Lazy

Pas de commentaires      543


Interview de Lazy réalisée le 8 décembre, avant leur concert au Batofar en compagnie des groupes Sna-Fu, Ghost Orchid et DysBy ; Aurélien (Basse), Sébastien (Chant), et Julien Hekking (Guitares).

On n’échappera pas à la banale présentation en règle…

Aurélien : eh bien on a commencé il y a quasiment 10 ans, avec Julien Attias (Guitares), Sébastien (Chant), un autre batteur, et moi. On était vachement Guns

On tapait que dans des compos hard rock comme ça… Puis Olivier est arrivé et on a commencé à prendre le son Lazy. On a composé l’EP dans la foulée, c’était il y a 3-4 ans. Après on a pris Julien (Hekking) pour les concerts, pour compléter la guitare…

Julien : En fait je suis rentré dans le groupe, exclusivement en tant qu’interprète puisqu’à la base Sébastien était guitariste-chanteur. A partir du premier EP, il a voulu se consacrer exclusivement au chant, donc ils avaient besoin d’une tierce personne pour assurer les grattes avec l’autre Julien. Donc à ce moment là je ne faisais pas vraiment partie du groupe, j’étais juste interprète… Et puis il y a un an, on a décidé d’un commun accord, que je rentre dans le groupe…

Tu as apporté ta patte aux compos de l’album du coup ?

Ben pas encore, je n’ai rien composé pour le EP ou l’album, mis à part quelques passages par ci par là. Après sur scène j’imagine que j’apporte quand même quelque chose de différent, avec les solos notamment. Mais bon, ce sera plus sur le prochain album, que je pourrai apporter ma touche.

Vous avez commencé à composer d’ailleurs ?

Aurélien : A peine. Vite fait quoi ! Nan en fait on va se mettre à la compo sérieusement en janvier. On voudrait sortir un album soit fin 2007 soit début 2008.

(Sébastien arrive dans la pièce)

Le titre de l’album est Rock Against Rock. Vous auriez pu l’appeler Rock Against Metal, car les titres illustrent souvent la rencontre entre le rock n’ roll et le son lourd du métal…

Sébastien : oui en fait y avait surtout une autre signification derrière le titre qui l’explique. En fait c’était pour contrer tous ces groupes qui se disent rock. Tu les entends tous dire « ouais nous on fait du rock ». En réalité c’est souvent du rock à minettes. Nous on fait de la musique comme on l’entend

Julien : c’est clair qu’il y comme une nouvelle mode ces derniers temps, tournée vers le rock. Regarde-là l’autre du R’N’B, comment elle s’appelle…

Sébastien : Nadja ouais ! « Comme un roc » ! Tu sais avec le stade et tout le monde qui gueule et les bras en faisant le devil’s horn…

Julien : et puis au-delà de ça c’était pour dire que le rock c’est d’abord la musique parce qu’on entend souvent des mecs dire « ah vous faites pas de balance, rock n’ roll !! ». C’est devenu un peu n’importe quoi. C’est donc le « rock musique » contre ce faux rock d’apparat.

Au niveau des influences, quels sont justement les groupes qui vous ont marqués ?

Julien : C’est super large. En général on a tendance à parler de Guns N’ Roses, Pantera, Led Zeppelin, Ac/Dc, Amen aussi qui est une grosse influence, ainsi que Metallica, comme un peu tout le monde. Après plus récemment, des groupes comme Nine ou KoRn aussi…

Est-ce que les groupes qui partagent l’affiche avec vous ce soir (DysBy, Sna-Fu et Ghost Orchid) ont été choisis par vous ?

Sébastien : En fait non, mais on nous a dit « tiens est-ce que vous voulez jouer avec DysBy et Sna-Fu ? » et on a répondu « Banco ! ». Ca fait longtemps qu’on veut faire des dates avec eux, et même une tournée ensemble. Parce qu’on a tous enregistrés chez François (batteur de DysBy) et on se connaît tous, c’est un peu comme une petite famille.

Et tu parles de famille, la famille c’est aussi Aqme et Houston Swing Engine par exemple ?

Sébastien : Non Houston Swing Engine on ne les connaît pas…
Julien : Nous (NDLR : Aurélien et lui) on connaît Danek (chanteur de Houston Swing Engine et de gRYMT. projet commun à Lazy, HSE, et Aqme) mais juste par écouteurs interposés… On ne l’a jamais rencontré.

Donc l’album de gRYMT. a été enregistré comme ça, chacun de votre côté ?

En fait c’est le projet d’Etienne (Aqme) qui avait déjà écrit 8-9 chansons, il a proposé à Aurélien et moi, donc on a enregistré les 9 titres. Etienne pensait à plusieurs chanteurs, il n’avait personne de décidé. Je crois qu’au départ il optait davantage pour le chanteur de Nostromo.

Ca n’a pas pu se faire donc il a choisi Danek, qu’il connaissait, dont il appréciait la musique et comme HSE est sur le même label (At(h)ome) ça simplifiait le truc.

En tout cas la musique de gRYMT. change radicalement de Aqme, puisque c’est plutôt du grind/death…

Tout à fait… C’est un petit peu les mauvais rêves de Etienne…

Vos liens avec Aqme sont assez forts…

Sébastien : c’est vraiment des types super. Ils nous ont pris avec eux en tournée, et il s’avère que ce sont des crèmes, vraiment très sympas, quoiqu’on pense de la musique…

Au delà de l’amitié justement, vous pensez quoi de la musique d’Aqme ?

Sébastien : Moi j’adore. Je sais que tout le monde n’aime pas. Ce que j’aime c’est la force des chansons. C’est sûr c’est pas super technique et tout, mais on s’en fout, y a des vraies chansons, une vraie intelligence d’écriture et c’est ça qui compte d’abord. Et puis il y a une vraie alchimie et ils se donnent à fond. C’est vraiment comme ça qu’il faut considérer la musique je trouve.

Et comment vous vous positionnez par rapport à la scène française en général, entre les nouveaux super représentants à la Gojira et les anciens du french core comme Pleymo ou Watcha ?

Sébastien : on s’en fout un peu en fait, on se pose pas la question. Et puis on est un peu nouveau encore sur la scène faut le dire, donc il est peut-être un petit peu tôt pour nous, pour nous positionner sur la scène…

Et votre regard personnel sur la scène française ?

C’est qu’il y a d’excellents groupes et d’autres qui ne méritent pas leur place.

Des noms… ?

En excellents groupes : il y a Gojira, Aqme, et même Enhancer tu vois. Enhancer j’aime pas du tout sur album, mais en live ça déboîte. Je les ai vus en live, j’ai pris une grosse claque.
Pour les autres, j’ai pas envie de citer des noms, parce qu’il y a des gens qui aiment ces groupes et je faut respecter…
Le problème de certains groupes c’est qu’ils ont du mal à sortir de ce qu’ils savent que le public attend. Comme Pleymo ou Wunjo par exemple, t’en as beaucoup qui sont partis vers cet adoucissement qui vient de compromis et de concessions auxquels on n’adhère pas et dans lesquels on ne se retrouve pas forcément…

Pour clore l’interview, on vous propose un petit jeu de portrait chinois…

Si Lazy était…

Un alcool…

Julien : Jack Daniels !
Sébastien : moi je dirais du vin… Parce que notre musique se bonifie avec le temps, plus on avance plus on progresse et notre musique s’enrichit de différentes choses…Ne serait-ce que l’arrivée de Julien par exemple, ça donne une autre dimension… Il apporte sa personnalité.
Peut-être que dans 20 ans on sera…
Julien : de la 8-6 !!
(rires)

Un animal ?

Sébastien : un poney ? (rires)
Julien : un cracoucas (NDKrakou : réponse véridique !)

Un cracoucas !!!!??

Julien : nan c’est à cause de notre batteur, c’est son surnom, mais il va pas aimer qu’on en parle ! (rires)
Sébastien : c’est le corbeau qui arrive sur ses proies…

Une position sexuelle ?

Sébastien : une bonne levrette, version lapin tu vois, un truc rapide « hop hop hop » 2 min 30 et c’est torché !

Une expression ?

Julien : « Chanmé ! »
Sébastien : « ça me parle »…

Un plat ?

Un truc qu’on mange souvent : poulet-taboulé !

Un quartier de Paris ?

Sébastien : Le 20ème, c’est là où on a enregistré notre cd et c’est le quartier qu’on aime. Et sinon Bastille… Pigalle…

Ok merci !!

krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 804 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *