October File – Hallowed Be Thy Army

3 Commentaires      1 342
Style: post punk / metalAnnee de sortie: 2006Label: Candlelight

Qui a déjà rencontré le père Jaz Coleman en chair et en os, aura remarqué son œil noir et pétillant, son sourire sarcastique à la commissure des lèvres ainsi que sa posture de vigie. Le vieux singe à qui on ne la fait plus depuis quelques décennies en somme. Alors à l’écoute de cet EP d’October File, je l’imagine tout à fait taper sur l’épaule de ces mecs et les écarter de son chemin d’un « attends p’tit, vais te montrer comment on fait». Tout ça pour dire que si le nom de Killing Joke vous traverse l’esprit à l’écoute de ce Hallowed be thy army, c’est normal. Coleman a pris ces anglais sous son aile et Paul Raven leur jette des colliers de fleurs.

Officiant dès leur premier EP How To Lose Friends And Alienate People dans un style proche de Killing Joke, un côté metal hardcore en supplément, cette influence les a marqués au fer rouge et ne s’est pas départie depuis. Un premier album A Long Walk On A Short Pier, un second EP Monuments et enfin ce nouvel EP en ouverture du futur album produit par Jaz Coleman Holy Armour From The Jaws Of God à paraître en 2007, tous sont marqués de ce sceau. Des boucles répétitives où riffs de basse et de guitare se suivent à l’unisson sur une batterie lapidaire et monolithique. Des mélodies et autres lignes de guitare surnageant de temps à autres dans cet univers étouffant tout de tension et de claustrophobie. Et ce n’est pas la voix de Ben Hollyer qui inversera la tendance. Que ce soit dans le timbre de voix rauque, l’emphase ou bien certains gimmicks comme cette voix susurrée sur « Hallowed be thy army » en prémisses d’une explosion de rage. Tout nous renvoie à Killing Joke. Et par instants nous ne sommes pas loin de la copie carbonne.

Pour autant nous voici avec trois nouvelles compositions jetées en pâture, se révélant au fur et à mesure des écoutes très efficaces. Trois compositions directes et accrocheuses comme peut l’être le hardcore, sombres et violentes comme peut l’être le metal, à la production puissante mais au rendu un rien homogène et synthétique comme peuvent sonner certains albums d’indus. En fait cet EP me replonge au cœur des 90’s où nombres de groupes (Helmet, Prong, Therapy ? mais aussi des seconds couteaux comme Engine of Agression, Shihad ou Subtance D) s’affranchissaient de toutes contingences pour fusionner leurs influences et créer un nouveau souffle qui se sent aujourd’hui encore. October File en serait donc un héritier. Le panache en moins.

  1. hallowed be thy army
  2. friendly fire
  3. in my magnificent circus
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. krakoukass Krakoukass says:

    Pas écouté mais j’aime beaucoup la pochette… Le style graphique me parle…

  2. Joss says:

    Et encore ce n’est qu’un détail de la couv du prochain album qui sort en mai et qui à l’air bien belle aussi. Oui je suis renseigné car je suis en train de chercher qui est l’auteur de cet artwork….

  3. Neurotool says:

    Victor Safonkin. Il suffit de demander!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *