Darkthrone – A Blaze in the Northern Sky

8 Commentaires      2 072
Style: black metal (old) / Necro Rock (Now)Annee de sortie: 1991Label: Peaceville

J’ai longtemps hésité quant à l’album de Darkthrone qui méritait d’être placé en anthologik. Évidemment il devait faire partie de LA trilogie, celle qui a fait de Darkthrone la légende qu’il est devenu aujourd’hui. Alors il y avait le superbe Transilvanian Hunger qui aurait mérité sa place en anthologik, pourtant je constate qu’avec les années, il n’y a qu’un album de Darkthrone qui ressort souvent de mon stock de cd pour aller titiller ma platine et c’est ce A blaze in the northern sky.

Darkthrone naquit (à l’age de 12 ans) en 1990 en tant que groupe de death metal, un style qui, selon moi ne lui convenait guère. Puis la rencontre entre ce duo (à l’époque trio mais qu’importe) et Euronymous changea la donne. En 1991, un an donc après la sorti de Soulside Journey nos amis abandonne les t-shirt blancs et les jeans difformes et paraissent en corpse-paints des plus saillants avouons le. Évidemment emmené par l’immortel duo Fenriz/Nocturno Culto, nos joyeux lurons choisiront de coller Zephyrous, guitariste rythmique de son état, sur la pochette du disque. Le résultat oscillant en un croisement de Batman et de Kiss finalement des plus conforme à l’esprit du disque. Une pochette sombre, quasi invisible à l’esprit très gueulard.

Quand on sort le cd d’une de ses innombrables rééditions (sauf pour les plus chanceux d’entre nous) et qu’on le glisse dans notre lecteur préféré, des joyeuses incantations font leur apparitions. Même si je suis du genre à me faire prodigieusement chié durant les intro de black, j’avoue que celle ci provoque toujours son petit effet, et ceci au fan comme au non initié. Le non initié trouvera grotesque ces gargarismes incompréhensibles de Nocturno Culto tandis que le fan se verra immédiatement assailli par une horde de démons maléfiques. Quoi de mieux pour le fan donc de se voir déverser une quantité inimaginable de noirceur et de haine dès le départ d’un album. Noirceur confirmée par le départ (musical) du sublime « Kathaarian life code » avec sa prod joyeusement grésillante (on pourra dire que Darkthrone aura dès lors créé un son, LE son que les groupes de black tenterons de reproduire encore et encore plus de 15 ans après) sa basse inexistante (le pauvre Dag Nilsen aura du mal à faire croire qu’il a participé au mythe) et la batterie mythique de Fenriz. Le tout servi par une longueur assez rare dans le black métal pour être signalé, le morceau tournant plus de 10 minutes au final. C’est finalement avec « In the shadow of the Horns », le mythique chef d’oeuvre du groupe qu’on a vu repris à toutes les sauces que l’on fini de se faire aplatir la tronche, heureux d’avoir dépensé nos quelques euros dans la chose. Un début martial à la voix écrasante de noirceur, de haine, terrifiante, suivi d’un cataclysme de décibels. « Paragon belial » et son break diabolique, finalement pas sans rappeler les dernières tentatives de Satyricon, « Where the cold wind blows » et sa furie destructrice, jusqu’au fameux « The Pagan winter » l’auditeur plonge tête baissée dans ce déluge et ne pourra finalement que sortir réjouit, à l’issue des 42 minutes du disque. L’auditeur est d’ailleurs invité à presser la touche replay de son lecteur au vu de l’outro identique à l’intro. La boucle étant bouclée.

Finalement ce disque c’est un peu le cochon du black métal : tout y est bon (désolé pour ça les gars). Et, contrairement au cochon cette fois, sa date de conservation n’est pas restreinte et on peut ressortir son cd 15 ans après sans avoir vu naître une nouvelle colonie de bactérie en son sein.

Pas une trace de has-been, pas un semblant de kitsch, l’ensemble sonne encore très actuel lui permettant d’être et de rester encore pour un moment comme un disque culte.

  1. kathaarian life code
  2. in the shadow of the horns
  3. paragon belial
  4. where cold winds blow
  5. a blaze in the northern sky
  6. the pagan winter
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

8 Commentaires

  1. Angrom Angrom says:

    J’aime bien cette chronique. Je ne connais pas bien le disque, le son m’ayant toujours un peu rebuté chez Darkthrone, mais je comptais justemement me remettre à l’écoute de ce groupe, histoire de rententer

  2. Monster says:

    C’est fou le nombre de groupes de black metal qui ont essayé soit de refaire « Transylvanian Hunger », soit de refaire « A Blaze ». Ouaip ben moi ça a été mon premier Darkthrone et ça reste finalement mon préféré. « Under a Funeral Moon » est pas mal mais parait bien decevant après cet ENORME A Blaze… « Transylvanian Hunger » c’est un disque foutage de gueule, une prod encore pire que d’hab, 2 ou 3 riffs par morceaux et une batterie qui semble jouer tout seul dans son coin, ça reste un classique mais on peut soit l’adorer, soit le detester au plus haut point. Et pis ya Panzerfaust qui a la classe aussi. Mais bon pour decouvrir Darkthrone et le true black metal de qualité, rien de mieux que A Blaze selon moi… Finalement, les 3 disques de la unholy trilogy sont loin d’être similaire et Darkthrone n’a pas toujours pondu le même disque comme beaucoup pourrait le penser.

  3. Lebo says:

    Jsuis pas un true, cette periode de Darkthrone me gonfle royalement!
    Je prefere Soulside journey et la période Ravishing et cie…

  4. frostmaul says:

    pour moi cet album est grandiose mais il est clair pour moi que « under a funeral moon » est boucoup mieu dans la prod le son est nikel la voix ultra malsaine et ils vont a l’ essentiel(voir les textes de « unholy black metal ou under a funeral moon)
    bref quoi kon en diz ce groupe est mitik et merite notre respect eternel

  5. CrYsT4L says:

    C’est quoi toutes ces fautes ? « saillant » ? « nos lurons choisirons » ? ça donne pas envie de lire la duite …

  6. Marc says:

    ça arrive aux meilleurs, tu vois, même à toi…

  7. fred says:

    Un des meilleurs album de darkthrone avec transilvanian hunger malgrés un son pas assez crade, malsaine et froide mais bon sa reste un très bon darkthrone surpassant largement ravishing grimness, plaguewielder, hate them etc.et toute ses autre merde produit par ces vieux boucs.

  8. Nocturnalpriest says:

    Je suis bien d’accord avec cette chronique et donc avec le choix de l’album. Cet album est certainement mon préféré de Darkthrone et ptêtre bien que Hate Them n’est pas si loin derrière avec sa furie black n’roll suintant la cervoise (j’aime la merde de bouc moi).
    Ici on touche un peu à tout mais surtout à l’essence même de ce que va devenir le true black metal (15 ans après ça n’a toujours pas changé d’un iota), à savoir une pincée de thrash, un zeste de blast beats et beaucoup de noirceur dans l’approche des harmonies et riffs sombrissimes. Culte !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *