Blind Guardian – A Twist in the Myth

Pas de commentaires      771
Style: heavy metalAnnee de sortie: 2006Label: Nuclear Blast

AlCheMist
Lorsqu’un genre aussi balisé que le Heavy-Metal est abordé par un groupe de la trempe de Blind Guardian, il est toujours heureux de constater que la surprise est toujours possible. Entre prise de risque et retour à certains basiques, A Twist in the Myth est un pavé de plus balancé par la formation Teutonne dans la mare stagnante du Heavy à tendance épique : une évolution supplémentaire, un travail brillant. Voici donc un retour marqué par plus de simplicité et de modernité après la sophistication extrême de A Night at the Opera.

Nous retrouvons un Blind Guardian toujours aussi flamboyant et intelligent nous proposant des titres dont l’assimilation se fera comme souvent dans la durée. Et c’est incontestablement un point fort. Les bardes nous proposent ici de les suivre dans le dédale de compositions toniques, mélodiques mais cette fois arrangées et augmentées de sonorités électroniques. Car c’est là que réside le progrès. Et la greffe prend bien !

L’emblématique ‘Fly’ trouve ici totalement sa place et se fait le point d’orgue des expérimentations pour un résultat finalement probant. Le final ‘The Edge’ et ‘The New Order’ enfonce le clou avec un ton différent de ce que le groupe a pu proposer auparavant. Ces morceaux sonnent terriblement actuels, rock et sont pourtant marqués du sceau du groupe. Ou comment changer sans pour autant se renier : des modèles du genre… Les classiques du genre seront cependant respectés avec le percutant ‘This Will Never End’, le festif ‘Turn the Page’ ou encore la belle ballade à l’esprit féerique ‘Skalds & Shadows’.

Un album pour autant parfait ? Et bien non ! Nous mettrons pour cette fois au pilori deux titres largement dispensables, car cette fois les Gardiens Aveugles nous ont pondu du mielleux avec ‘Carry the Blessed Home’ et du moins inspiré avec ‘Another Stranger Me’. Mais la valeur des huit autres hymnes rattrape largement cette baisse de régime qui survient en milieu d’album.

Pour parler de la formation, on constatera d’abord que l’intégration du nouveau cogneur, Frederik Ehmke, est réussie et qu’il fait déjà montre de bien belles capacités. Au rayon vocal, on notera une fois de plus une performance soignée d’Hansi et des chœurs nets et sans bavures (Notamment sur le refrain de l’excellent ‘Lionheart’). Du côté des cordes, André Olbrich, épaulé par un Marcus Siepen efficace, se taille une nouvelle fois la part du lion avec des parties virtuoses mais moins complexes que celles de A Night at the Opera.

De par la matière et la profondeur de champ qu’il propose, A Twist in a Myth demande un effort d’attention et une écoute concentrée. La récompense n’en sera que plus savoureuse. Et la démarche inspire forcément le respect. C’est ainsi que s’écrivent les mythes…

Monster
Blind Guardian avait poussé le bouchon trop loin avec le sublime A Night at the Opera, déstabilisant une grande partie de ses fans les plus assidus. Poussif, trop complexe, trop chargé, étouffant, voire suffocant, bordelique, imbuvable : les détracteurs d’ANATO (son petit nom affectif) ne ménageaient en rien leur déception. Les autres, ceux qui avaient adoré le dit ANATO (dont votre serviteur), manifestaient leur admiration pour l’album le plus complexe et progressif de toute la carrière du Gardien Aveugle. Une fraction de ces gens là se demandait même comment Blind Guardian allait faire pour fomenter un successeur digne de ce nom à cet album qui divise tant. Continuer dans la complexité et la difficulté en proposant un disque autant, voir plus, « progressif » que ANATO et, dans ce cas, rester à nouveau une éternité en studio pour peaufiner chaque détail méticuleusement ? Cela paraissait difficile à concevoir. D’abord, parce que le groupe serait resté tellement longtemps en studio qu’on n’était pas prêt de les revoir avant la sortie de l’improbable Chinese Democracy. Ensuite, parce que cela aurait trop ébranlé une partie de la fan-base des Allemands, celle la plus conservatrice réunissant une bonne part des déçus de ANATO. Et puis aussi parce qu’un deuxième album comme ANATO n’aurait pas été en adéquation avec la ligne de conduite d’un groupe qui est toujours allé de l’avant tout au long de sa carrière.

Ce n’est donc pas une surprise si ce A Twist in the Myth est bien plus facile à digérer que ANATO. Ce disque me fait d’ailleurs beaucoup penser à l’excellent Imaginations From the Other Side, datant d’il y a maintenant 11 ans. Mais n’allez pas croire pour autant que le groupe est revenu à l’agressivité speed metal qui accompagnait ces folles années. Que nenni, les leçons d’ANATO ont été retenues et Blind Guardianconserve ce son plus moderne et plus chargé. Mais ATITM n’est en rien une version simplifiée et plus abordable de ANATO.

Comme le signale mon éminent confrère AlCheMist, certaines des nouvelles compositions sont agrémentées de sonorités électroniques et d’un entrain rock ‘n’ roll qui leur sied fort bien (‘Fly’ est déstabilisante au début mais c’est une véritable merveille).

Mais voilà, à mon regret, le groupe se montre plus sage que sur l’album précédent. Une certaine folie semble avoir disparu chez nos Allemands préférés, celle qui leur avait permis d’accoucher d’un album comme ANATO par exemple. A Twist in the Myth est donc un album plus réaliste, qui, malgré quelques petites erreurs évoquées par mon collègue, est globalement bon. Sans cependant vivre lamentablement sur son glorieux passé comme tant de vieux briscards du heavy metal, les Allemands, qui nous avaient tant habitués à de véritables bonds de géant à chaque nouvelle œuvre, se contentent cette fois d’un saut bien plus modeste. Je doute aussi que l’album accaparera autant les platines cds (ou plutôt les lecteurs mp3, faut vivre avec son époque tsss) de certains ouailles que ne l’avait fait ANATO, Nightfall in Middle-Earth, Imaginations… ou Somewhere Far Beyond. Nul doute qu’on pourra encore compter sur ces troubadours pour nous éblouir dans le futur. Pour l’heure, on aurait aimé que l’éblouissement soit plus aveuglant.

  1. this will never end
  2. otherland
  3. turn the page
  4. fly
  5. carry the blessed home
  6. another stranger me
  7. straight through the mirror
  8. lionheart
  9. skalds and shadows
  10. the edge
  11. the new order

Chroniqueur

alchemist

Chroniqueur inter mi-temps, amateur de chats, de Metal mélodique sous toutes ses formes, de fromages de caractère, de bons bouquins, de radios intelligibles... et de zombies.

alchemist a écrit 99 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *