Killswitch Engage

Pas de commentaires      1 085


Alors que leur 3ème album s’apprête à sortir et que tous les doutes comme tous les espoirs sont permis, nous avons rencontré Killswitch Engage par l’intermédiaire de son chanteur, l’impressionnant Howard Jones, pour une petite interview évidemment surtout axé sur ce retour des pionniers d’une scène metalcore US qui, dit-on, parait désormais à bout de souffle.

A quoi doit on s’attendre pour le nouvel album ?


Howard : Je pense qu’il est un peu plus lourd. Nous n’avons pas réécrit le même album, nous n’avons pas écrit « the End of the heartache part. 2 ». Il a été écrit … relativement vite, mais nous avons pris notre temps. Nous avons pris un peu de repos avant et l’album est juste venu vraiment vite. De prendre du repos nous à fait le plus grand bien. Je pense aussi que cet album est plus consistant du début à la fin que l’album précédent.

Avez vous essayé de changer ce qui fait le son de Killswitch Engage, ces enchaînements entre des passages lourds à des passages plus mélodique ?

Nous sommes toujours Killswitch Engage, ça ne fait aucun doute. Nous sommes toujours un groupe avec des chansons puissantes. Certains des refrains sont un peu plus différents de l’habitude mais nous n’avons pas essayé de devenir un autre groupe. Certaines des chansons ont évolué un petit peu. Mais au final il y a toujours des chansons rapides, des chansons lentes et lourdes, il y a toujours des refrains, il y a toujours des passages sur lesquels ont peut danser si l’on veut. Je pense que c’est un album bien écrit.

Avez-vous essayé d’expérimenter un petit peu ?

Nous avons essayé, et quelques chansons sont tout de même différentes. L’album est un peu plus sombre au niveau des paroles, la musique aussi est un peu plus sombre, mais la plupart du temps cela reste un album assez positif. Nous sommes qui nous sommes et nous exprimons cela tout simplement.

Etant donné que tu viens de Blood Has Been shed de même que le batteur actuel de Killswitch, je me demandais si vous n’alliez pas apporté un peu de ce côté chaotique dans la musique de Killswitch.

Et bien, il y a des éléments de ce genre sur le nouvel album. Certaines parties sont un peu plus chaotiques mais … rien qui ressemble à Blood Has Been Shed. Mais tu en entendras dans quelques chansons, surtout du point de vue de la batterie, car je crois que Justin démontre bien ce qu’il peut faire. Il a fait un travail fantastique et il s’amuse à faire quelques petites choses. Et c’est plutôt cool, surtout vu que l’album est plus lourd, cela convient bien à Justin et moi, parce que Blood Has Been Shed est justement un groupe très lourd.

Et allez vous enregistrer un nouvel album de Blood Has Been Shed ?

Je ne sais pas encore quand est ce que nous pourrons faire ça depuis que nous sommes très occupés avec Killswitch Engage et que le compositeur principal de Blood Has Been Shed a une entreprise, s’est marié et a deux enfants. Nous en avons parlé mais nous ne savons pas quand nous pourrons le faire. Blood Has Been Shed est quelque chose que j’ai toujours aimé donc cela me ferait très plaisir.

Killswitch Engage est maintenant un de plus importants groupes de metal aux Etats-Unis. Qu’est ce que cela t’as apporté dans ta vie ?

(réfléchissant) Cela m’a emmené bien loin de chez moi souvent, ça c’est sur. Je ne suis plus souvent chez moi maintenant … Je manage quelques groupes et cela m’a emmené vers quelque chose que je n’aurais jamais pensé faire. Tout en étant dans un groupe, je suis maintenant plus impliqué dans l’aspect économique des choses et c’est assez intéressant de voir les choses des deux cotés. C’est quelque chose à laquelle je ne m’attendais pas du tout. Je ne connais rien d’autre que la musique et je suis plutôt chanceux à mon avis.

A quel point jouer en concert est il important pour Killswitch Engage ?

Je pense que c’est important pour n’importe quel groupe à moins que tu ne joues dans un groupe comme … Metallica ou un groupe aussi connu. Mais pour n’importe quel groupe moins important, pour atteindre des fans, il faut jouer en concert. C’est là que notre énergie apparaît et c’est là que l’on peut voir nos personnalités. Nous ne sommes qu’un groupe de types qui essayent de s’amuser le plus possible sur scène. Et, sur l’album, on peut toujours écrire sur des sujets sérieux en espérant qu’ils transporteront une véritable émotion. Mais en concert nous essayons surtout de distraire et de créer un lien avec le public. Et je ne veux pas paraître prétentieux ou rien de ce genre, mais avec un peu de chances, les gens dépensent de l’argent et viennent nous voir, pour nous… Chaque groupe agit différemment sur scène mais nous, nous ne pouvons pas juste rester debout et jouer pour vous pendant une heure. C’est pour cela que nous voulons que les gens soient impliqués et chantent avec nous. Faire bouger le public c’est … c’est ce que j’ai toujours aimé d’un groupe sur scène. Si le public regarde et apprécie cela affecte tout les autres et ça devient beaucoup plus amusant. Même moi, quand je regarde le public et je me demande « Mais, qu’est ce que ce type est en train de faire ?! », ça me fait rire. C’est amusant, et c’est cela que j’essaye de faire, passer un bon moment. .

Je me souviens avoir lut un interview dans Terrorizer ou Adam disait que vous aviez enregistré The End of Heartache le plus vite possible afin de repartir sur scène au plus tôt.

The End of Heartache était venu très vite, cela nous avait nous même surpris, mais ce nouvel album est le plus rapide que Killswitch ait jamais écrit, enregistré et tout le reste. Nous ne nous sommes pas pressés mais nous avons tellement bien pris du repos que je pense que tout le monde était dans un état d’esprit vif. Et puis le label et venu nous dire qu’ils auraient bien aimé avoir un nouvel album pour une certaine période. Donc nous nous sommes dit « Hm, oui, ce serait pas mal, nous allons voir ce que nous pouvons faire ». Et puis nous avons commencé à écrire et sans nous en rendre compte tout le contenu de l’album était là et nous étions étonnés nous même. Et comme nous aimons ces chansons, avec un peu de chance, les gens les aimeront aussi.


Etes vous fatigué d’être considéré comme un groupe de metalcore ?

Dans un sens cela nous définit car les gens ont besoin de mettre des étiquettes sur les choses et nous sommes un groupe avec des influences metal qui venons d’un milieu hardcore. Killswitch existe depuis 1999 et Shadows Fall aussi, ou un peu plus tôt, de même que Lamb of God. Tous ces groupes existent depuis longtemps. Et nos anciens groupes ont existés bien avant encore et donc tout le mélange de chant mélodique, chant crié et la combinaison metalcore. Surtout dans le Nord Est des Etats-Unis, cette scène existe depuis longtemps et si les gens veulent mettre un titre dessus, parfait. Nous faisons juste ce que nous savons faire. Nous sommes juste un groupe puissant et lourd avec des mélodies. C’est ce que nous sommes. Donc lourd, plus mélodie … core (rire).

Si vous voulez …

Oui, exactement.

Quels étaient tes influences au début ?

A peu près tout. J’ai grandi en écoutant tout ce qui passait à la radio. J’écoutais autant du rock que du rap, tout ce qui sortait, même du rap un peu plus dur, du gangsta rap, et tout types de metal. Je pouvais écouter le Wu Tang et mettre ensuite un album de Cannibal Corpse, ou alors j’écoutais DMX et ensuite Deicide (rire) et c’est encore le cas aujourd’hui. Et une des mes influences principale est Mike Patton, Faith No More. Et puis j’ai aussi grandit en écoutant Sick of it All. De tout en fait.

Je suis surpris que tu sois un fan de Mike Patton.

Un grand fan. Quand il a rejoint Faith No More, il a tout changé. Leur premier album, ok, c’était sympa. Angel Dust. Cet album a tout changé. C’est un album incroyable, il a vraiment montré ce qu’il était capable de faire. Et puis ensuite King for a day, et puis Album of the year et aussi tout ces projets.

Est-ce que tu aimes Peeping Tom ?

Oui, je l’aime bien, c’est un très bon album, très différent.

Quel est ton album favori de 2006 ?

Wow … de 2006 ? (Après un petit temps de réflexion) Je pense que je vais dire Peeping Tom. Oui, je vais choisir celui là, ou alors le nouveau Mastodon. Il est tellement bien (en souriant). Ces types sont impressionnants, ce sont de très bons amis et c’est un groupe excellent. Je ne peux m’arrêter d’écouter ce nouvel album.

Que penses tu de la scène metal actuel ?

Elle est très active, il y a beaucoup de nouveaux groupes et pas mal de groupes de metal, de metalcore ou de hardcore qui reçoivent de l’attention. Mais tu sais, à un moment une partie sera repoussée au profit d’un autre style de musique, comme d’habitude. De la même manière que l’on ai passé du glam au grunge, du pop punk au r’n’b et au rap qui était devenus plus grand que tout et ensuite tout cette phase avec les boys band et puis le rock, l’indie rock pour ensuite revenir a quelque chose de plus pop et finalement le metal a reçu un peu d’attention. Tout passe par des phases et donc … tant mieux pour le metal maintenant, si c’est ce style qui reçoit de l’attention. Très bien. Parce qu’à un moment cela s’essoufflera et puis tout cela reviendra à un autre moment.

Qu’est ce que cela te fait d’être une influence majeure sur la scène actuelle ?

Je suis abasourdi. Je veux dire … les gens nous considèrent comme une influence. Ok, c’est cool, mais nous n’y pensons pas de cette manière. On m’a déjà demandé ce que ça m’avait fait d’être entré dans un groupe si important. Mais quand j’ai intégré Killswitch, aux Etats-Unis, personne ne savait qui nous étions et notre notoriété s’est construite progressivement. Alors si nous avons influencé des gens en cours de route, et bien, c’est le plus grand compliment que l’on peut recevoir mais cela ne nous affecte pas. Nous ne sommes qu’une bande de crétins (rire). Nous essayons juste de nous amuser et de profiter de chaque jour autant que nous le pouvons. Et tu sais, tout le monde influence tout le monde … et … (en riant) ça me fait penser à ce moment un peu incroyable ou je me suis retrouvé dans une voiture avec le chanteur de Aerosmith, à écouter Killswitch. C’était un moment assez particulier. C’est une longue histoire pour expliquer comment je me suis retrouvé là mais nous avons commencé à parler pendant à peu près 45 minutes, et ce type est tout de même dans un groupe qui a influencé tout le monde, donc je lui ai dit « Je me souviens t’avoir écouté à la radio et avoir regardé tes clips pendant mon enfance donc c’est un peu incroyable pour moi de me retrouver là» et il m’a répondu « Oh tu sais, tout le monde influence tout le monde ». Alors je lui ai répondus « Mec. On peut en discuter si tu veux mais il n’y a pas beaucoup de groupes dont on peut dire que ce sont des légendes, des icônes, cela ne s’applique pas à beaucoup de groupes. Il y a U2, les Stones, on peut aussi dire cela de Metallica même si les derniers albums sont discutables, ou Bon Jovi. Ce sont des icones. Et Aerosmith ? Ouais, vous êtes à cet échelon”. Mais il me répond toujours « Oh … allez », donc je lui ai finalement dit « Sérieusement, je suis un noir. Si un type comme moi te connaît, tu peux me faire confiance » (rire). Je ne crois pas me souvenir avoir raconté cette histoire lors d’une interview. Quand est ce que c’est arrivé ? Peut être il y a deux ou six mois. Mais ouais, si nous recevons des compliments de ce genre, c’est génial, c’est quelque chose à laquelle nous ne nous sommes jamais attendu parce que nous avons commencé tellement petit que le succès que nous avons aujourd’hui, nous le devons aux personnes qui ont acheté les albums et sont venus nous voir donc … c’est vraiment très cool.

Bon, c’est ma dernière question. Sur ton profil sur le site de Killswitch il est écrit que tu es un fan des Simpson. Quel est ton épisode favori ?

C’est tellement difficile à dire car j’ai tout les épisodes sur cassette, et cela sur les dix huit années. Et, je ne plaisante pas. J’ai regardé tous les épisodes des Simpson et j’ai toutes les saisons qui sont sortis en DVD. Et j’ai aussi des centaines de jouets différents des Simpson. Hm, quel est mon épisode favori ? …

Au moins un de tes favoris.

Un ? Je vais te dire… hm …. Je vais choisir celui ou Homer va dans l’espace. Je choisis celui là. Et c’est seulement parce qu’il y a tellement d’autres choix. Je ne vraiment pas en choisir un particulièrement car il y en a tellement. Je pense que c’est un épisode extrait de (réfléchissant, en regardant vers le lointain et en se grattant le menton) la Saison Cinq. (rire). Mon dieu, c’est vraiment catastrophique ! (rire)

Chroniqueur

Mathieu Lubrun

Hororo est chroniqueur depuis 2004 sur Eklektik, bibliothécaire de profession, passionné de musique (metal, jazz, hip hop, electro …) et de comics. Alcoolique de concert et de disques, bavard et effervescent dès qu’il rentre en contact avec un artiste qu’il apprécie. Contactez-le pour lui dire tout ce que vous voulez à son adresse personnelle xhororox [AT] gmail [DOT] com et/ou suivez-le sur Twitter.

hororo a écrit 395 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *