Negura Bunget – Om

16 Commentaires      2 108
Style: black metal à ambiancesAnnee de sortie: 2006Label: Code666

Alors que les moyens mis à disposition d’un groupe deviennent plus importants, l’amateur fidèle depuis le début a souvent tout à y perdre. Chacun se souvient d’artistes dont on dit d’eux qu’ils vont marquer leur temps, qu’ils ont le potentiel pour frapper un grand coup et qui au final passent à côté ou se ramassent lamemtablement. L’annonce d’un nouveau Negura Bunget en 2004 se présentait comme une occasion de vérifier ce principe : pourraient-ils honorer les nouveaux espoirs que l’on avait placé en eux depuis la sortie de ‘N crugu Bradului’ ? L’an passé, le mini Inarborat Kosmos venait me couper l’herbe sous le pied : sans véritable consistance ni aspérité, je restais sur ma faim, prêt à faire face à une possible déconvenue.

Sortis de nul part aux yeux du grand public en 2002 grâce à leur signature sur Code666, Negura Bunget ont quatres albums à leur actif dont le dernier et déjà cité ‘N’Crugu Bradului’, reste encore aujourd’hui un des meilleurs albums de black-metal post-second wave jamais sorti. Comme avec Tenhi ou Orphaned Land dans d’autres styles, on associe automatiquement Negura Bunget à une région du globe (la transylvanie), car leur musique dégage indéniablement une saveur locale. Les instruments utilisés, aussi bien les percussions que les claviers, affiliables à du Emperor première periode, ne justifient qu’une partie de cette appelation qui revient sans cesse dès qu’on évoque le groupe. Le parti pris du riff acide, d’un son proche des éléments ou de la mélodie plus magnétique que limpide en sont tant d’autres. Et de vulgarisation talentueuse on passe à véritable révélation.

Ce nouveau concept album ne s’annonce pas aussi rude que ses prédecesseurs, bien au contraire. Ici, on sent le fil d’une histoire continue, à la trame non-linéaire, qui même dans les moments les plus vivaces ne donne jamais dans l’excès. Oui, Negura Bunget émancipe son language, se fait un peu plus ‘lisse’ mais là où trop de groupes sombrent dans la stérilité dans un souci de sophistication, ils arrivent à faire de ce changement une réussite. Adapter la production par exemple constitue un choix judicieux, ne serait-ce que pour ne pas recouper leurs travaux passés et donner le plein potentiel à leurs objectifs. Le mixage équilibré entre la base metal, si on peut la qualifier ainsi vu l’attention équitable accordée à chaque élément du spectre sonore, et tout ce qui fait de Negura un groupe à même de susciter l’attention des non-afficionados de black est optimal.

Il faut à présent compter avec des claviers omniprésents, très hauts dans le mix. Le jeu de batterie de Negru se montre toujours aussi singulier, fougueux en blast avec un travail particulier sur les cymbales et dans les roulements, il fait constamment la dynamique et donne l’impression d’un voyage à l’intérieur de terres accidentées. Quant aux vocaux ils sont à la hauteur de ce qu’on peut attendre d’une musique extrême et intègre encline à transmettre un panel varié d’émotions : profonds, rageurs (le final de  »Cel Din Urma Vis »), et capables de modulations (passages parlés,chuchotés,incantations.. ). En contrepoint, les vocalises claires ne s’infiltrent que rarement, jamais dans un souci de balance (ce qui est appréciable) mais pour marquer un point central du morceau ( »Cunoasterea Tacuta » ou tout du long sur  »Hora Soarelui »).

En plus d’être un album irréprochable, OM nous permet de tirer des enseignements sur l’évolution d’un groupe au sein d’une scène; il se présente comme un exemple édifiant de changement dans la continuité, sans compromis ni regrets, pour un groupe qui continue à jouer du metal parce que c’est toujours sous cette forme qu’il désire s’exprimer. Et visiblement, ça fonctionne à merveille. Alors si l’on n’est sûr de rien pour l’avenir, même avec les meilleurs, on peut leur renouveler notre confiance…une fois de plus.

Krakoukass :
J’ajoute mon grain de sel simplement pour préciser qu’au delà de la musique superbe et de l’univers captivant et envoutant dépeints par ces roumains à travers leur musique ambitieuse (mais jamais pompeuse), leur souci du détail à tous les niveaux ne peut que forcer le respect. J’en veux pour preuve un artwork magnifique, une édition deluxe qui compte certainement parmi les plus belles éditions digipack que j’ai vues. Ajoutons que le DVD bonus offert dans cet écrin de perfection, nous donne l’occasion d’apprécier 2 clips (pas trop kitsch et qui permettent d’apprécier la beauté des forêts roumaines), des extraits live de bonne qualité et des interviews intéressantes qui permettent de mesurer combien l’univers de ce groupe est à part et riche. J’aurais poussé jusqu’au chef d’oeuvre, car même s’il est forcément trop tôt pour en être certain, je pense que voilà un album destiné à marquer durablement les esprits…

Tracklist :

  1. ceasuri rele
  2. tesarul de lumini
  3. primul om
  4. cunoasterea tacuta
  5. inarborat
  6. dedesuptul
  7. norilor
  8. de piatra
  9. cel din urma vis
  10. hora soarelui
  11. al doilea om
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

16 Commentaires

  1. Angrom Angrom says:

    Très chouette chronique et en effet excellent disque … Il faut que je l’achete

  2. Joss says:

    Ouais, très belle chro mister Dev (sincèrement), pour un album magnifique. J’en décroche pas en ce moment.

  3. Berry_Bourrin says:

    Un superbe album, envoutant. Tout est dit dans la chronique…un incontournable de cette année!

  4. darkantisthene says:

    ouf, il pourray a voir un lien vers la kro à partir de mon bilan de l’année!!échappe de peu à la première place du podium, d’autant que je trouve certains passages dispensables contrairement à ceux qui leur ravissent la place : Drudkh
    mais NB fait désormais partie des Grands

  5. Crafty says:

    Excellent album, bonne surprise, même si certains passages sont dispensables, il fait partie des meilleures sorties de l’année.

  6. Nokturnus says:

    Encore une piece maitresse magnifique dans la discographie de Negurã Bunget

  7. Devin says:

    Sont ou les passages dispensables, hein? :-p

  8. Devin says:

    Sinon pourquoi le « à ambiances »? :D

  9. Solarfall says:

    L’intro est absolument énormissime !!!

  10. Devin says:

    En live aussi, ptet le meilleur moment du concert..

  11. Ellestin says:

    Negura Bunget c’est bien

  12. Hallu says:

    Par contre le « une édition deluxe qui compte certainement parmi les plus belles éditions digipack que j’ai vues » faut quand même pas déconner hein. C’est juste un double digipack tout ce qu’il y a de plus commun, et le livret est quand même bien fin. C’est sûr que comparé au standard boîtier cristal qu’on nous sert avec 2 pages sans rien sur le groupe c’est le nirvana, mais c’est pas non plus une édition collector, on est bien loin de l’édition cartonnée limitée de  » ‘N Crugu Bradului ».

  13. Joss says:

    Certes, mais on peu aussi différencier packaging et graphisme… Ici le digi n’est bien sûr pas le plus original qu’il existe (tout en étant très classe quand même) mais pour ma part je trouve que le travail graphique réalisé est bluffant.

  14. kervella Pauline says:

    Negura Bunget est un groupe vraiment très agréable à écouter, j’y passe des heures sans jamais m’en lasser, la voix de hupogrammos Disciple’s m’émeut, en plus de ça je le trouve très beau. Leurs albums sont magnifiques! Et « Om » dépasse tout ce que j’ai pu entendre jusqu’à présent! Bonne continuation au groupe!

  15. Apocryphe says:

    Chronique à laquelle j’adhère en tout point, c’est exactement ce que dégage cet album à mes yeux. Je ne vois pas non plus les passages dispensables … histoire de goûts !
    Et pour ceux qui ne sont pas loin, une des rares occasions de les voirs en concert le 17 avril à Bordeaux à l’Heretic Club

  16. Noohmsul says:

    Ce disque est génial, un des albums qui me fait le plus voyagé, à son écoute mon âme s’envole vers des contrés lointaines remplies de vastes forêts… Ce petit disque m’a franchement marqué, pour moi c’est le black metal du futur! Unique et merveilleux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *