Skinny Puppy – Too Dark Park

Skinny-Puppy-Too-Dark-Park

“Vas-y écoute ça! C’est étrange, complètement barré. Un truc de déglingués !” Voilà à peu de chose de près les dernières paroles de mon dealer de l’époque, un géant au pied d’argile, léthargique, voûté à force de traverser la vie au cœur de ses brouillards chimiques. Sourire sardonique sur les lèvres, il me laissait cette cassette comme on vous lâche une bombe dans les mains.

On était en 1990 et je venais d’ouvrir définitivement la boîte de Pandore. Je me revois installer cette cassette dans mon baladeur, chausser mon casque et sombrer dans cet univers. Une musique insaisissable, électronique, bruitiste, violente où des structures musicales jusque là inconnues –et insoupçonnées ! – allaient m’envahir, s’immiscer sans rémission possible au cœur de mes synapses, me posséder tel le poison affluent dans les veines. Un flash. Une chute sans fin. La peur. Des sueurs froides. La folie au bout du tunnel. Du moins je l’imaginais. Les sens en éveil ne m’étaient plus d’aucune aide. Les repères dissous. Tout devenait lisse et opaque. Je vivais toujours mais tout ce qui avait été n’était plus. Mes seuls repères étaient cette musique et cette voix artificielle. Un guide dissolu au cœur de mes ténèbres. Une voix déshumanisée, rageuse, passée au travers d’un filtre synthétique. Une voix habitée des prophéties sans lendemain, des cris de douleur et d’impuissance, dégueulant toute la bile et l’acide de ses tripes. Le dégoût à l’état brut. Et durant une quarantaine de minutes je me retrouvais totalement subjugué, hypnotisé par cette violence.

Skinny Puppy venait de jeter sur la place publique Too Dark Park après huit années d’existence et cinq albums tous plus cultes les uns que les autres. Avec cet album, Nivek Ogre (chant), cEVIN KEY et D.Rudolph Goettel (tous instruments et samples) atteignent une nouvelle quintessence musicale avec la création d’un univers glacial, post-apocalyptique où les éléments organiques (batterie, basse, batterie) se noient dans un flot de samples, claviers, et autres instrumentations électroniques. Percussions tribales contre nappes gothiques. Cris samplés contre arpèges cristallins. La froideur de la musique industrielle en supplément. Tout transpire l’urgence d’un monde à la renverse où la critique sociale se heurte aux vapeurs de l’éther et de l’héroïne. Goettel s’y dissout tellement d’ailleurs qu’il s’y perdra cinq années plus tard…

Si aujourd’hui l’alliance des mots électronique et industriel n’intrigue plus grand monde, il s’avère qu’avec cet album – comme avec l’ensemble de sa discographie d’ailleurs- Skinny Puppy est et demeure un groupe à part, un sculpteur de son où des inspirations surréalistes se heurtent à une sombre décadence et à une certaine idée du nihilisme. Cette musique est une folie provocatrice, un art essentiel, une remise en cause par l’absurde de notre époque et ses modes d’expression, un miroir sans teint où les névroses s’alignent les unes après les autres sous la coupe de la lame de rasoir pour l’inhalation finale. Dès « Convulsion » on est plongé au cœur d’un univers épileptique dominé par la violence de percussions industrielles et de sons tous plus agressifs et dérangés les uns que les autres. Le voyage commence au cœur d’une séance de torture sonore, histoire de vous préparer à la suite. Le morceau se termine au cœur du chaos. On veut être sûr que vous soyez totalement réceptif, incapable d’opposer une quelconque résistance à ce flot de noirceur maladive, à sa fâcheuse réalité. « Kiss the master feet… » raisonne du fond de la gorge de Ogre durant « Rash reflection ». Et vous vous y plierez ! Vous vous y plierez pour entendre la suite, pour voir des paysages sonores mutés de la sérénité à la tension la plus féroce (« Natures revenge », « Shore lined poison »), pour étancher votre curiosité, pour bouger sur des basses puissantes, pour hurler « Kicking the Habit ! » sur « Spasmolytic », pour vous confronter à vos obsessions, vos hontes et vos culpabilités. Pour vous libérer. Parce que la musique de Skinny Puppy a ce pouvoir. Elle est aussi violente et paradoxale qu’un cri pour la liberté.

  1. convulsion
  2. tormentor
  3. spasmolytic
  4. rash reflection
  5. natures revenge
  6. shore lined poison
  7. grave wisdom
  8. t.f.w.o.
  9. morpheus laughing
  10. reclamation

4 commentaires

  1. Cet album est ENORME, vraiment du tres bon !

  2. oh je vous aurai jamais cru capables de reviewer cette perle :)
    chapeau

  3. je connais le ptit frere mais jessaierai bien celui la aussi…

  4. YIHA!
    quel album quand même,sacrée petite ogive,rip Goettel,indispensable ce disque pour tous les amateurs d’indus

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • kerretta-pirohiabeunz | 31 octobre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Héhé mais pas de problème ! Ravi que ça te plaise ! :)
  • kerretta-pirohiaGueff | 31 octobre 2014
    Kerretta – Pirohia
    C'est carrément très très bon tout ça! Je valide, plussoie et tout ce qui s'en suit :) (Désolé de ne pas avoir de critique plus constructive, je suis juste d'accord :p )
  • slipknot-the-gray-chapter-newCaptain Igloo | 27 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Je ne comprends pas vraiment ce que l'on peut reprocher à cet album, pour peu que l'on apprécie ou qu'on ait apprécié au moins un des albums précédents du groupe ! Ceux qui ont toujours dénigré, détesté le groupe ou simplement le style (moi j'appelle ça simplement du Metal) n'apprécieront toujours pas ! Après plus...
  • bbng-iiiAER | 25 octobre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    Encore des protégés du dieu Gilles Peterson, BBNG c'est la nouvelle vague jazz ayant digéré la pop/le r&amp;B/ l'electro et le hip hop. On pourrait ajouter les australiens de Hiatus Kayote, Snarky Puppy (dans le style plus big bang) et les petits chouchous de Quincy Jones "Dirty Loops"…tout ça sous l'oeil des grands frè...
  • lonely the brave-the days warAER | 25 octobre 2014
    Lonely the Brave – The Day’s War
    Première partie de Deftones l'an dernier au zénith de Paris et une bonne partie du public s'en foutait alors que ce groupe sonne plutôt bien, il me fait penser à cette vague de groupe des années 2000 un post- hardcore et rock comme Hundred Reasons et Hell is for Heroes, je suis d'accord sur la voix entre Cold et Vedder (san...
  • slipknot-the-gray-chapter-newDrugzath | 21 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Enfin une tres bonne chronique sur cet album ,pas comme chez nos compères de VS Webzine ;--) .Je te rejoints en tout point sur ce que tu a mentionné .Pour ma part un bon album qui se lasse pas au fil des écoutes .
  • slipknot-the-gray-chapter-newkrakoukass | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci pour ton commentaire. ;) Loin de moi l'idée de proclamer que quiconque n'aime pas cet album est un abruti obtus (les personnes visées sont plutôt les couillons qui n'ont jamais aimé Slipknot -pour des raisons souvent basées sur des préjugés ou une haine du so called Nu Metal- et ont toujours craché sur le groupe, ...
  • slipknot-the-gray-chapter-newMths | 20 octobre 2014
    Slipknot – .5: the Gray Chapter
    Merci de bien faire comprendre que quiconque n'aime pas cet album est un "rageux bas du front", ça fait toujours plaisir. Et si ce n'est pas le message que tu voulais faire passer, je t'invite cordialement à retravailler le début de ta chronique... Je trouve que, dans les titres qui ont été balancés sur le Web, il y a q...