Red Harvest – A Greater Darkness

5 Commentaires      1 117
Style: apocalypse cyber metalAnnee de sortie: 2007Label: Season Of Mist

Eh ben… Ca pue et ça suinte toujours autant chez les norvégiens de Red Harvest… Remarquez y a qu’à regarder la pochette (au demeurant très jolie) de l’album pour se rendre compte que pour un nouvel « hymne à la joie » il faudra repasser. C’est toujours glauque, triste, sombre, désespéré même chez Red Harvest (et même encore plus qu’avant). Et c’est aussi pour ça qu’on les aime du reste, alors réjouissons-nous.

Et se réjouir, c’est bien la première chose que l’on fait quand on se prend la première déflagration de « Antidote » en pleine gueule. Un titre absolument énorme pour ouvrir son nouvel album, le groupe met le paquet direct et fait péter le dentier en guise d’avertissement (un peu à l’image de l’ouverture du superbe Sick Transit Gloria Mundi par le tonitruant « AEP »).

Au départ associé au courant indus, puisant son inspiration chez un Ministry ou un Godflesh, le groupe semble confirmer sa volonté de s’orienter davantage vers une vision organique de la noirceur et de l’apocalypse, remisant quelque peu les machines en arrière-plan. Certes « Proprioception » le titre d’outro, bruitiste à souhait, rappelle quand même que le groupe ne renie pas cet attachement et ses racines indus, ce que confirment de nombreux samples en arrière plan sur plusieurs titres qui distillent une ambiance glauque, mais pour autant on sent bien que le groupe confirme ici le changement amorcé sur Internal Punishment Programs en le radicalisant encore. D’ailleurs éventuellement « Warthemes » mis à part, on ne trouvera pas sur ce nouvel album de morceaux radicaux aux bases technoïdes comme pouvaient l’être les « Synthesize my DNA » ou « Abstract Morality Junction » sur le précédent opus du groupe. La noirceur est encore plus de mise qu’auparavant : le groupe a certes toujours été agressif, violent, et assez malsain, mais si auparavant quelques notes d’optimisme ou d’agressivité pure pouvaient être décelées, aujourd’hui tout est sombre et noir dans la musique de Red Harvest sur ce A Greater Darkness qui porte décidément parfaitement son nom.

L’agressivité est plus rampante aussi, plus vicieuse, incarnée qu’elle est par ce génial « Hole In Me » sur lequel Ofu chante de façon nonchalante, en voix claire, imprégnant un tempo proche du doom au morceau.

La première moitié de l’album est un véritable enchantement. Les 2 premiers titres déjà évoqués, étant suivis par l’impeccable « Dead Cities » qui me fait à chaque fois penser à du très bon The Ocean la voix de Ofu étant d’ailleurs assez proche de celle de Meta, feu chanteur du groupe allemand, une voix profonde et très puissante, proche du death. Suit alors « Mouth of Madness », titre radical et frondeur qui maintient le cap d’excellence du groupe et écrase l’auditeur de sa violence extrême. « Beyond the Limits of Physical Xperience » est un titre de transition qui calme le jeu avec son tempo lent et ses sonorités bruitistes qui confirment que l’ambiance n’est vraiment pas à la rigolade, quitte même à insister à coups de synthés évoquant des cordes tristes… C’est là que survient la baisse de régime du disque. « Icons of Fear… The Curse of The Universe » marque le retour du feu nourri à base de rythmique violente et rapide, et de sonorités glaçantes, mais la sauce ne prend pourtant pas aussi bien que sur « Mouth of Madness » dans un style pourtant proche, même si la fin du titre est très réussie. La cata survient sur « I Sweat W.O.M.D ». Ce titre n’est pas seulement le moins bon de l’album, il est aussi un titre d’une incroyable médiocrité qui sonne comme un pauvre rip-off de Meshuggah, sans aucune inspiration. Un véritable supplice qu’on aura le bon goût de sauter d’autant qu’il représente la seule véritable faute de goût de l’album. « Warthemes » rattrape le coup et repasse le groupe en mode « agression rampante et vicieuse », avec son inquiétant piano, et la voix démoniaque de Ofu qui cède sa place à des rythmes martiaux qui débouchent sur ce qui ressemble à une mélodie guerrière passéiste qui justifie parfaitement le titre du morceau (qui pour l’anecdote a bien failli être le titre de l’album). Un titre superbe et très original.
« Distorted Eyes » est une longue complainte écrasante de 10 minutes : des riffs répétés, rampants, sournois, et là encore le doom n’est pas loin : la lourdeur domine, l’ambiance est glauquissime pendant les 5 premières minutes… Elle devient étouffante les 5 dernières, l’apocalypse n’est pas loin, la lumière n’est plus et avec elle disparaît toute trace d’espoir… C’est la fin, et l’outro bruitiste « Proprioception » est bien là pour le confirmer…

Un excellent album au final, un voyage étouffant, dont on aimerait juste pouvoir supprimer l’énervant tacheron du 7ème titre qui gâche un peu le plaisir…

  1. antidote
  2. hole in me
  3. dead cities
  4. mouth of madness
  5. beyond the limits of physical xperience
  6. icons of fear… the curse of the universe
  7. i sweat w.o.m.d
  8. warthemes
  9. distorted eyes
  10. proprioception
krakoukass

Chroniqueur

krakoukass

Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben.

krakoukass a écrit 836 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. Kenzobz says:

    Une chronique qui donne bien envie d’écouter l’album !! :D
    Déjà que sans j’avais hâte de l’écouter, là c’est pire ^^.
    Par contre c’est AEP et non AEX le titre de STGM auquel tu fais référence en début de chronique (tu t’es surement mélangé avec le titre qui le précède, « UGX » ^^)

  2. krakoukass Krakoukass says:

    Oups exact! Je corrige… ;)

  3. FireCat says:

    Je n’ai pas encore bien cerné ce nouvel album, mais en tout cas il défouraille sec avec un excellent son. Je regrette par contre l’ambiance indus qu’on retrouvais sur STGM, c’est ce qui faisait l’originalité du groupe; ici on a juste du Metal moderne quand meme bien sombre mais bon un peu déjà vu (« I Sweat WOMD » comme tu dis, quoique je l’aime quand même assez notamment les parties plus mélodiques).
    Non mais rien que pour « Distorted Eyes »… Quelle tuerie ce titre !
    15/20 pour moi pour le moment. Pas de déception mais on ne tient pas là la relève de mon album préféré d’indus metal.

  4. damien luce says:

    « pouvoir supprimer l’énervant tacheron du 7ème titre  » ce titre me fait penser à du will haven en plus heavy surtout à partir de la troisième minute avec ce riff répetitif, un bon titre de red harvest. le groupe a pondu un opus plus organique et avec plus de titre électro !!! album fabuleux pour moi mais je ne suis pas objectif (lol)

  5. damien luce says:

    « pouvoir supprimer l’énervant tacheron du 7ème titre  » ce titre me fait penser à du will haven en plus heavy surtout à partir de la troisième minute avec ce riff répetitif, un bon titre de red harvest. le groupe a pondu un opus plus organique et avec plus de titre électro !!! album fabuleux pour moi mais je ne suis pas objectif (lol)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *