Gaza – I Don’t Care Where I Go When I Die

4 Commentaires      1 426
Style: noisecoreAnnee de sortie: 2007Label: Black Market Activities

Amis de la violence et du bruit, bonsoir! Le disque dont je m’apprête à vous parler est une tuerie, une grosse tuerie même. Une claque comme et une addiction instantanée comme rarement cela m’est arrivé.

C’est bien simple, presque tout ce que j’apprécie dans l’extrême se trouve condensé dans cet album. Les garçons ont été élevés au biberon sauce chaotique agrémenté d’épices noise, doom et grind. Je convie tous les fans de Converge, DEP, Botch, Pig Destroyer, Daughters, Knut, et autres réjouissances du genre à écouter Gaza de toute urgence car ils seront, j’en suis certain, séduit et aussitôt scotché. Tout est là. La furie, l’énergie, l’épilepsie, la lourdeur, l’abrasion. Les compos sont variées et ne font pas que du réchauffé de haute qualité. La digestion que nous propose le groupe de Salt lake City est assez personnelle, peut-être pas encore assez pour crier au génie mais suffisament pour voir – ou plutôt entendre – que le groupe a de la personnalité.

Et avec ça, ça joue bien. La maîtrise technique ne fait pas l’objet ici d’une démonstration grauite et pompeuse. Elle sert des riffs catchy, efficaces. Les guitaristes font chauffer les doigts avec parcimonie et le batteur assure comme un diable. Le chanteur lui n’est pas en reste avec une gamme de cris allant de l’aigu au grave en passant par un assez large choix de mediums, ce qui permet au chant d’être varié et modulable. La mise en place sinon est irréprochable et peut réserver bien des surprises.

En effet, une puissante densité se dégage de l’ensemble. Elle vient à la fois des riches compositions mais aussi de la production qui sert très bien les différentes facettes du groupe. La production d’abord, elle sait suivre les caprices des musiciens en se faisant lourde et grondante comme le tonnerre mais aussi précise et ciselée. On peut d’un côté avoir l’imposant nuage ombrageux (« Hell Crown » par exemple) et de l’autre la fulgurante irradiation de la foudre – proche de celle des Daughters – comme sur la chanson titre. Les compositions, elles, sont compactes, efficaces et touffues. De nombreux riffs sont prêt à vous tomber dessus et à vous dévisser la tête. On peut très facilement – et sans heurts – basculer d’un riff nerveux à un autre lourd comme des enclumes. Des chansons comme « Cristle » ou « Cult » le font très bien. Je pourrais aussi vous parler de « Moth » et de son passage un peu « free »…

Enfin bref, j’en ai déjà bien trop dit. Vous avez là une collection de 10 titres qui rassemblent ce qui peut se faire de mieux dans les genres hardcore/metal/grind d’aujourd’hui. Ecoutez-moi cette petite perle, vous ne serez absolument pas déçu. Un groupe dont j’attends déjà impatiemment leur deuxième album.

  1. calf
  2. i don’t care where i go when i die
  3. hospital fat bags
  4. gristle
  5. sire
  6. slutmaker
  7. hell crown
  8. moth
  9. cult
  10. pork finder
Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. jonben jonben says:

    Pas mal cet album effectivement!

  2. pearly says:

    rien à redire, no comment on sait ce que j’en pense. Une merveille, un des albums les plus marquants que j’ai écouté ces dernières années.

  3. Faya says:

    De la furie et de la noirceur en barre, très bien composée, vocaux énormes (j’ai l’impresison d’entendre deux voix au casque : un autre membre ou c’est doublé?). Ca me fait pas mal penser au « Bless the Martyr » de Norma Jean avec une dose de grind et de terreur en plus. Terrible!

  4. kaoslynn says:

    ça dépote bien c’est clair !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *