Raised Fist – Sound of the Republic

5 Commentaires      1 116
Style: hardcore metalAnnee de sortie: 2006Label: Burning Heart

Le hardcore n’est pas mon genre de prédilection, je pense que quiconque a parcouru le site plus de 10 minutes, s’en sera facilement rendu compte.
J’avais donc toutes les raisons d’être sceptique lorsque Mel C aux détours d’une conversation MSN, me recommandait de m’envoyer du Raised Fist dans les esgourdes… Après quelques recherches, je constatais que le furieux précédent album du groupe, Dedication, avait visiblement jeté un bon gros pavé dans la mare du hardcore metallique, avec ses riffs slayeriens et son agressivité toute coreuse, l’album étant d’ores et déjà considéré comme un classique du genre.

Constatant la sortie toute chaude d’un nouvel opus je décidais de me tourner néanmoins vers la dernière sortie en date du combo suédois, ce Sound Of The Republic que je me retrouve finalement en train de chroniquer.

A ma grande satisfaction Raised Fist n’officie pas du tout dans un hardcore old school mais présente au contraire une approche résolument moderne, avec un son puissant, et très metal. Pas étonnant alors qu’on constate que Monsieur Daniel Bergstrand ait produit le disque. Une bonne raison de plus, pour qu’un non-coreux comme moi tente sa chance.

Je n’ai pas la prétention, en non spécialiste du genre, de comparer finement cet album aux précédentes réalisations du groupe. Néanmoins quelques écoutes de Dedication m’ont tout de même permis de constater que le son de Sound Of The Republic est encore plus metal, et plus lourd que celui de son prédécesseur. Par ailleurs, et même si de nombreux morceaux sont toujours bien rageurs et furieux, j’ai pu apprécier l’apparition de quelques nouveautés, qui tendent à alléger le propos de Raised Fist et à rendre l’agression moins constante (pas de morceau concis et direct tel que « That’s Why », au programme ici), ici une petite touche électronique (« Sound Of The Republic ») et par là des petites incursions mélodiques qui font (à petite dose pas de panique) une apparition remarquable (comme sur le final « Time Will Let You Go, All Alone I Break » avec son refrain imparable). On ne peut pas encore vraiment parler de sens mélodique hyper aigu mais tout de même certains morceaux font méchamment mouche et risquent de vous rester en tête pour un moment, à l’image de « Perfectly Broken » véritable hit en puissance et probable futur hymne du groupe ou un « And Then They Run » infectieux en diable. Que les coreux purs et durs se rassurent, l’album contient toujours son lot de bombes hardcore incendiaires tels que « Back » ou « Nation Of Incomplete ».

Autre élément que le non coreux que je suis a pu grandement apprécié, la batterie est fort bien mise en avant et le jeu de Matte a par moments un côté tribal vraiment pas dégueulasse, qui sonne vraiment très metal et renvoie à ce qu’on peut parfois entendre chez un Machine Head ou même un Sepultura (voir le début de « You Ignore Them All » pour la démonstration).

Attention cependant, s’il y a bien un élément (en dehors des moshparts que l’on trouve toujours en abondance par ici) qui ne laisse aucun doute sur les racines hardcore du groupe, c’est bien le chant aboyé typiquement hardcore de Alle. Pour le coup, on aime ou on n’aime pas, personnellement j’accroche bien et il est probable que le contexte par ailleurs assez metal m’aide à me sentir à l’aise avec un chant aussi typé.

Le mélange des genres sur ce Sound Of The Republic néanmoins pas batard pour un sou, fait que tant les coreux amateurs de sonorités metalliques que les metalleux non allergiques au hardcore devraient potentiellement adhérer à ces 37 minutes qui passent comme un charme et qui m’ont parfaitement convaincu du talent de nos amis nordiques et du potentiel probablement diabolique des prestations live du combo.

Hop hop hop direction le myspace du groupe pour découvrir Raised Fist par le son…

  1. you ignore them all
  2. perfectly broken
  3. sunlight
  4. sound of the republic
  5. killing it
  6. back
  7. hertz island escapades
  8. some of these times
  9. nation of incomplete
  10. and then they run
  11. bleed under my pen
  12. time will let you go, all alone, i break
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 881 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. Veusti says:

    Tu m’en as piqué l’album le jour du rdv eklektik ^^

  2. Julien says:

    En live c’est grave relou, vu au Groezrock en Avril, prestation vraiment moyenne à mon gout.. Ils mettent trop en avant la batterie et ca bouge pas assez pour une groupe de hardcore…
    SInon j’ai pas écouté ce skeud mais le précédent est trop linéaire comme le dit Cava…

  3. melc says:

    julien t’avais fumé lorsque tu les as vu en concert ou quoi ???????????????????????????
    moi j’ai pris un coup de boule dans le pit quand je les ai vu à londres et j’ai eu deuw dents de cassées alors dire que ça bouge pas… abusé…

  4. Julien says:

    Ca bouge pas sur scène… sont statiques quoi !
    Et j’étais dans un état tout à fait normal…

  5. Veusti says:

    J’ai pour l’instant encore du mal avec Dedication ; je le trouve un peu linéaire. Mais y’a des passages sympas tout de même.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *