The Provenance – Red Flags

1 Commentaire      1 073
Style: metal progressif sombreAnnee de sortie: 2006Label: Peaceville

C’est sur Peaceville que les suédois de The Provenance débarquent avec leur 4ème album, Red Flags. Pas de gros changement au programme de ce nouvel opus. Les amateurs du précédent et déjà excellent How Would You Like To Be Spat At ne seront pas dépaysés, car The Provenance confirme aujourd’hui la mue entreprise sur cet album. Je vous renvoie à la chronique de mon éminent confrère Jonben pour plus de détails sur le groupe, mais pour simplifier on va dire que The Provenance confirme son orientation plus progressive et épurée, et enterre ainsi définitivement(?) ses velleités death qui sont donc désormais l’apanage d’un passé déjà brillant du reste.

Red Flags est donc encore une fois un superbe album sur lequel les amateurs de The Gathering (et les autres avec) seraient très bien inspirés de se pencher tant les parallèles sont à première vue évidents et susceptibles de rameuter du monde, à commencer par ce chant féminin (signé Emma) qui occupe une grande partie de l’espace, même si l’appui masculin de Tobias est toujours bien présent. Ce duo occasionne de vrais instants de bravoure qui magnifient littéralement les passages les plus émotionnels (très beau single « Second And Last But Not Always » appuyé par des cordes). Ceux qui à l’annonce de cette dualité vocale ont pensé à Lacuna Coil seraient bien avisés de se raviser tant le propos de The Provenance est radicalement éloigné de celui des italiens attirés par les fausses promesses des charts.

Voilà un groupe au propos résolument personnel, qui n’a pas peur d’afficher des ambitions tantôt progressives (vive l’orgue hammond), tantôt métal et c’est bien là que le parallèle avec The Gathering s’arrêtera bien vite. Car là où les bataves semblent désormais irrémédiablement attirés par le spectre de Radiohead pour mon plus grand déplaisir (cf le chiantissime Home), il reste encore de la testostérone dans la musique de The Provenance qui n’a aucun complexe à assumer son côté à fleur de peau (« Second And Last But Not Always » encore, ou bien le faux calme sinistre de « Deadened »…) avant de laminer l’auditeur à coup de gros riffs bien métal mais toujours intelligemment (voir « Crash Course » pour le meilleur exemple, mais aussi « Revelling Masses » ou la double sur « Leave-Takings »). Bref The Provenance sait être beau, The Provenance sait être juste, sans pour autant tirer de façon trop évidente sur les ficelles de la sensiblerie et de la niaiserie et surtout sans se répéter afin de rester prompt dans sa démarche. Quoi de plus inattendu que le dark « Leave-Takings » aux sonorités hammondiennes, qui évoquera un peu Opeth, un peu Katatonia (le chant étant en majorité assuré par Tobias sur ce morceau) ou ce « Deadened » qui sonne comme la rencontre de The Gathering (pour le chant) et de Opeth (pour la musique qui semble parfois venir de Damnation).

Mais au-delà de la variété des titres et de l’insolent talent dont fait ici étalage le groupe en matière d’arrangements (électroniques sur « The Cost »), Red Flags c’est d’abord une collection d’excellents titres parmi lesquels « The Cost », « Crash Course » ou « Thanks To You »…

Bref, point trop n’en faut mais voilà un groupe qui mérite aujourd’hui largement d’avoir sa place au soleil tant il est clair que tout sur ce Red Flags (comme sur les précédents albums du groupe) pue une nouvelle fois le talent à plein nez.
Grand groupe.

PS : vous pouvez visionner le clip de « Second And Last But Not Always » sur le myspace du groupe (même adresse que le site officiel du groupe) et écouter deux titres.

  1. at the barricades
  2. crash course
  3. thanks to you
  4. second and last but not always
  5. revelling masses
  6. leave-takings
  7. the cost
  8. deadened
  9. one warning
  10. settle soon
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 914 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Monster says:

    A peine un an après le precedent, sont rapides les Suedois…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *