Smohalla – Smolensk Combustion

5 Commentaires      1 024
Style: post black metalAnnee de sortie: 2006Label: Autoproduction

Par les mots d’une chronique parue sur un site ami alléché, je suis parti à la chasse de la première demo de Smohalla aussi vite que possible, d’autant que les trois titres de leur myspace m’avaient plutôt bien plu. Alors certes, je ne suis pas un connaisseur ultime en matière de black atmo (post black comme ils disent), donc cette chronique sera plus le fait d’une impression que d’une autopsie à la loupe, mais cette première livraison m’a véritablement impressionné, surtout venant de la part d’un groupe qui a à peine un an d’existence.

Smohalla fut un « prophète des rêves » nord-américain (un indien) du XIXème siècle. Prêcheur d’une religion des rêves. Et le rêve prend dimension avec la musique que propose le groupe. Effectivement l’onirisme est présent partout. On se promène entre rêve magique, cauchemar, rêve incestueux, rêve prémonitoire… Au réveil, le verdict tombe sans appel : vivement la nuit suivante qu’on puisse se délecter à nouveau de cet univers grandiloquent, parfois macabre, parfois emphatique, mais si touchant.

Musicalement, Smohalla navigue dans des eaux proches de celles que fréquentent des groupes comme Arcturus, Solefald, voire Emperor pour le côté mélancolique qui sourd de l’ensemble, avec parfois une petite touche Blut Aus Nordienne dans les riffs rampants de guitare et Limbonic Artienne dans l’utilisation de certains sons electro ambiant. Les morceaux sont courts (3 – 4 minutes) mais le travail de composition est remarquable, tout s’enchaîne à merveille sans temps mort ni break bancal. Les riffs sont recherchés, pas spécialement agressifs mais jouant de beaucoup de nuances. La batterie, au son très naturel, propose un jeu presque jazzy. L’appellation post black peut induire en erreur, ne recherchez pas la violence ou la noirceur absolue inhérente au black, ici on explore le côté nostalgique, grandiose de ce courant musical. L’utilisation intelligente de sons electro rajoute une dimension supplémentaire aux morceaux. Et l’une des très grandes forces de cette demo est, outre les compositions en elles-mêmes, le travail sur la voix. Rarement hurlée, presque toujours chantée avec des mélodies mémorables, il s’agit à mon sens du vecteur principal de l’onirisme de Smohalla. On pense ainsi parfois au chant de Johan Edlund sur A deeper kind of slumber (Tiamat) dans la façon de poser la voix tranquillement.

Le seul bémol de cette demo est à mon avis le dernier titre, très typé electro ambiant et qui propose quelque chose de moins abouti que les autres morceaux. Par contre les 7 premiers titres sont proprement excellents, avec en point d’orgue un enchaînement « The winds still rise » / « Dead but dreaming » exceptionnel. Le son, qui reste un son de demo, rend quand même hommage au très gros travail fourni par le groupe. Quand on rajoute que les visuels sont magnifiques et collent très bien à l’univers musical, on se dit que ce groupe a mis toutes les chances de son côté pour réussir quelque chose de grand. Un mcd est en cours d’élaboration en ce moment, j’ai hâte d’écouter cela !

J’ai parfois pu dire à la fin d’une chronique, que je miserais bien quelques billes sur tel ou tel groupe. Avec Smohalla, je mets tapis directement, et ce n’est pas du bluff !

  1. distant vision
  2. legion of waves
  3. the winds still rise
  4. dead but dreaming
  5. wake the dawn
  6. astral cynicism
  7. reine des vallees
  8. lethal silence
http://www.youtube.com/watch?v=iwgQQHD5u80

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

5 Commentaires

  1. damien luce says:

    Belle surprise, atmosphérique et sombre.

  2. Ellestin says:

    Smohalla c’est franchement de la bonne graine. Le groupe ne cache pas son affection pour la vague du metal avant-gardiste norvégienne des Ved Buens Ende, In the Woods…, Fleurety, et en ramène un témoignage passionné aux multiples facettes. Je rajoute quelques billes sur ton tapis, Florent :)

  3. Florent says:

    J’étais quasi persuadé que ça te plaisait ce groupe, Ellestin ;-)
    D’ailleurs je suis presque sûr que même Solar peux aimer !

  4. Ellestin says:

    c’est pas gagné :o)

  5. guim says:

    Pour les rapprochements à certains groupes j’aurais pas optés pour ceux là mais chacun a son ressenti vis à vis de la musique qu’il écoute.Pour smolensk,j’ai été très agréablement surpris bien que je m’attendais à ce que les titres soient aussi bons que ceux à l’écoute sur myspace,bref du très bon boulot,progressif,aérien n’excluant aucunement la rage,et de la belle prise de risque,constructive tout ça quoi.Par contre un des filous/roublards de la bande m’a dit que niveau live ça allait être nada;moi je dis les gars faut reconsidérer tout ça,préparez nous une date sur un festival d’été en Hollande je sais pas quoi héhé ;)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *