Sick of it All + Walls of Jericho + Right for Life – 14 novembre 2006 – Locomotive – Paris

Pas de commentaires      726

Depuis les mois qui ont suivi son annonce, je ne fais que trépigner d’impatience avant d’enfin aller à ce concert ou je reverrais mon groupe préféré : Sick of it All, accompagné pour l’occasion d’un groupe qui monte dans la scène metal/hardcore : Walls Of Jericho.

J’arrive pendant le set de Right For Life. Ne connaissant que très mal leur discographie (mis a part le morceau titre de leur précédent album Off The Beaten Tracks, entendu d’une oreille alors que j’étais au merch) je n’ai plus pleinement profiter de leur set (si on ajoute le fait qu’il m’a fallu un petit moment pour comprendre que ce que le chanteur nommait « somor » étaient simplement les morceaux ). Servi pas un son assez bon, leur hxc plutôt old school aux aspirations autant punk (l’énergie, la simplicité des compos) que métal (certains riffs) a cependant fait mouche dans un public déjà chaud qui profite de l’espace encore libre dans la fosse pour danser.

Une 20aine de minutes plus tard Walls Of Jericho arrive pour nous assener une grosse demi-heure de leur metal-hardcore virulent et explosif. Ouvrant leur set par le single du dernier album, « A Trigger Full Of Promise » (qui s’est avéré excellent en live, à l’image du reste des morceaux extraits de ce dernier album), la set-list est essentiellement composée de morceaux issus des deux derniers albums (dont un excellent « Through The Eyes Of A Dreamer ») mais fera quand même un détour par leur premier album The Bound Feed The Gagged avec « Playing Soldier Again ». Les ayant déjà vu au Fury Fest 2005 Comme je me souvenais essentiellement de la prestation de leur chanteuse, Candace qui a une pêche phénoménale, véritable catalyseur de l’énergie de leur musique, elle dope à la fois la musique, le groupe et le public tout en effectuant une excellente prestation vocale. Malgré un petit effroi au début en constatant que la grosse caisse masquait absolument tout le reste (problème réglé dans les 30sec, on apprécie le professionnalisme de l’orga), le son fut globalement très bon. Les riffs sont parfaitement audibles et les mosh-part deviennent réellement surpuissantes. Ils nous quittent sur un « Revival Never Goes Out Of Style » d’anthologie avec toute la salle qui reprend les choeurs « WHOOOOHOOOHOOOHOOOOO »

Apres un changement de plateau un peu plus long couvert par les WHOOO HOOOO HOOOO OI OI OI mythiques de « Us vs Them », les vétérans du NYHC (20 ans de carrière cette année) posent les pieds sur scène pour la première fois pour cette tournée européenne qui les fera rejoindre le Persistance Tour (tournée hxc de folie qui réunit Sick of it All, Madball, Terror, Walls Of Jericho, Comeback Kid et Destiny…mais qui évite scrupuleusement la France). Nous assenant directement un « Take The Night Off » (avec son break énorme « Let’s celebrate that we don’t give a fuck. Let’s celebrate that we don’t care ») ils nous prouvent, si besoin etait, de l’énormité de leur dernier album en date dont ils joueront 6 extraits (« Take The Night Off », « Machete », « Uprising Nation », « Evil Schemer », « Die Alone » et « Forked Tongue », ce qui signifie simplement les meilleurs morceaux de l’album). L’enchaînement « Take The Night Off », « Machete », « Good Lookin’ Out », « Step Down » et « Uprising Nation » me convaincra d’aller me caller dans le public pour apprécier le plus possible mon second concert du meilleur groupe de hxc du monde. La set-list couvrira presque toute la discographie et les plus gros tubes seront presque tous-joués : « Built To Last », « Blown Away », « Just Look Around », « Call To Arms », « Scratch The Surface » et son célèbre wall of death,…..bref une set-list presque parfaite à laquelle il manquait juste, à mon grand désaroi car je me suis detruit les cordes vocales à le réclamer, « Hello Pricks »). Sur scène c’est grand sourire et forme olympique (première date de la tournée oblige), SOIA ne faillit pas a sa reputation de tueur en live tant par la musique elle-meme que par la bonne humeur et la bonne ambiance qu’ils transmettent à toute la salle. Il est impressionnant de voir les membres du groupes effectuer un tel marathon sur scene (mention spéciale à Pete, guitariste et frère du chanteur) et de se dire qu’ils approchent de la quarantaine, respect ! Lou (chant) n’hésite pas à filer son micro aux premiers rangs ou aux slammeurs (dont j’ai fait parti pour la première fois en plus d’un an). Au bout d’une heure de show (dont un rappel) se terminant sur les chants qui ont ouvert leur concert (pour ceux qui n’ont pas compris : « Us vs Them ») c’est rideau, sous les acclamations du public à la fois ravis et lessivés.
A la vue de ce show (sûrement dans les 5 meilleurs concerts que j’ai vu), tout me fait penser que si au bout de 20ans SOIA est toujours capable de faire des concerts aussi dantesques, rien ne les empêche de continuer pendant encore longtemps.

Up Next

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *