Necrophobic – Hrimthursum

6 Commentaires      1 381
Style: death blackAnnee de sortie: 2006Label: Regain

Pfff… Necrophobic. Un bon nom bien cliché. Tiens le logo du groupe aussi, dans le genre cliché… Et c’est quoi ce nom d’album imprononçable Hrimthursum… Ridicule tout ça… Bon la pochette est assez jolie remarque… En tout cas voilà qui sent à plein nez le groupe de black metal de seconde zone… Allez hop c’est parti pour une écoute fastidieuse.

Le charmant « The Slaughter Of Baby Jesus » ouvre le bal, une intro maléfique qui ne laisse planer que peu de doutes sur le sort réservé au pauvre bébé Jésus que l’on entend brailler sur le titre. Cliché encore. J’attends le premier « vrai titre » et je serai fixé, je pourrais alors au choix (rayez la mention inutile) :
1) refourguer le bébé à Dah-Neir ou Darkantisthène, prétextant perfidement avoir affaire à un groupe de black metal, genre que je ne maîtrise pas suffisamment pour argumenter sur Hrimtru…, Hrimthusur…, bref sur cet album.
2) m’amuser à répandre mon fiel sur ce cd tout en l’écoutant pour la première et unique fois…

Hop fin de l’intro, attention ton compte est bon saleté… Et c’est là que démarre « Blinded By Light, Enlightened By Darkness », et ma mâchoire jusque là solidement accrochée, se décroche subitement… « Bon sang c’est quoi ce truc mortel ???!!! » m’écris-je alors à moi-même… Mais diantre, ce n’est pas du black metal en fait ! Au tour de « I Strike With Wrath » de me mettre en morceau… Oh putain ce morceau de fou… En réalité on est en présence d’un groupe de death qui flirte complètement avec le black via une ambiance froide et sombre, et le renfort d’éléments un rien symphoniques (voir la fin de « I Strike With Wrath », son piano et ses synthés menaçants, le début de « Age Of Chaos » avec sa chanteuse vampirique ou les chœurs féminins sur « The Crossing ») qui appuient cette impression d’être face à un groupe mixant joyeusement le death et le black.

Petite parenthèse informative, puisqu’après ces premières claques, l’idée géniale me prend de me rencarder un peu sur le groupe, et je m’aperçois sans mal que Necrophobic est à ajouter à la longue liste des groupes dont j’ignorais l’existence et sur lesquels il faudra bien que je me penche en détail à l’occasion. Honte sur moi, le groupe suédois existe depuis 1989, et n’en est donc pas à son coup d’essai. Malgré son éternel statut d’outsider, il faut tout de même signaler à son crédit un Bloodhymns sorti en 2002 et qui avait apparemment fait son petit effet dans le genre death-black.

Les titres de l’album se suivent, les claques s’enchaînent (dont « I Strike With Wrath », « Eternal Winter », « Serpents » ne sont que quelques exemples) soutenues par une production en béton armé, d’une puissance herculéenne. « Bloodshed Eyes » attaque à 100 à l’heure, avant de laisser la place à des chœurs inquiétants mais superbes. Me vient alors une comparaison à l’esprit qui donnera peut-être envie, fort légitimement du reste, à certains d’entre vous, de tenter l’écoute de ce monstre : cet album me rappelle en effet, notamment dans cette base death savamment agrémentée de black sympho, le Septic Flesh du grandiose Sumerian Daemons. Ajoutez en effet à ce dernier quelques solos bien sentis (comme sur « The Crossing ») et vous ne serez pas loin du compte.

En tout cas, 12 titres plus loin, un constat s’impose de lui-même et vous en aurez peut-être déjà deviné la teneur par vous-même : ne connaissant pas Necrophobic je suis encore passé pour un con. Bingo ! … Hein !!? Non, bon d’accord je suis passé pour un con certes, mais le constat n’était pas celui-là, mais que cet album fera sans aucun doute partie des tous meilleurs albums extrêmes sortis cette année, et plus particulièrement en death. Si les amateurs du genre n’ont pas encore saisi le message, laissez-moi donc être plus clair : ruez-vous sur Hrimthursum dès sa sortie, vous ne le regretterez sûrement pas.

Si je chipotais je dirais que 60 minutes d’une musique d’une telle intensité c’est peut-être finalement un peu trop, mais la qualité étant au rendez-vous tout du long (avec un putain de final symphonique sur le titre éponyme), ce serait vraiment malhonnête de ma part de le leur reprocher, d’autant que le groupe se donne du mal pour varier les tempos (cf « Sitra Ahra » sur lequel on aura même droit à un break à la guitare acoustique).
Chapeau à Regain Records dont la qualité des signatures commence réellement à être impressionnante (Behemoth, ou plus récemment Torchbearer avec son excellent Warnaments).

  1. the slaughter of baby jesus
  2. blinded by light, enlightened by darkness
  3. i strike with wrath
  4. age of chaos
  5. bloodshed eyes
  6. the crossing
  7. eternal winter
  8. death immaculate
  9. sitra ahra
  10. serpents (beneath the forest of the dead)
  11. black hate
  12. hrimthursum
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 878 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

6 Commentaires

  1. jonben jonben says:

    nickel ta chro. :)
    Je vais em pencher là-dessus par ailleurs.

  2. Gorr says:

    Un album vraiment chiant et sans originalité …
    On a l’impression d’entendre l’éternal black/death que sortent dix millions de groupes chaque année !
    C’est même pas une déception :)

  3. krakoukass Krakoukass says:

    Bah putain j’aimerais en entendre beaucoup plus du black/death de cette trempe moi…

  4. darkantisthene says:

    très déçu alors que j’en attendais pas grand-chose de ce groupe

  5. krakoukass Krakoukass says:

    Arrêtez vos conneries, cet album démonte!

  6. watts says:

    c’est bien vrai cette album de NECROPHOBIC est superbe on ne s’en lasse pas de l’ecouter il n’y a rien a jeter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *