs, plus post-rock que sur A Dead Sinking Story, Envy a voulu explorer les limites du screamo… mais il est bien difficile de préserver et d’entretenir la fureur foudroyante de ce genre dans de telles alambiques côtonnées. Cela a été fait avec plus ou moins de réussite mais lorsque cela a réellement marché, cela a donné lieu à de véritables chef d’oeuvre qui à eux seuls font de cet album un très bon disque.

Une sensation globalement mitigée donc… surtout dûe au fait que j’en attendais trop et que je ne peux m’empêcher de penser que « c’était mieux avant ». Mais il suffirait simplement que la sauce prenne sur cinq titres sur sept pour que l’album soit aussi bon que les autres.

  1. further ahead of warp
  2. shield of selflessness
  3. scene
  4. crystallize
  5. the unknown glow
  6. night in winter
  7. a warm room
Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

7 Commentaires

  1. Quelqu'un says:

    une baisse de niveau chez envy O__O
    il faut absolument que j’écoute ça, c’est pas possible T__T

  2. Quelqu'un says:

    une baisse de niveau chez envy O__O
    il faut absolument que j’écoute ça, c’est pas possible T__T

  3. nolass says:

    Entièrement daccord avec cette chronique ;)
    tu as totalement raison dans la globalité à mon gout…Envy a légèrement perdu sa patate « screamo » ultra personnelle … disons que cet album est beaucoup plus nuancé que les précédants..mais peut-etre moin franc ?
    Je reste sceptique,mais en tout cas se qui est sur c’est qu’ils ont atteints une qualité de son et de recherche musical (guitares) alucinantes…j’en bave encore !!!!!!!!!!!!!
    Ils se sont calmés et quelque part je respect leur choix…car si ils auraient ressortis du screamo,peut-etre que cela aurait été lassan et pas assez Novateur…un musicien evolu forcément.
    Disons que dans cet album il y a du très bon,il faut juste etre beaucoup plus concentrer sur la chose… .

  4. damien luce says:

    Bon album, reposant et trippant !!!

  5. fewz says:

    nan c’est pas véritablement une baisse de niveau!

  6. Bob says:

    Je ne l’ai écouté qu’une seule fois, mais j’avoue que j’ai été un peu déçu… Pas que l’album soit mauvais, au contraire, il est très chouette, mais ça n’était pas vraiment ce que j’attendais du groupe, je ne trouvais pas les mélodies aussi poignantes qu’auparavant…
    Pourtant, je me dis que c’est qu’une première écoute, mais d’un autre côté, Envy est justement de ces groupes que j’apprécie directement, dès les premières secondes. A partir du moment où j’ai entendu les premières notes de All the footprints you’ve ever left (…) j’ai tout de suite adoré, et il en était de même pour a dead sinking story. Mais pas pour celui-là…
    Très différent donc de ce qu’a fait Envy auparavant. Et je serai plutôt d’accord avec ce qui est dit dans la chronique.

  7. zurb says:

    je suis aussi d’accord, je n’arrive pas à avoir plus en vie que ça de me m’écouter ce disque, alors que pour les précédents ils ont tournés en boucles chez moi. Où se trouve l’intensité que l’on a pu avoir sur des titres comme « A Far Off Reason », « chacun de tes pas » ou encore sur l’album « A Dead Sinking Story »? Je reste convaincu que l’on a ici un bon album, mais il me capte juste moins…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *