Fear Of Eternity – Ancient Symbolism

1 Commentaire      957
Style: black metal déprimantAnnee de sortie: 2006Label: Moribund

A la maison :
– Allez chérie, tu as eu une rude journée, ce soir je t’emmène manger un couscous. Tu as 5 min pour te préparer, le temps que je finisse de regarder Samantha.
– Oh tu es un amour, c’est vrai que je suis fatiguée et ça me fera le plus grand bien de me détendre dans une ambiance orientale avec mon rodoudou. Pour Samantha, tu me raconteras ?

Dans la voiture :
Vrouuuuum (bruit de voiture qui roule).
– Oh non regarde chérie, troublée par la pénombre dans laquelle la buanderie était plongée, je me suis trompée de robe et ai mise celle des nos soirées gothiques, que va-t-on faire mon rodoudou ?
– Ah mince, que tu es distraite parfois. Laisse-moi réfléchir… oh oui, bon sang, une idée me vient : un collègue de bureau m’a parlé d’un restaurant gotho-marocain où la musique triste et belle se mariait à merveille aux nombreux plats épicés ; il paraît qu’il y va dès qu’il a envie de tirer une cart… de se faire tirer les cartes, sans doute une pratique plus orientale qu’occidentale. Qu’à cela ne tienne, changeons de trajectoire et voguons vers cet eden, chérie !
– Comme tu as de bonnes idées.
– La meilleure a été celle de t’épouser, mon asperge aux morilles!
Hiiiii (bruit de frein). Veurarouuuuuum (bruit de voiture qui fait un demi tour et repart).

Au restaurant gotho-marocain :
– Doux jésus chéri, cet endroit est encore plus accueillant que je ne l’imaginais : keftas à volonté, semoule aromatisée, vin raffiné et cette musique… cette musique qui me transporte littéralement vers des oasis de mélancolie au coeur d’un désert de sentiments absents et pourtant familiers…
– Oui ma courgette à l’anchoïade, je crois qu’il n’est pas excessif de considérer cette soirée comme la plus belle qui soit. Ce chanteur/musicien/poète maudit, italien m’a-t-on dit, n’a sans doute pas son pareil pour retranscrire de noires émotions avec autant de finesse : ces claviers langoureux et ces guitares à la distorsion quasi Zazienne me comblent de bonheur. Dire qu’il s’agit de son 3è album en 2 ans, quelle richesse d’âme et quel talent ! C’est beau ! Je pleure. Mais c’est beau !

À la maison, au moment de se coucher :
– Chéri, je pense que je vais avoir des gaz cette nuit, cette musique m’a peut-être un peu porté sur l’estomac de par sa noirceur extrême.
– Tu n’es plus habituée à ces ambiances macabres, laissons ça tu veux ? J’y retournerai seul avec mon collègue de bureau si l’envie me prend de me faire lire ma ligne de vit…
– Comme tu as de bonnes idées mon rodoudou.

  1. intro (passing)
  2. fragments of wisdom
  3. tale of prophecy
  4. throne of the gods
  5. malignant spirits
  6. ancient symbolism
  7. human weakness
  8. golden columns
  9. the end of the times
  10. outro (irae)

Chroniqueur

Darkantisthène

Il est né, il a chroniqué, il est mort, aurait pu dire Heidegger si... j'étais mort, si Heidegger était vivant et s'il s'était intéressé à ma prose autant qu'à celle d'Aristote. Et il n'aurait pas été à une connerie près le père Martin parce qu'avant de chroniquer, et après être né, figurez-vous que j'ai vécu ; et écouté de la musique.

darkantisthene a écrit 276 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Ellestin says:

    Très déçu par cet album auquel il manque indéniablement l’élan dramaturgique de son illustrissime prédécesseur. FOE s’étiole dans l’anecdotique et ne parvient même plus à nous soutirer une larme (de fou rire…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *