Bilan 2006 Dah-Neir

Pas de commentaires      1 283

Comme chaque année, difficile pour moi d’établir un classement de 10 disques marquant dans l’année.Il est très difficile pour moi de donner ce genre de classement puisque chaque année, puisque plutôt que de me ruer sur les nouveautés de l’année j’ai tendance a laisser errer mais oreilles sur toutes les années. Ainsi, les disques qui auront le plus tourner chez moi cette année ne seront pas forcément des disque datant de 2006. Ainsi je vais découper mon top. D’une part les disques de 2006 incontournables, qui seront, pour moi au nombre de 7 et des disques que j’aurais découvert ou re-découvert cette année. Pour faire dans le global, deux disques auront été particulièrement marquant cette année pour moi. D’une part, Dernière Volonté et sa pop martiale qui m’avait déjà convaincu avec les Blessures de l’ombre et qui, là, enfonce le clou définitivement et s’impose comme un artiste majeur à mes yeux. Ce disque datant de 2006 il sera fort logiquement en tête de classement 2006. Deuxième album qui aura marqué mon année, Apoptose et son Blutopfer. Un disque complètement atypique avec ses sons de tambour saupoudrés d’un ambient discret mais efficace. Au rayon des déceptions de l’année, citer Cradle Of Filth ne serait pas honnête compte tenu du fait que je n’attendais rien du nouvel album des anglais. Ceci dit, force est de constater qu’ils nous servent là un des plus mauvais albums de 2006 et assurément leur plus mauvais opus. Ensuite, légère déception de mon coté pour ce qui est du dernier Katatonia, qui n’a jamais réussit à m’émouvoir comme l’avait fait son prédécesseur Viva Emptiness. Étrangement en début d’année j’aurais volontiers cité Darkthrone dans les déceptions de l’année et pourtant ce disque, sans être grandiose se révèle assez correct et agréable à écouter. En terme de dvd, la sortie de celui d’Arcturus ne fait que confirmer le mal que je pense du dernier album, quand celui de Marduk montre de façon flagrante l’évolution du groupe depuis le départ de Legion.

DVD

ArcturusShipwrecked in Oslo
Après la déception Sideshow symphonies j’étais enthousiaste de voir Arcturus en live. Peut-être que ce sentiment que Vortex chante sans âme avec Arcturus pourrait s’estomper. Malheureusement ce n’est pas le cas et le DVD se révèle rapidement être à l’image de la prestation studio du groupe. Chiant, vide et sans vie. Qu’il est loin le temps de Garm

MardukBlood Puke Salvation
Le successeur de Funeral Marches… nous permet de mieux mesurer l’évolution du groupe depuis le départ de son chanteur/danseur/rigolo Legion. Là ou Funeral Marches nous proposait deux show identiques, ce Blood Puke sent moins l’arnaque avec deux show de grande qualité. Mortuus donne un nouveau souffle au groupe et le fait redevenir un groupe de gros black métal bien malsain, Emil Dragutinovic est tout simplement phénoménal, reste à savoir comment le groupe pourra se relever de son départ.

Children Of BodomChaos Ridden years
Children Of Bodom a toujours été un groupe de scène. Depuis le fabuleux live au japon, nombreux étaient les fans qui attendaient le premier dvd live du groupe. Même avec un dernier album des plus décevant, le groupe prouve qu’il reste une grosse machine scénique. Alexi Laiho reste un frontman imparable et l’exécution des morceaux est exemplaire.

Révélations

Apoptose : Blutopfer
Clairement un des disques les plus surprenants que j’aurais découvert cette année. Un ambient martial rituel des plus puissants avec cet enregistrement des tambours de la Semana Santa de Calanda. A écouter dans des conditions particulières le disque se révèle hypnotique et terriblement efficace. A ne pas rater.

DissectionStorm of the lights bane
Alors évidemment plus culte tu meurs mais avec la sortie de Reinkaos et la mort de Nodveidt, Storm sera ressorti de l’étagère et aura tourné plus que de raison cette année. L’occasion de redecouvrir ce monstre sacré du dark métal, souvent imité, jamais égalé.

Judas IscariotDethroned conquered and Forgotten
Bizarrement avant cette année je n’avais jamais écouté une note de Judas Iscariot. S’est alors présenté l’occasion de découvrir le groupe par l’intermédiaire de l’album le moins représentatif de Judas Iscariot. Un disque brutal un peu dans la veine d’un Gogoroth, Under the sign of hell avec un son de batterie complètement unique. Une batterie vivante qui apporte un réel plus à cet EP de 25 minutes.

Déceptions

Cradle Of filthThornography
Tout simplement de la merde en barre, difficile d’imaginer que ce même groupe avait sorti en 1996 un des plus grands albums de black de tous les temps avec Dusk and her embrace. Une voix caricaturale, des riffs pathétiques. A oublier tout simplement

KatatoniaThe great cold distance
Voilà un album qui avait divisé la rédac à sa sortie. Pourtant un grand amateur de Katatonia, toute périodes confondu, ce disque n’a pas réussi à succéder à un très bon Viva Emptiness. Dommage j’en attendais beaucoup, trop surement.

Albums de l’année

Derniere VolonteDevant le Miroir
Sans conteste le disque qui m’a le plus marqué cette année. Superbe mélange entre une pop assez facile d’accès et des atmosphères martiales. Tour à tour on pense à Indochine, Depeche Mode, Etienne Daho. Sans aucun doute le disque qui a le plus tourné chez moi depuis longtemps.


LjaaTil Avsky For Livet No
Ma bombe « true black » de l’année. Une production à la hauteur des ambitions du groupe, des passages ultra-brutaux, des passages plus posés tout y est pour faire de cet album un de mes albums de black favoris.


Green CarnationThe Acoustic Verses
J’ai été, je l’avoue très surpris par cet album, le travail des Norvégiens n’ayant jamais vraiment retenu mon attention. Et pourtant dans l’exercice dangereux de l’album acoustique, Green Carnation va pourtant sortir une véritable bombe de mélancolie et de mélodies imparables. Détrônant pour ma part le pourtant superbe Damnation d’Opeth


SatyriconNow Diabolical
Malgré une évolution plus que contestée dans le milieu Black, Satyricon continue son petit bonhomme de chemin ne servant jamais deux fois le même album. En 2006 Satyricon est beaucoup plus rock’n’roll sans tomber dans les excès du dernier Vreid et du dernier Darkthrone. Les titres prennent encore une autre dimension en live.


Keep of KalessinArmada
Après un Reclaim sorti sous la forme d’un all-star band on avait du mal à imaginer un avenir pour Keep Of Kalessin. Pourtant Obsidian ne s’est pas découragé, s’entourant d’un véritable groupe il réussit le tour de force de nous sortir un des albums de black moderne les plus convaincant de l’année. Un essai à confirmer avec le prochain album qui sera, à coup sur, attendu au tournant.


SummoningOath Bound
L’interminable attente après un LMHSYF controversé aura finalement été récompensée. Le groupe parvient même a créer un disque encore plus complet que le fabuleux Dol Guldur. Des choeurs utilisés avec un peu plus de fréquence que sur LMHSYF, des ambiances comme seul Summoning sait en créer et un corbeau métronome, il n’en fallait pas plus pour faire de ce disque un incontournable de 2006


DrudkhBlood in Our Wells
La scène Ukrainienne avec ses chefs de files comme Astrofaes, Hate Forest ou Nokturnal Mortum, va maintenant devoir compter sur un nouveau digne représentant de sa culture. Drudkh offre un black intelligent, majoritairement mid-tempo bourré d’ambiance et d’atmosphères slaves, Malheureusement l’album acoustique sorti cette année également est trop moyen et il faudra attendre 2007 pour voir Drudkh encore évoluer.


TenhiMaaaet
Groupe que je suis déjà depuis un moment et qui nous offre avec Maaaet un des albums les plus sombres mais aussi un des plus complets de sa discographie. Sa complexité le rendant au premier abord assez difficile d’accès il nécessitera plus d’écoutes que Vare pour être assimilé, mais une fois fait, la magie est complète.


Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *