Trivium – The Crusade

26 Commentaires      2 124
Style: metalcoreAnnee de sortie: 2006Label: Roadrunner Records

Sortez les vestes en jeans à patches, les converses montantes, et les jeans moulants, car Trivium est de retour ! Après avoir surfé sur la vague metalcore, le groupe change son fusil d’épaule, et nous balance là un album de thrash pur et dur, comme il en sortait à la pelle dans le milieu des années quatre-vingt.
Fort d’une notoriété impressionnante, gagnée en seulement deux albums, Trivium semble en effet, vouloir s’éloigner de la scène metalcore actuelle, et continuer sa croisade sonore dans un registre plus proche (voire même trop) de ses mentors, Metallica en tête.
Comme je n’avais pas spécialement flashé sur les précédentes productions du groupe – jugeant le tout pas si mauvais, mais bien trop gavant et répétitif sur la longueur –, je n’attendais pas cet album en me tordant d’impatience, mais restais tout de même intrigué par ce qu’allait nous produire le groupe, surtout à la lecture de certains dires de Matthew « attention ma tête ne passera bientôt plus la porte » K. Heafy dans diverses interviews. Bien entendu, il s’agit là de l’album le plus heavy et le plus inspiré que le groupe n’ait jamais composé, avec des purs riffs et blablabla blablabla blablabla … Maintenant que nous avons la fameuse galette entre les mains, voyons voir ce que la glorieuse croisade de nos nouveaux petits génies du métal a dans le ventre, et si tout le raffut autour de la sortie de ce disque était si nécessaire.

C’est avec « Ignition » que l’album démarre sur les chapeaux de roues, et on se rend vite compte que le groupe n’a pas ralenti le tempo, bien au contraire. Le riff du début fait directement mouche et fleure bon le thrash de la Bay Area des années quatre-vingt, introduisant la voix de Matthew K. Heafy, qui est pratiquement méconnaissable. On a vraiment l’impression qu’il ne s’agit pas du même chanteur que sur les deux albums précédents, même si la voix de ce dernier est vraiment trop proche de celle de James Hetfield. Les choses débutent donc de façon assez prometteuse pour nos quatre bonshommes, car même en continuant de singer certains groupes, le tout est assez efficace et bien exécuté. Malheureusement, l’engouement va vite en prendre pour son grade à 1 minute 15, lorsque le premier refrain fait son apparition accompagné d’une mélodie au piano, de plans bateau, et d’une voix claire des plus communes, qui ne colle vraiment pas avec le reste du titre. Ce refrain a le don de tout simplement plomber le titre qui débutait d’une façon relativement alléchante, et à ce moment là, on se demande ce qui va bien pouvoir suivre …
La suite ne sera malheureusement et comme on le pressentait, qu’une succession de titres similaires, alignant riffs thrash et rythmiques plombées, pour n’arriver qu’à des refrains insipides, gavants, et d’une platitude navrante (tant musicalement que vocalement) ! A ceci, vous ajoutez un Matthew K. Heafy qui se cantonne à plagier la voix de James Hetfield lors des passages « durs », et vous obtenez un disque, qui peut paraître intéressant lors des premières écoutes, mais qui se révèle fort décevant sur la longueur, tant par son manque d’originalité que par la sensation de déjà entendu qui en ressort.
La palme d’or revient à « Anthem » qui, même s’il va certainement devenir un des moments forts du groupe en live, ne cesse pas de me faire penser au clip de « Livin’ on a prayer » de Bon Jovi. Ok, ça sent bon les eighties, mais il ne faut pas pousser trop loin quand même, car là, ça en devient franchement pathétique, les hymnes chantées à grand renfort de « hooo hoooooo hoooo » et de « yeeeaaah, yeeeaaah » composées pour les stades, on connaît, et personnellement, j’ai déjà donné !

Je ne dis pas que les musiciens sont des manches, bien au contraire, ils maîtrisent leur sujet, et il y a tout de même quelques bons moments sur cette galette. Je trouve simplement navrant que des musiciens de ce niveau se limitent à faire du copier-coller de leurs diverses influences, pour ensuite se proclamer « sauveurs du métal ».

Au final, cet album aurait certainement rencontré un succès certain dans les années quatre-vingt, mais là, franchement, la sauce ne prend pas, et on a plus l’impression d’avoir affaire à un tribute album, voire un album de reprises, qu’à un disque écrit et composé en 2006 ! Je pousse peut-être un peu loin, diront certains, mais c’est en tout cas le sentiment que j’ai après pas mal d’écoutes. D’ailleurs, plutôt que de perdre votre temps avec Trivium, je vous invite à jeter une oreille sur Among the living d’Anthrax, à The Legacy de Testament, à Reign in blood de Slayer, ou encore Master of puppets, voire l’excellent …And justice for all de Metallica, qui, eux, ont fait preuve de créativité, ont fait avancer les choses, et ne se sont pas cantonnés à reproduire ce qu’ils ont entendu sur les albums de leurs idoles.

Non, ça blaste vraiment pas, mais alors vraiment pas !

  1. ignition
  2. detonation
  3. entrance of the conflagration
  4. anthem (we are the fire)
  5. unrepentant
  6. and sadness will sear
  7. becoming the dragon
  8. to the rats
  9. the world can’t tear us apart
  10. tread the floods
  11. the rising
  12. the crusade
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

26 Commentaires

  1. cava76 says:

    Pas trop d’accord avec la kro, déja Trivium n’a pas surfé sur la vague metalcore il en est un des géniteurs, ensuite les vocaux me font plus penser à Chuck Billy que Hetfield et pour finir même si je suis pas complètement sous le charme cet album mérite un petit 14/20 selon moi …

  2. jonben jonben says:

    Aux chiottes Trivium!

  3. krakoukass Krakoukass says:

    @Cava : un géniteur de la vague metalcore ????? T’es ouf ? Trivium s’est formé en 2000, et leur 1er album sortait en 2003… Y avait des groupes qui officiaient déjà depuis quelques temps dans le genre…

  4. cava76 says:

    je sais que le temps passe vite mais 2003 ça fait presque … 4 ans, on ne parle pas de metalcore depuis 10 ans tout de même … et pour comparaison killswitch engage c’est formé en 1999 et à sorti Alive or just breathing en 2002 (pas envie de regarder les mois d’écart) , alors je le répète oui pour moi trivium fait partie des géniteurs.

  5. cava76 says:

    je sais que le temps passe vite mais 2003 ça fait presque … 4 ans, on ne parle pas de metalcore depuis 10 ans tout de même … et pour comparaison killswitch engage c’est formé en 1999 et à sorti Alive or just breathing en 2002 (pas envie de regarder les mois d’écart) , alors je le répète oui pour moi trivium fait partie des géniteurs.

  6. Obsolete says:

    Vous voulez du bon metalcore? écoutez « Impedimenta » de Children :p

  7. Metal-Man says:

    Mouai, c’est album n’est pas un chef d’oeuvre, ça c’est sur.
    Mais de la a lui mettre une note de 8,5 sur 20 c’est un peu poussé!!Perso j’aurais mis 11 ou 12.

  8. Julien says:

    Un bon album de thrash moderne !
    Pour moi c’est plus du metalcore là…

  9. Hatespherex says:

    Complètement d’accord avec la chro, ça me fait penser à du « sous » metallica, même à une sorte de tribute album dixit la chro…
    Esperons qu’avec la jeunesse et le bagage technique, ils pourront plus tard se forger un style propre à eux …

  10. GURG says:

    @cava76 le premier trivium c’etait un album de thrash moderne (comme le nouveau), donc ils ont totalement surfés sur la vague metalcore (et le metalcore existait avant KsE….)

  11. pierre says:

    j’aime bien l’icon représentant l’appréciation générale, le reste me fait péter l’emmerdomètre (comme dirait notre président)

  12. Manumal says:

    Faut arreter la fumette ya rien de metalcore là dedans
    COncernant cet album je le trouve meilleur que leur précédent ,il faut quand même qu’ils se demarquent de leurs influences mais leurs compos sont on ne peplus efficace
    @cava76 : Trivium un des géniteur de la vague metalcore ? putain quest ce qui faut pas entendre ce sont des gros suiveurs en aucun cas les géniteurs

  13. shaq says:

    Chronique un peu sévère, pour un groupe qui permettra peut-être à la jeune génération de se pencher sur le Thrash des ainés. Oui, on sent les influences à plein nez (un ptit coup de Megadeth par-ci – un pont carrément pompé sur un titre de Youthanasia -, un ptit solo à la Slayer par-là, le tout largement saupoudré de Metallica), mais l’ensemble reste bien foutu, et efficace. Et Metalcore ou pas, je m’en bats les couilles. Un bon petit album, mais toujours pas celui de la maturité pour Trivium.

  14. julien says:

    8.5 a trivium
    19 a green day !
    et ca veut paraitre credible !

  15. Joss says:

    des fois que ça t’aurais échappé, ce sont des chroniques faites par deux personnes différentes….

  16. krakoukass Krakoukass says:

    Mon petit Julien si tu savais ce que je me contrefous qu’on nous considère comme crédibles ou non ! Le dernier Green Day vaut 19 pour moi, quant au Trivium il vaut 8.5 pour Wakos, ce sont 2 chose différentes si tu ne comprends pas achète toi un cerveau.

  17. wakos says:

    @ Julien : je ne vois pas ou nous ne sommes pas crédibles, tout est une question de goûts. Une chronique reste un avis personnel avant tout, car rien n’empêche que d’autres personnes apprécient le dernier Trivium, et c’est tant mieux, car sinon merci la diversité.
    Par contre, je ne vois pas le rapport en Green Day et Trivium… Il s’agit là de deux groupes évoluants dans des styles qui n’ont pas grand chose en commun, et dont les chroniques ont été écrites par deux personnes différentes, et c’est d’ailleurs l’idée de ce site, non ?

  18. Celin says:

    Un peu dur cette chronique je trouve. Mais je suis d’accord dans le fond. Il s’agit de plagia dans sa^plus belle forme. Moi je lui ai mis 13 a cet album car meme s’il ne fait que reprendre ce qui a déja été fait c’est plutot bien fait. Les guitaristes sont talentueux on ne peut pas le nier.

  19. Bernard says:

    Trivium… c’est bien la grosse artillerie américaine du moment… c’est ça? Ca ne me semble pas totalement sincère quand même… Ceci dit, moi ce que j’en pense, hein…

  20. julien says:

    juste une chose : j’ai toujours aimé ce site, pour la diversité de ses chroniques et surtout son objectivité.
    mais voir ce disque reconnu par 90% des critiques comme un disque majeur se faire sabrer en regle, un peu comme a l’epoque ou le neo-metal se faisait lyncher sur le web, et bien ca me decoit. balancer sur trivium, c’est facile, gratuit, et surtout tres tendance sur la toile (un peu comme de tenir des propos elogieux sur green day, va savoir, ca doit faire bien)
    donc voila, ca me decoit de la part de ce site cet espece de lynchage pour le plaisir. ce disque n’est peut etre pas un chef d’oeuvre, mais 8.5… m*rde quoi.
    autre remarque, tu dis :
    « …Metallica, qui, eux, ont fait preuve de créativité, ont fait avancer les choses, et ne se sont pas cantonnés à reproduire ce qu’ils ont entendu sur les albums de leurs idoles »
    bah c’est con, suffit d’ecouter diamond head pour se rendre compte que metallica les a plagiés sur kill’em all. tiens, comme trivium….
    sur ce, bonne continuation.

  21. wakos says:

    @ Julien : oui, sauf que je ne mentionne pas que Metallica dans ma phrase, y’a d’autres groupes que je mentionne. Alors si tu veux faire de la récup’, vas y jusqu’au bout … Maintenant, si ma note te dégoûte autant, ben tant pis, c’est mon avis, c’est ce que j’ai ressenti au fil des écoutes de cet album et c’est tout, pas besoin d’en parler pendant 20 ans. Ce n’est pas parce que cet album est encensé dans la presse que je vais mettre mon avis de côté, non ? Ce n’est pas parce que le dernier Pleymo a été disque du mois chez Rock Sound que je vais lui mettre un 17/20 ?
    Si cet album te plaît, libre à toi de te le passer en boucle, mais personnellement, je préfère m’écouter un bon Testament ou Slayer … Question de goûts …

  22. Monster says:

    J’ai écouter un seul morceau de ce Trivium (« Detonation » je crois). Sympa je trouve et bien meilleur que ce à quoi je m’attendais. Par contre, ça n’a rien à voir, mais quand julien dit « suffit d’ecouter diamond head pour se rendre compte que metallica les a plagiés sur kill’em all » moi ça me fait bondir de ma chaise. T’as pas écouté Diamond Head c’est pas possible ?? Bon certes Lars Ulrich est mega fan de ce groupe culte de la NWOBHM et le site souvent comme influence, mais il y a quand même une grande difference entre être influencé (et encore l’influence Diamond Head ne s’entend quasiment pas chez Metallica) et pompé… Maintenant je comprend pas pourquoi on repproche à Wakos d’avoir coller un 8.5/20 à ce disque alors que la presse metal spécialisé, unanyme, lui colle des foutus bonnes notes. Déjà je vois pas l’intérêt de se focalyser comme ça sur une note. Je trouve ça bien d’avoir un avis différent que celui de la presse metal, dont on sait presque toujours à l’avance à quel disque ils vont coller des supers notes et quel groupe bien connu va decrocher la timballe. On se demande si les labels ne filent pas de gros cheques aux mags de temps en temps…

  23. BrisbaneVideInfra says:

    Franchement la chronique….. laisse vraiment à désirer… voilà j’ai choisi celle de The Crusade pour pousser un peu mon coup de gueule après en avoir lu une bonne vingtaine d’autres! Dites-voir les « chroniqueux » du site, ça ne vous dirait pas d’être un peu plus ouverts, plus régénériques (et non-pas génériques), un peu moins intolérants envers l’évolution musicale des groupes, ou bien en résumé soyez un peu plus pro… c vrai quoi, vous êtes sensés décrire des albums alors première chose, écoutez-les déjà en entier avant d’en parler (ex: « alphabet prison » de Pleymo) même si vous aimez pas! Ca m’a troué le goulot de lire ça! Ceci étant une aberration parmi d’autres…. Il est normal de se déttacher de la concurrence mais svp faites-le de manière moins musicalement sectaire…
    Bonne continuation.

  24. wakos says:

    @Brisbane : qu’est-ce que laisse à désirer à tes yeux ? La chronique en elle même ou mon avis ? Car il s’agit là de deux choses bien différentes … Maintenant je ne vais pas encore justifier ma note, je n’ai pas aimé cet album point barre ! Pour ce qui est du dernier Pleymo, si tu lis la chronique correctement, je dis que je n’ai jamais pu m’enfiler l’album d’une traite, et non pas que je ne l’ai pas écouté en entier, donc avant de venir nous donner des leçons, il serait judicieux de lire les choses correctement … Une chose est claire en tout cas, apparement certains son hérmétiques aux mauvaises notes dans le coin …. ;o)

  25. julien says:

    on ne critique pas la note, mais la maniere dont le cd est decortiqué.
    qu’un cd se fasse critiquer, aucun probleme, mais ca doit etre fait de maniere correcte et « adulte », en evitant les clichés.
    dans ta chronique par exemple, tu ne parles que de 2 morceaux, je trouve ca un peu « court » pour argumenter. quel rapport par exemple entre becoming the dragon, the crusade et unrepentant ?
    je suis ok, tout n’est pas parfait, notamment l’immonde the world can’t tear us apart, mais faut aller plus au fond des choses quand on balance sur un groupe.
    ps : j’ai moi meme été chroniqueur sur un webzine, et j’ai été souvent critiqué pour mes prises de position, donc je sais ce que c’est.
    ps2 : pour les plagiats de metallica. on sait tous que metallica a piqué des riffs a mustaine pour ses titres (4 horsmeen, leper messiah, ktulu, motorbreath…). welcome home est egalement un plagiat d’un titre meconnu d’un group qui l’est tout autant, datant de 1980 ou 1981 (rainbow warrior de bleak house). quant a for whom the bells tolls, il y a un riff qui est VOLE a fairies wear boots de black sabbath. voila, tu peux verifier.

  26. wakos says:

    @ julien : ok je comprends mieux ton point de vue, mais il est assez difficile de décrire des titres durant lesquels tu t’ennuies, en tout cas, en ce qui me concerne … mais en tout cas, merci d’avoir préciséle fond de ta pensée …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *