Oxbow – Love Thats Last

6 Commentaires      1 311
Style: noise rockAnnee de sortie: 2006Label: Hydrahead

17 années que cette bande existe! 1990 : premier album répondant au nom de Fuckfest. 2006 : ce Love That’s Last. N’allez pas voir la fin d’un cycle (du moins je ne pense pas…) à travers ces deux titres. Non rien à voir. Ici Hydra Head nous propose simplement en attendant leur prochain méfait, une compilation de raretés, et autres morceaux choisis à travers les différents albums du groupe ainsi que fin du fin, un DVD mettant en avant à l’énergie scénique du groupe. Un objet qui rend hommage (putain on croirait qu’il y a un mort dans la salle !…) à la rage, à la créativité et à la détermination d’Oxbow.

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore ce groupe issu de la scène de San Francisco, ce quatuor se compose de Eugène Robinson, grand black charismatique, un rien taré à qui revient la primeur du chant, Dan Adams à la basse, Greg Davis à la batterie et Niko Wenner à la guitare. Pour les plus malins d’entre vous, vous aurez déjà fait le rapprochement entre Eugène et l’unique morceau chanté du dernier Capricorns. Si cette voix vous a touchez, voir bouleversez (en ferai-je trop ?…), vous pouvez vous jeter sur la production d’Oxbow. Vous y retrouverez le lascar pratiquant toujours ce chant unique, abrasif, entre spoken words, hurlements et lamentations sur un blues déglingué et noisy, à qui l’on a retiré toute sa chaleur pour n’en conserver que sa force intrinsèque, une épine dorsale saillante. The Jesus Lizard rencontre Nick Cave… ou un truc dans le genre ! C’est violent, cynique et sexuel, totalement intuitif et émotionnel, un soupçon de nihilisme pour un art qui se revendique comme tel !

Le CD débute les hostilités avec “Insylum” (contraction d’Insane Asylum), un blues de Willie Dixon repris en cœur avec l’icône 70’s Marianne Faithful. Voix usée, douce et suave contre voix rageuse, nasillarde et hurlée. Une vraie réussite. L’improvisation “Is that what sleep looks like” donne lieu à un spoken words d’Eugène sur fond noisy du plus bel effet tant cette voix charismatique impose le poids de chaque mot prononcé. “Intermezzo Op20” I, number 40” (tout comme “Nocturne Op20” I, number 44”) issus d’un projet avorté “The Oxbow symphonies”, sont en fait des morceaux d’à peine plus de 20 secondes, oscillant entre expérimentation sonore, délire et folie douce. “The Valley” nous présente la face acoustique d’Oxbow, un morceau crépusculaire, un blues décharné où surnage la voix presque susurrée d’Eugène, chargée de cette énergie des jours sans lendemain. “Glimmer Bird” (l’instrumental noise clôturant An Evil Heat) est ici présenté dans sa version live où Eugène improvise une longue complainte entre cri et incantation. “Yoke”, “Bomb” et “Sunday” tout droit sortis de King Of The Jews, Fuckfest et Let Me Be A Woman viennent clôturer cette compilation ainsi que “Pretty Bird” inédit tiré d’un split avec White Tornado. Bref rien à redire pour cette offrande de Hydra Head.

Pour ce qui est du DVD, attendez-vous à du live, pensées et autres remarques cinglantes du groupe, le tout mis en forme avec le film « Music for adults » de Christian Anthony. Interview des différents membres du groupes, chroniques quotidiennes d’une tournée underground, où vous pourrez admirer la boule de billard n°9 d’Eugène ou bien encore la collection de caleçons du sieur Eugène qui ne peut décemment pas monter sur scène sans finir en tenue d’Adam appréciant tout particulièrement les amours illégitimes entre son intime outillage et par exemple la tête d’un spectateur… Sex, Noise and Rock’n’Roll en somme !

  1. CD
  2. insylum
  3. is that what sleep looks like
  4. intermezzo op20” i, number 40
  5. the valley
  6. glimmer bird
  7. nocturne op20” i, number 44
  8. yoke
  9. pretty bird
  10. bomb
  11. sunday
  12. DVD
  13. music for adults
  14. music for adults outtakes
  15. oxbow live diksmulde, belgium 19/05/2002
  16. oxbow live in san francisco, usa 14/011/2004
  17. s bar x (vidéo)
  18. the snake &… (audio)
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

6 Commentaires

  1. Florent says:

    Enôôôrme groupe !
    Et bien beau dvd !

  2. So says:

    Le nom à lui seul est rédhibitoire O_o

  3. Florent says:

    Et m’est avis que la musique ne te siéra point ;-)

  4. So says:

    Compterais-tu sur mon esprit de contradiction pour contrevenir à cet affreux préjugé ? ;)

  5. Neurotool says:

    Le nom d’un groupe c’est bien la dernière des choses à laquelle j’accorde de l’importance…

  6. So says:

    C’est pas grave ce n’était pas à prendre au premier degré.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *