Grave – As Rapture Comes

Grave - As Rapture Comes

Force est de constater que lorsque, en 2002, les vétérans du death suédois Grave ont refait surface après 4 d’absence avec un tonitruant Back from the grave, il ne s’agissait pas d’une timide tentative de se frotter à la scène actuelle afin de voir si la machine fonctionnait encore ou d’un ultime râle avant la complainte finale. En effet, 2 ans plus tard sortait un excellent Fiendish Regression qui confirmait tous les « bons sentiments » que les enterrés avaient décidé de déterrer pour le plus grand bonheur des amateurs de puissance old school.

J’avais donc adhéré sans équivoque à leur retour et salué la pérennisation de qualité de leur carrière. Pourtant, je n’étais revenu que peu souvent aux prédécesseurs de ce 7ème album, le death metal n’étant plus vraiment à l’ordre du jour des réunions de ma chaîne hi-fi. Le hasard et un nouvel engouement pour la chose morbide aidant, j’entame à nouveau un voyage parmi les ombres et je dois dire qu‘As rapture comes est un guide de choix. Marre des démonstrations de force via la technicité débordante et rasoir, plein le cul (oups, pardon maman) de « l’hermétisme blastique » dont on se lasse rapidement si tant est qu’on ait réussi à pénétrer le monde – particulièrement sans vie pour le coup – de ces sempiternels participants à la course du chiantissime. Ici on vient pour en prendre plein la tronche, pour ressentir le gras et l’abject de l’existence sans oublier au passage de faire le plein d’une malsaine énergie qui dévisse les neurones et accessoirement les cervicales.
La cuvée Grave 2006 est donc en quelque sorte à l’image de l’artwork du polonais très tendance du moment : incisif, tranchant, diabolique. Bien que ce soit toujours le maître de cérémonie Tätgtgren derrière les manettes de mixage, c’est désormais le groupe qui prend les choses en main pour l’enregistrement ; et les saligots n’ont pas eu la main qui tremble. Les couilles non plus d’ailleurs car la reprise dont ils nous gratifient dénote, selon moi, d’une certaine confiance en soi. 9ème piste, donc, arrive ce que je parviens à déterminer comme une reprise. Je ne souhaitais pas regarder la track-list afin de faire fonctionner mon cerveau malmené depuis 35 minutes : bon il est évident qu’il s’agit d’un classique, j’ai déjà entendu ce morceau, surtout ce solo. Bon sang mais qui joue ça en version originale ? C’est forcément un groupe de death et un groupe européen même ; à moins qu’il s’agisse de la scène de Tampa des 90’s ? Oh et puis merde je ne retrouve pas, foutue mémoire ! Allez hop je regarde le titre… nom de dieu de bordel de merde ! Alice in chains ! Them Bones d’Alice in chains ! Sacrée version totalement intégrée dans le reste de l’album et ce d’autant qu’elle n’est pas placée en ultime conclusion comme c’est généralement le cas.

On a donc affaire à une nouvelle illustration d’un bon vieux dicton : c’est dans les vieux ermites qu’on fait les meilleurs croûtes. Ou un truc comme ça.
Enfin, ce qui ne gâche rien, As rapture comes est une nouvelle fois gratifié d’une superbe pochette que l’on doit au polonais le plus en vue du moment : Jacek Wisniewski, qui travaille régulièrement avec Krisiun, God Dethroned ou Vader.
Le death comme je l’aime.

  1. intro – day of reckoning
  2. burn
  3. through eternity
  4. by demons bred
  5. living the dead behind
  6. unholy terror
  7. battle of eden
  8. epic obliteration
  9. them bones (reprise d’alice in chains)
  10. as rapture comes
TAGS : , ,
GROUPES:
STYLE:

A PROPOS DE darkantisthene

darkantisthene Il est né, il a chroniqué, il est mort, aurait pu dire Heidegger si... j'étais mort, si Heidegger était vivant et s'il s'était intéressé à ma prose autant qu'à celle d'Aristote. Et il n'aurait pas été à une connerie près le père Martin parce qu'avant de chroniquer, et après être né, figurez-vous que j'ai vécu ; et écouté de la musique.

darkantisthene a écrit 256 articles sur Eklektik.

4 commentaires

  1. oula un chti souci de balise italique…

  2. oula plus de chti souci de balise italique…

  3. Je m’étais fais chier comme un rat mort lors de leur prestation à Tourcoing mais je jetterai bien une oreille à la reprise d’AIC.

  4. C’est le premier album de Grave que j’achète et que j’écoute : une pure bombe qui vous met une grosse claque en pleine face !!!

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !
  • dark fortress_venereal dawnkrakoukass | 18 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Ouaip excellent album pour sûr. Ils ont clairement franchi un pallier avec ce dernier opus. Très belle chronique camarade!
  • anopheli-ahungerMadrumo | 07 novembre 2014
    Anopheli – A Hunger Rarely Sated
    Vachement cool comme fusion !
  • kerretta-pirohiabeunz | 05 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Effectivement, ya un côté Russian Circles bien prononcé. Merci pour le retour, ça fait bien plaisir ! Et jette-toi sur leurs albums précédents ! ;)
  • kerretta-pirohiaMarbaf | 02 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Ben merde, j'étais passé à côté de ce groupe. Ça me fait penser à Russian Circles. Merci beaucoup pour la découverte (et pour le lien bandcamp).