Ignite – Our Darkest Days

11 Commentaires      1 242
Style: punk à roulettesAnnee de sortie: 2006Label: Century Media

S’il y a bien une contrée que je fuis comme la peste lorsqu’il s’agit de punk c’est bien la Californie… Enfin pour ce qui est de ce punk à cliché avec ses casquettes, ses roulettes et sa fameuse mélodie… Que ce soit du Bad Religion, du 7 Seconds et toute la cohorte des Pennywise et autres No Use For a Name, rien à faire… Trop de soleil certainement, pas assez de crasse. Je ne doute pas qu’ils soient malheureux les p’tits choux mais leur révolution mélodique me fait autant d’effet qu’un pétard mouillé… Sympathique quelques instants donc mais de là à m’envoyer un album complet… Alors lorsqu’il faut que je me farcisse un énième groupe de cette frange, vous vous doutez de ma joie !

Oui mais voilà… Ignite possède un chanteur au timbre puissant et acéré, assez peu commun pour le style qui donne une réelle assise à chaque morceau. Imaginez un croisement contre nature entre le chanteur de Shelter et celui de feu Ultraspank. Vous devriez obtenir une progéniture somme toute décente. Belle performance vocale quoiqu’il en soit. Elle habite chaque morceau, lui insuffle sa propre identité ce qui est bien assez rare dans le style pour être salué !

Il faut également reconnaître que le groupe maîtrise son parfait « p’tit punk illustré ». Energie, accroche, puissance, rien à redire. Des compositions aux structures simples certes (on parle de punk mec !), mais où la rythmique tisse une dynamique jamais prise en faute, du riff cinglant et intelligent dans sa capacité à se régénérer morceau après morceau avec une réelle fraîcheur. On ne se privera pas non plus de quelques influences rock du plus bel effet (la reprise du « Sunday Bloody Sunday » de U2 est là pour nous rappeler certaines de leurs influences). A croire qu’ils ont suivi le bréviaire du tube parfait… La production de sieur Cameron Webb (Social Distortion, Motorhead, Sum 41) ne doit d’ailleurs pas être innocente mais rendons à César ce qui est à César : cet album tourne régulièrement ! Argh le démon de la pop est en moi !

Si on ajoute à tout ceci un engagement (je n’ose dire politique…) avec un message somme toute très positif (qui a dit l’utopie du candide ?) vous vous retrouvez avec un album bien frais, du genre de ceux qui vous sortent de votre léthargie matinale, pour accompagner vos virées estivales. Attention néanmoins ! Vous voudrez bien veiller à ne pas siffloter un de leurs airs et surtout pas subir le joug d’une de leur mélodie… Satanée structure couplet refrain !

  1. intro (our darkest days)
  2. bleeding
  3. fear is our tradition
  4. let it burn
  5. poverty for all
  6. my judgement day
  7. slowdown
  8. save yourself
  9. are you listening
  10. three years
  11. know your history
  12. strength
  13. sunday bloody sunday
  14. live for better days
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

11 Commentaires

  1. fewz says:

    « Argh le démon de la pop est en moi ! » – « Satanée structure couplet refrain ! »…et oui mon pov’ Neuro difficile de se faire à l’idée que tu es comme tout le monde :p… On est tous des popeux en sommeil…ou en force

  2. fewz says:

    « Argh le démon de la pop est en moi ! » – « Satanée structure couplet refrain ! »…et oui mon pov’ Neuro difficile de se faire à l’idée que tu es comme tout le monde :p… On est tous des popeux en sommeil…ou en force

  3. Julien says:

    J’ai 2 albums d’eux « Call On My Brothers » et « A Place Called Home » qui sont vraiment géniaux dans le genre, plus hardcore mélo que punk à roulette selon moi !
    Les 2 titres mis à dispo avant la sortie de l’album me plaisait bien, bonne patate ! (Cté bleeding et my judgment day) !
    Bref, tout ca pour dire que je dois écouter cet album !

  4. GURG says:

    excellent album, un sens du riff et de la melodie incroyable, des compos excellentes
    mais surtout cette voix bordel

  5. benjouz says:

    Je ne suis pas non plus d’accords avec cette étiquette fort péjorative de punk californien à roulette. Ils se débarquent énormément de cette vague sur de nombreux points et font tout simplement du punk/hardcore fortement mélodique. (on s’en fout des étiquettes mais quand ça devient péjoratif non)
    Je trouve ta chronique mauvaise. On dirait que tu as honte d’avoir aimé. La note et tes derniers mots montrent que tu as beaucoup aimé ce cd, mais la chronique ne donne vraiment pas envie de l’acheter…

  6. Neurotool says:

    @ Benjouz: Je constate que mon second degré suscite une réaction… Grand bien t’en fasse. A titre d’information je ne suis pas là pour faire du marketing.

  7. layne says:

    pour moi l’un des meilleur groupe punk/hardcore (SOIA,madball,agnostic,hatebreed…..avec qui ils tournent toute l’année) meme si il est moins violent et plus melodique musicalement que ces comparses Ignite ne l’est pas dans ses textes!! Zoli Teglas et toujours le meme depuis plus de 15 piges (un peu plus musclé ^^) a chanter avec talent et sa putain d’incroyable voix ses revendications!!! encore un putain d’album pour ignite (a voir en live comme toujours) bleedinnnnnnnnnnggggggggggg

  8. Layne says:

    A noter la chanson « let it burn » en hommage à feu maitre Johnny Cash!!!!

  9. Invité says:

    7 Seconds n’a rien à voir avec la scène punk à roulettes -.-

  10. benjouz says:

    @ neurotool : c que je voulais dire par là c’est que je trouve qu’on a l’impression que tu te retiens d’en dire du bien. Le second degrés doit m’échapper. Bref pas important ^^

  11. shaq says:

    Punk à roulettes ou non, cet album met la gouache, la patate, la banane, le smile au taquet, et ce chanteur est tout simplement excellent (exceptionnel ?)

Répondre à layne Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *