Allfader – At Least We Will Die Together

3 Commentaires      1 132
Style: black / deathAnnee de sortie: 2006Label: Osmose

Allfader, c’est norvégien. En général avec les norvégiens en matière de métal, à tort ou à raison, on part plutôt avec des a priori positifs. Ne comptez pas sur Allfader pour jouer le rôle de l’exception à la règle, ce ne sera pas encore pour cette fois.
Je ne sais pas si l’on peut à proprement parler de nouvelle génération de groupes norvégiens, mais, comme leurs compatriotes de She Said Destroy, la musique de Allfader est résolument moderne, tout en s’appuyant sur l’héritage des aînés. Autre point commun : une imagerie un peu en décalage. En effet, la très sympathique pochette de cet album ainsi que son titre At Least We Will Die Together, font davantage imaginer que l’on va avoir affaire à un groupe d’émo ce qui est pourtant très loin d’être le cas.

Allfader pratique en effet un mélange de black et de death qui traduit une expérience et une dexterité en tous points remarquables (et il ne s’agit que du 2ème album du groupe).
La particularité de l’album réside dans le fait que, selon les morceaux, c’est plutôt l’un des versants (death ou black) ou l’autre que l’on percevra davantage mais à la différence d’autres groupes oeuvrant dans le black / death (Dissection, Necrophobic par exemple), l’aiguille penche davantage du côté du death, tant en terme de puissance, que de lourdeur, 2 choses que l’on retrouve moins volontiers dans le black d’habitude.

Ainsi le titre d’ouverture « We Will Go », malgré une voix souvent black, trahit des influences death évidentes et n’aurait pas dépareillé sur un album de Dismember ou (par conséquent) sur un album de Bloodbath. C’est en tout cas un véritable pain dans la tronche, à l’efficacité redoutable.
De la même façon « Hate is my Creed » est direct, bourré de blasts, et évoque pour le coup un Illdisposed en bonne forme.

Les autres morceaux de l’album sont plus complexes, plus longs et plus travaillés. Ils sont aussi extrêmement intéressants.
Trois titres se détachent clairement du lot et tirent plutôt du côté du black norvégien pour le coup (Emperor, Satyricon viennent à l’esprit) : c’est le cas de « This Blackened Heart » et « Cursed Chemistry » qui contiennent tous deux de somptueux breaks faisant la part belle à une voix claire du meilleur effet. Superbes titres. Mais moins superbe que l’excellentissime « Born To Serve », là encore très black dans le son et la rythmique, et qui a le bon goût de révéler un passage fabuleux, en voix claire et en chœurs, qui lorgne cette fois véritablement du côté d’Enslaved. LE morceau de l’album à mon humble avis.

Bénéficiant d’une grosse production signée Jacob Hansen, cet album est vraiment une très bonne surprise. Une seule chose l’empêche à mon avis d’accéder au rang de grosse bombe : le fait que les 3 morceaux précités soient vraiment une tête devant les autres, ce qui a pour malheureux effet d’affadir quelque peu les autres (qui sont pourtant très bons au demeurant).

On attendra donc la suite avec impatience, tant l’avenir s’annonce prometteur pour ce jeune groupe norvégien.

  1. we will go
  2. this blackened heart
  3. into nothingness
  4. hate is my creed
  5. sanctimonious
  6. born to serve
  7. hevnen
  8. one thousand days of poison
  9. cursed chemistry
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 893 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. dah-neir says:

    De ce que j’ai entendu ca avait l’air sympa mais juste pour dire que j’aime beaucoup la pochette.

  2. Angrom Angrom says:

    Dah-Neir , petit coquinou va

  3. Monster says:

    Ouaip ben moi pas trop aimé le mp3 voala

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *