Unexpect – In a Flesh Aquarium

12 Commentaires      1 654
Style: experimental cosmic avant-garde metalAnnee de sortie: 2006Label: The End Records

Bien à vous mesdames et messieurs, je serai votre clown de séant pour ce tumultueux périple où mes innombrables sautes d’humeur ne vous laisseront pas indifférents, payez juste attention à ma pointilleuse narration car bien qu’oscillant au taux de sérotonine contenu dans mon bien fragile cerveau, je m’apprête à vous transporter littéralement, tant physiquement que mentalement, vers des contrées dont il vous sera bien difficile de revenir indemnes!

Voyez donc cette chimère chromatique qui ouvre le bal, dont l’instrumentation endiablée, rythmée aux voix enchanteresses et aux lignes absolument géniales, vient soutenir une structure de puzzle diabolique… Votre boite crânienne connaît à présent une surchauffe -logique- et se déchire entre des sentiments auxquels vous n’avez pas (encore?) été habitués. J’aperçois un coin de vos lèvres dessiner ce qui s’apparente vraisemblablement à…un sourire! -logique- et vos oreilles en réclamer plus encore, quelle joie quel bonheur! Tapez des mains, les fous festoyants ne vous épargneront pas leur unique représentation vers le desert urbain, où vous connaîtrez toute la lourdeur que peuvent délivrer nos protagonistes.

Que de mystères! Quand comprendrons-nous ce qui se passe réellement?
Certainement pas dans l’immédiat.

UneXpect sont canadiens. Ils sont 7. Et ils signent là une des plus brillantes réalisations musicales de leur pays. « Comme il y va l’autre! ». UneXpect jonglent avec l’inattendu (facile…), et illuminent leur musique via une instrumentation aussi intelligente qu’ingénieuse. Il s’agit de klezmer, de manouches en short, de Bach en string léopard, voire même parfois de Charlie Parker essayant de se taper Ella Fitzgerald. Sans parler d’une masse innommable de styles de métal, fondus dans un chaudron d’excellence, à la sauce Millenium Circus.

Les voix se querellent, usant de poésie enchanteresse, entre graves, aigus, et la divine Leïlindel qui bascule du lyrisme ambiant à la folie absurde en moins de temps qu’il ne faut pour le

Il est là une basse qui vomit agréablement ses profondeurs, un violon qui dessine ses sérénades aux coins d’un chaos calculé, un piano qui ferait de Xenakis et Chopin le duo du siècle, un duo de guitaristes accomplis, et une batterie pour le moins percuttante (facile…). On pense au fil des morceaux à Arcturus, Diabolical Masquerade, Ram-Zet, Naked City, Atrox, Extol, Primus, Lunaris, pain d’épices et… oh le vilain clown! Alfred c’est toi? David? Pedro? Ah oui… parfois l’ambiance est si énigmatique et réfléchie qu’on ne peut s’empêcher de penser à ces cinéastes chez qui mystère est maître mot.

In A Flesh Aquarium est un des ces albums qu’il s’agit de décrire avec autant de subtilité que possible, pour ne pas alterer toute première écoute et sucrer à l’auditeur l’aspect « surprise-bonbon-guimauve-et-chamallow » (facile…)

Force est de constater (j’adore cette tournure) que les canadiens commencent à enfoncer de plus en plus violemment leur empreinte dans le monde du metal de qualité, ingénieux, nouveau, parfaitement exécuté, et intelligemment écrit. Il est, certes, comme dans tout effort de cet acabit, des imprécisions dues essentiellement à la complexité de l’exercice, mais aujourd’hui comme demain, j’en ferai totale abstraction et écouterai cet album jusqu’à l’usure.

  1. chromatic chimera
  2. feasting fools
  3. desert urbania
  4. summoning scenes
  5. silence_011010701
  6. megalomaniac trees
  7. the shiver – another dissonant chord
  8. the shiver – meet me at the carrousel
  9. the shiver – a clown’s mindtrap
  10. psychic jugglers

Chroniqueur

OY C

"Sticking feathers up your butt does not make you a chicken." -- C.P.

OYC a écrit 42 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

12 Commentaires

  1. jonben jonben says:

    Bravo pour la découverte OYC, c’est excellent. En même temps vu les comparaisons (Arcturus, Ram-Zet, Atrox, Extol et je rajouterai Sleepytime Gorilla Museum pour la folie) ça ne pouvait être que terrible.

  2. nolass says:

    waouuuuuuuuh !! Vu les quelques références qui officient sur cette chro je crois bien que je vais sauter sur cet album, ça m’a l’air d’etre du tout bon !!

  3. shadow says:

    ce que j’ai hate de l’écouter celui ci! Le EP précedent était déjà excellentissime et…lire leur newsletter… C’est du bonheur! (leur site est bien tourné aussi)
    Foncez!!

  4. jonben jonben says:

    En fait c’est l’omniprésence du piano et du violon et les voix bien démentes entre cris de grimlins et opéra rock façon Bohemian Rhapsody qui font l’originalité de ce groupe. En tous cas c’est très dense, il faut s’accrocher.

  5. kollapse says:

    Ecouté un tire : Un beau bordel dis donc! Pas compris grand chose, c’est plutot rempli de pas mal de trucs. Ca ne m’a pas déplu, mais ça ne m’a pas scotché non plus. A retenter donc…

  6. Monster says:

    J’avais adoré les precedents, je m’en vais de ce pas coller une oreille attentive à ce disque !!

  7. 2nd° Decapitation says:

    Une Musique tout bonnement Sublime qui est tres rechercher et travailler.De plus sa ne ressemble vraiment a rien d’autre…la note est amplement merité!
    De l’Art…

  8. So says:

    C’est malin j’ai envie d’écouter maintenant moi !

  9. So says:

    ah ouais ! merde ça me plaît aussi… enfin après 3/4 de mp3 écoutés on dirait bien :)

  10. Le_Bitriple says:

    Ah vui ca tue. je rajouterais que ca me fait penser à estradasphere aussi, un peu. Dans le genre de groupe au spectre imprèssionnant, du jazzy au dark allons-y. Mmmmh, bon j’y vais, j’ai encore des trucs à découvrir apparement. Ram-Zet, Atrox, Extol et Sleepytime Gorilla Museum déja..

  11. GemoMan says:

    Waouuu. Ca c’est du lourd. je n’en suis qu’a ma pemière écoute. J’ai l’impression
    que ca va etre mon album phare du moment. Ils ont trop la classe au quebec!!

  12. Julie says:

    Le Québec se surpasse. Unexpect est mon groupe fétish depuis que j,ai les aie vus (et entendus) pour la première fois au MétalFest de 3-rivieres. Les avoir dans els oreilles, dans la tête est une douce torture.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *