Axamenta – Ever-Arch-I-Tech-Ture

3 Commentaires      1 194
Style: thrash/black symphonique moderneAnnee de sortie: 2006Label: LSP/Shiver Records

Axamenta est un jeune groupe belge dont les membres semblent indécis entre plusieurs styles de metal, même si l’univers visuel du groupe et ne serait-ce que leur nom les rapproche instinctivement du melodeath, dont ils ne sont au final pas si loins. Leur metal s’inspire en fait d’un côté d’un certain death/thrash moderne entre Fear Factory, Strapping Young Lad et Soilwork, style indéfini qu’on retrouve dans pas mal de jeunes groupes actuels, d’un autre de la partie la plus visible et produite du black, Dimmu Borgir en tête, ou pour simplifier un black symphonique aux riffs thrash modernes syncopés, assaisonné de claviers et sonorités électroniques (au gros son produit par Fredrik Nordström).

Malgré quelques voix de lutin et autres écorchages de voix symptomatiques, les non-amateurs de black pourront apprécier sans peine les éléments s’y rapportant, seule la voix et le jeu de batterie étant très connotés black, avec passages bien speed aux rythmiques mitraillées. C’est sûrement également ce métissage poussé qui rebutera les blackeux malgré une promo assez axée sur cet aspect du groupe.

« Incognation » démarre directement dans une ambiance sinistre, comme si le groupe avait voulu prouver que peu ou prou, ils faisaient avant tout partie de l’engence la plus emprunte de vilénie du metal. Enfin malgré tous leurs efforts pour paraitre méchants sur ce 1er titre, ils n’auront réussi qu’à créer un bon morceau de metal envoyant tout simplement bien la sauce, suffisemment complexe pour ne pas être ennuyeux, même quelques fois innatendu mais finalement assez commun. Et c’est un peu l’idée globale que je me suis fait de cet album malgré le fait que je l’écoute avec plaisir. Un bon moment de détente, pas mal de bons riffs, quelques idées mais des compositions qui restent assez banales, sans toutefois mimer une seule influence, plutôt un mélange de plusieurs aspects de celles-ci.

Une touche prog est tout de même bien présente, celle-ci apparait surtout dans les envolées mélodramatiques qui ponctuent quelques morceaux, avec claviers pompeux (mais sonnant bien, on est loin du symphonique cheap) et les quelques refrains en voix claire. Une voix claire peu présente, même si elle accapare la ballade « Threnody For An Endling » sur laquelle l’imcomparable Daniel Gildenlow, chanteur de Pain of Salvation, apparait en guest. On peut s’étonner qu’il vienne poser sa voix sur un titre entier d’un obscur groupe belge mais le résultat est plutôt réussi et fournit une pose bienvenue.

Je ne me lasse pas également du single « Ashes to Flesh », condensé simple et hyper efficace de metal moderne, mélangeant des éléments des divers styles de metal sucités, qui me laisse à penser que le groupe peut être capable du meilleur et pourrait étonner à l’avenir, même si ce deuxième album n’est pas vraiment flagrant dans le foisonnement du paysage metal actuel.

  1. incognation
  2. demons shelter within
  3. ashes to flesh
  4. a nation in atrophy
  5. the midnight grotesque
  6. prophet set to witness
  7. ever-arch-i-tech-ture
  8. threnody for an endling
  9. ravager 1.6.6.3.
  10. of genesis and apocalypse
  11. foreboding
  12. shackles cross
  13. the omniscient
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

3 Commentaires

  1. Uter says:

    très bon album, excellent groupe, leur précédent album « Codex Barathri  » vaut le coup aussi ;-)

  2. ruder says:

    superbe..tout ce qu’il faut pr faire un exellent album..
    nest pas belge qui veut=P

  3. Célin says:

    Je pense qu’il faut de nombreuses écoutes pour apprécier cet album d’ une richesse étonnante comparé à leur précédent.

Répondre à Uter Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *