Graf Orlock – Destination Time Yesterday

Pas de commentaires      907
Style: hardcore/grindAnnee de sortie: 2006Label: Level Plane

Graf Orlock, un groupe de Californie, encore un. Un groupe qui a pourtant son mot à dire puisqu’étant générateur de bruit et de décibels sur fond de contestation sociale. La formation, signée chez Level Plane, propose un hardcore racé, aux frontières de différents sous-genre du style. On trouve ici et là quelques accents tough, même s’ils restent très discrets car l’ensemble est plutôt chaotique sans l’être vraiment avec un accent parfois assez screamo/grind. Le groupe ne se laisse pas facilement apprivoiser et nous fait danser dans des registres différents. Les rythmiques de type « moulinet » (sans en être vraiment) sont légions chez Graf Orlock, celles plus speedés et aigues le sont également. En plus de cela, on trouve deux vocalistes : l’un plutôt tough avec un cri placé dans les medium bien vindicatif, l’autre plus screamo et davantage coloré dans les aigus. On peut aussi trouver des riffs groovy : dans « Personal Stuff » par exemple.
Mais le secret de Graf Orlock c’est de tout mixer dans des chansons de 90 secondes sans que cela ne soit choquant ou répugnant. L’effet que produit leur musique sur nos sens est assez « plaisant » mais on pourra regretter toutefois l’usure jusqu’à la corde de cette recette sur l’ensemble du disque.

L’une des particularités du groupe est de débuter chacune de ses chansons par un extrait de film. Ca pose une certaine ambiance assez grind… ça plait… ou pas. On peut trouver ça plus ou moins chiant ou inutile par moment. Dans tous les cas on appréciera la finesse des extraits choisis. Un exemple parmi d’autres:

_ « Fuck You asshole. »
_ « Fuck Youuuu! Asshole ».

Allez encore un autre, je ne peux y résister:

– « It’s not a suicide if you’re already dead! ».

Mais ce n’est pas plus dérangeant que ça. Pour dire vrai ça n’est pas dérangeant du tout. Une autre particularité et point fort de ce disque c’est la production. La batterie, fournie, ressort très clairement. La guitare, elle, a un son rugueux, abrasif, assez crade; et ça j’aime.

Comme je l’ai soufflé plus haut, les chansons sont assez expéditives : 16 titres pour 27 minutes… Autant dire que c’est sec, efficace, sans compromis. Même la dernière piste qui part de façon plus « ambient » se révèle ne pas l’être en fin de compte. Ah les vilains!

  1. tactical destruction
  2. 50 year storm
  3. not economically viable
  4. improvement society
  5. dutch and the demon
  6. prove it
  7. massacre!/main title
  8. captives of the thuggee
  9. rotten kid
  10. hauser
  11. personal stuff
  12. panic at the galleria
  13. border crossing
  14. marmot
  15. a chat with the pentagon
Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *