Hypno5e – Des Deux L’Une Est L’Autre

5 Commentaires      1 256
Style: metal moderne ambiantAnnee de sortie: 2007Label: Overcome Records

Difficile de parler de cet album, car voilà le genre de disque qu’on ne chronique pas après une seule écoute. C’est pourquoi il m’a fallu de nombreuses semaines pour réussir à écrire dessus. Et pourtant il le mérite, car l’effort et le travail des français de Hypno5e pour aboutir à une musique à la fois claire et honnête avec ses influences mais malgré tout personnelle, est tout à fait remarquable.
Cependant c’est un album d’une telle densité et longueur (74 minutes) que sa digestion en est extrêmement difficile. L’une des raisons de cette longueur est à la fois simple et tout à fait compréhensible (voire à saluer). Le groupe a d’abord sorti un EP auto-produit à la qualité sonore très contestable (cf chronique de Jonben sur cet EP) et a décidé d’aller enregistrer du nouveau matériel au Tower Studio à Montpellier. Occasion rêvée saisie par le groupe, pour réenregistrer les titres du premier EP qui se trouvent tous sur cet album (très) longue durée, accompagnés qu’ils sont de 4 nouveaux titres qui auraient largement pu constituer en eux-même un EP à la durée très correcte.
Je vous renvoie à la chronique de mon camarade pour avoir une idée plus précise des 6 titres du premier EP (« Daybreak At Slaughter-House », « H492053 », « Scarlet Fever », « Tutuguri », « Naked Lunch I », et « Naked Lunch II »), sachant qu’évidemment et comme prévu, le résultat de booster le son et de donner une dimension supplémentaire aux compos est totalement atteint avec cette fois une production complètement à la hauteur des ambitions du combo. Voir par exemple « Daybreak At Slaughter-House », puissant et rageur, qui acquière la carrure qu’il mérite.

Je parlais des influences du groupe en début de chronique : ces influences sont tout à la fois musicales (Jonben parlait de Meshuggah je citerais plus volontiers Gojira dans les rythmiques lourdes, Psykup dans le chant très souvent hurlé –sans le côté casse-bonbons que certains reprochent au chant de Ju- parfois plus cajolant), cinématographiques (on a droit à quelques extraits de films comme des passages parlés par notre Bebel national tirés du « Pierrot le Fou » de Jean-Luc Godard) et même littéraires et artistiques au sens large, avec des samples d’André Breton, Jack Kerouac, William Burroughs et d’autres.

Le groupe bâtit donc son univers dans lequel se succèdent déferlantes de violence très gojiriennes et passages plus calmes, chantés, voire même breaks atmosphériques. La paire « Maintained Relevance Of Destruction part I et II » (près de 12 minutes à eux deux) est à ce titre bien révélatrice et se fait la parfaite démonstration de la complexité et la diversité du monde d’Hypno5e. Passages apocalyptiques, puis passage chanté en voix claire cajoleuse, samples incongrus (« Qu’est-ce que t’as dit ? »), puis re-passages apocalyptiques gojiriens, passages atmosphériques à la rythmique réduite, samples parlés, chant féminin alto (assuré par Ilene Grange)…
Bref ça bouge, ça change, ça virevolte, et même si les transitions sont très bien travaillées et jamais bêtement brutales, ça reste hyper complexe et exigeant en terme de concentration.
Point de métal bête et direct ici : on est davantage dans le registre de l’expérience sonore et musicale et certains moments sont tout à fait jouissifs (« Daybreak… », « Maintained… » par exemple) voire planants (l’excellent « H492053 » aux atours presque post-rock).

Ambitieux, intéressant tout ça, mais pas exempt de quelques défauts. Au premier chef, j’ai trouvé le chant clair d’Emmanuel pas toujours très propre, parfois un peu fragile, ce qui peut être vu comme un vecteur d’émotions supplémentaire mais qui reste à mon avis encore à travailler. On reprochera aussi parfois au groupe de s’étirer inutilement en longueur et de donner parfois l’impression de jouer la montre (ce qui n’est sûrement pas intentionnel). Même si on sait que c’est toujours pour poser des ambiances particulières et que le résultat est certainement différent dans le cadre d’un EP de 35/40 minutes, sur 73 minutes en revanche, ce genre de passage installe un peu la monotonie. Ainsi « Naked Lunch I », morceau atmosphérique sombre et inquiétant de près de 12 minutes est quand même un peu longuet, alors autant dire que le réveil lors de l’arrivée de la rythmique drum n’ bass qui ouvre « Naked Lunch II » est d’autant plus brutal…
Le résultat est qu’on aura vraiment du mal à s’enfiler l’album en une fois et que son assimilation est longue et difficile.

Ces petits reproches mis à part, dont un du au format très long et dense de l’objet, il faut dire clairement que la démarche d’Hypno5e est très intéressante, courageuse, et bien en marge de la banalité de 90% des sorties. Les amateurs de curiosités et d’originalité musicales pas insensibles aux sonorités metal moderne seront très certainement séduits par ce Des Deux l’Une est l’Autre, d’autant qu’il faut saluer au passage le fait que ce disque (rempli jusqu’à la gueule vous l’avez compris) est vendu à un prix très attractif dans les bonnes crémeries (vu à 10€).

  1. maintained relevance of destruction part 1
  2. maintained relevance of destruction part 2
  3. daybreak at slaughter-house
  4. h492053
  5. the hole (feat milka de psykup)
  6. scarlet fever
  7. tutuguri
  8. naked lunch 1
  9. naked lunch 2
  10. remords posthumes
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 887 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. Joss says:

    Bon disque. Musique personnelle mais pourtant très actuelle. Toutefois je suis d’accord pour dire que la durée de l’album dessert les compos… pas facile de rester concentrer pendant plus de 70 min sur ce style de musique. Les deux premiers titres sont exceptionnels en tout cas.

  2. Hypno5e says:

    Merci pour cette chronique! Mais juste une erreur à rectifier, c’est que l’album a été enregistré par nous et mixé dans en studio à Montpellier (le Tower Studio) :D
    Si c’est possible de le rectifier… Mais encore merci pour tout!

  3. krakoukass Krakoukass says:

    Oups!! Je me suis fié à l’info sur l’autre kro sans vérifier si ça avait changé… Désolé! Je corrige!

  4. RBD says:

    J’ai vu le groupe plusieurs fois en concert, la critique correspond très bien à ce que j’en ai retenu, c’est tout à fait la rencontre entre Gojira et Psykup. Avec un côté cinématographique très important, pour une musique pas évidente à suivre et assez déliée voire délayée par moments.

  5. salaï says:

    Le cd de A Backward Glance On A Travel Road, leur side-project acoustique, est en téléchargement gratuit depuis le 1er juillet! Allez écoutez ça et faites tourner l’info pour soutenir cette initiative.. C’est pas un coup de pub, mais c’est juste que en tant que fan d’hypno5e, j’attendais vraiment cet album. a tchao amis

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *