Ahab – The Call of the Wretched Sea

4 Commentaires      1 089
Style: funeral doomAnnee de sortie: 2006Label: Napalm

D’un auteur qui ne voyait dans l’écriture qu’”une navigation sans espoir et sans issue” (selon Blanchot) quelle autre forme musicale que le funeral doom pouvait-on espérer si d’aventures un groupe avait souhaité rendre hommage à son oeuvre majeure Moby Dick ?
Aussi étrange que cela puisse paraître, c’est désormais chose faite, c’est l’Allemagne qui s’en charge et c’est bel et bien – et on ne peut plus – du funeral doom.

Ahab (qui est en fait le capitaine du navire chassant le cétacé) sont visiblement férus d’Herman Melville et s’en inspirent directement pour mettre en œuvre leur art pesant et léthargique. On imagine en effet aisément, à l’écoute d’un « The pacific » par exemple, la complainte d’un animal traqué : l’introduction est étouffante, avec son tempo livide qui nous happe vers les tréfonds ; la lead guitare hypnotique vient par la suite aiguiser le sentiment tragique qui émanait de cette voix profonde et gutturale. On comprend alors que le style est maîtrisé et qu’une révélation du genre vient d’annoncer sa venue. La suite ne dément aucunement l’impression laissée par les premiers titres et on se laisse porter – ou plutôt entraîner – par tant de savoir-faire.

Le superbe « Old Thunder » est un petit bijou de tristesse et s’annonce comme la pièce maîtresse de l’œuvre selon moi : les ambiances abyssales, poisseuses, pachydermiques et pourtant raffinées, délicates (superbe lead guitare sur arpèges désespérées en guise d’intro et qu’on retrouvera tentant de se frayer un chemin, engloutie par le mur de guitares) trouvent ici l’occasion de s’exprimer avec une grandiose plénitude. Titre qui n’est d’ailleurs pas sans me rappeler les heures les plus chargées en émotion de My dying bride, dans l’esprit si ce n’est réellement dans la forme. « The sermon » et « The hunt » parachèvent le travail de sape avec leur ambiance massive, quasi incantatoire portant l’imagination vers des contrées aux horizons sinueux et ombrageux.

En-dehors d’un court – et peu utile – instrumental (« Of the monstrous Pictures of Whales »), on ne tombe jamais en-dessous du seuil des 10 minutes. C’est long. Mais ça passe vite. C’est quand c’est bien fait, ça, non ? ben ouais, et là, c’est très bien fait : l’Outre-Rhin a enfanté une oppressante ode à l’accablement et au désespoir pour le plus grand bonheur des fans du genre. Donc si vous appréciez le sens de l’humour de Mournful Congregation, My Shameful ou, plus récemment, Doom:VS, vous mettrez vos zygomatiques à rude épreuve à l’écoute de ces nouveaux venus sur la scène.

  1. below the sun
  2. the pacific
  3. old thunder
  4. of the monstrous pictures of whales
  5. the sermon
  6. the hunt
  7. ahab’s oath

Chroniqueur

Darkantisthène

Il est né, il a chroniqué, il est mort, aurait pu dire Heidegger si... j'étais mort, si Heidegger était vivant et s'il s'était intéressé à ma prose autant qu'à celle d'Aristote. Et il n'aurait pas été à une connerie près le père Martin parce qu'avant de chroniquer, et après être né, figurez-vous que j'ai vécu ; et écouté de la musique.

darkantisthene a écrit 276 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. pearly says:

    là, je ne peux que lussoyer. je ne m’y connais que peu en doom classique (comprendre sans les mots sludge / stoner collés) / funeral doom / etc. Mais là, chapeau. Une merveille, retourne les tripes, chant et ambiance monstrueux

  2. sacap says:

    le concept n est pas sans rappeler leviathan de mastodon, non ????

  3. Manumal says:

    Pachydermique ,assez singulier leur univers marin,leur musique donne l’impression de chuter lentement dans un abysse ténébreux avec quelques créatures monstrueuses et quelques rayons de soleil persistants oui oui

  4. Hallu says:

    Mouais c’est sympa mais pas extraordinaire non plus. Trop mielleux par moments.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *