Unsane – Visqueen

13 Commentaires      1 716
Style: noise/coreAnnee de sortie: 2007Label: Ipecac

Malgré tout ce que j’ai pu dire dans mes chroniques précédentes, on a beau être au printemps, ce n’est pas non plus l’extase infinie : les personnes de petite taille obtiennent des fonctions à la tête de l’Etat, le temps se dégrade et les filles aux jupes courtes ressortent les vestes qu’elles n’hésitent pas à vous coller ensuite en travers de la gueule, trop c’est trop, on remise les albums de pop légère sur les étagères et on ressort les armes lourdes que l’on a oublié d’affûter, tout hébété que l’on était par le bonheur imbécile et fugace de cette saison abrutissante de tant d’insouciance crasse. Par chance, après nous avoir gâtés en 2005 avec un Blood Run qui balançait son quota réglementaire d’hémoglobine sur les murs, Unsane nous offre un Visqueen qui arrive à point nommé parce qu’on commençait à s’ennuyer ferme.

Là où passée la trentaine (je préjuge, mais ils n’ont pas l’air de sortir du lycée) pas mal de groupes auraient mis la sourdine, coiffé leurs cheveux fous et joué du post rock ou de la pop, Unsane reste de manière assez rassurante le même groupe,on retrouve la même hargne, la même façon de jouer les dents serrées ; et dès le premier riff d’Against the grain,- ce petit vibrato en martyrisant le manche de la guitare qui étire l’accord, je vais mettre du temps à m’en remettre – on sait que l’on a affaire à du grand Unsane, peut être plus gros encore que celui de 2005. Etrangement, Unsane fait du Unsane, encore et toujours, mais rien ne permet pour autant de dire que le groupe tourne en rond. Unsane joue efficace, direct, brut et sans artifice, je me repasserais facilement Stops at this river en boucle tellement son harmonica grinçant et son riff impitoyable me restent en travers de la tête, mais donne aussi dans le lourd, le pesant, écrase la gueule sans ménagement (le lancinant Only Pain et Windshield), tandis que le charmant East Broadway s’avère être la parfaite B.O pour une crise d’angoisse nocturne, promenade glauque dans une métropole glaciale la nuit, la fumée, les briques, les rues désertes et le cœur qui va bientôt exploser. Avant d’écouter Visqueen, je ne savais pas que l’on pouvait faire aussi peur et aussi mal avec une basse, le son de Dave Curran est monstrueux, bourrine au ras du plancher ou occupe tout l’espace, rugueux, épais et vicieux.

Pour reprendre les mots d’un président parti à la retraite récemment, Unsane, c’est le bruit et l’odeur, le bruit de ce son de guitare presque rouillé, de cette basse qui a juré votre mort, des cordes vocales de Spencer au bord de la rupture, l’odeur de la sueur, le goût du sang dans la bouche, l’odeur de la peur qui colle à vos fringues, c’est humain, terriblement humain de méchanceté et de crasse et ça suffit à mon bonheur. Amen.

  1. against the grain
  2. last man standing
  3. this stops at the river
  4. only pain
  5. no one
  6. windshield
  7. shooting clay
  8. line on the wall
  9. disdain
  10. eat crow
  11. east broadway

Chroniqueur

marc

Je donne mon avis pas très éclairé sur des disques que j'aime bien ou je dis du mal de disques que j'aime un peu moins. Cet avis n'engage que moi-même, ma conscience et mon chat, vous êtes libres de ne pas être d'accord (quoique...) et de venir en discuter dans les commentaires afin que je vous convainque que vous vous trompez.

marc a écrit 38 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

13 Commentaires

  1. Faya says:

    Je n’ai découvert Unsane que cette année avec les albums précédents (notamment Smoothered) qui m’avaient déjà mis une bonne claque… Mais Visqueen, rien n’y est comparable. Ultra rock, brut, avec des passages hyper mémorisables mais qui ne perdent jamais de leur saveur. Chaque chanson est une bombe totale (en particulier This stops at the river, No one, Disdain pour moi^^). Album de l’année pour l’instant.

  2. Dun23 says:

    « Là où passée la trentaine (je préjuge, mais ils n’ont pas l’air de sortir du lycée) », je crois que tu peux même dire passé la quarantaine….

  3. cylens says:

    vieux fan d’unsane, ça a été une très bonne surprise que ce Visqueen. Blood run était très bon, mais Visqueen réussit à avancer. ça fait du bien le ptit coup d’harmonica et de bottleneck.
    j’adore la prod, effectivement, le son de basse arrache tout. un des seuls bassistes qui m’ait vraiment influencé à ce sujet, d’ailleurs.
    par contre je le trouve assez inégal, la deuxième partie (à part le monumental East Broadway) me sied moins

  4. kollapse says:

    Gros album, super prod c’est sur, puissant, parfois mélodique et surtout inspiré de bout en bout, « Visqueen » m’a mis que les rotules : C’est certainement leur meilleur disque à mon sens. Des futurs classiques tels « against the grain », « last man standing » (ce break!), « no one » ou encore « disadain », sont réelement irrésistibles ! Peut-être mon album de l’année.

  5. pearly says:

    chef d’oeuvre absolu. L’album que je n’osais plus espérer : album de l’évolution. Uns garde toute son âme mais Spencer « éclaircit » son chant, le groupe prend des airs plus mélodiques, et en sort un rouleau-compresseur, une merveille absolue du genre. Rock surpuissant, rock lourd type du groupe, pièce instru industrielle magique, façon Godflesh, Visqueen est parfait de bout en bout, ne tombe pas dans la redite. Un peu comme si Smothered avait pris un énorme coup de lifting. Sweet perfection
    Album de l’année pour le moment, haut la main.

  6. SagresMetal says:

    Pour l’instant c’est l’album de l’année, j’avais pas autant acroché à un album depuis un bon bout de temps.
    Bref gros coup de coeur !

  7. Neurotool says:

    Chef d’oeuvre… il ne faut peut-être pas poussé mamie dans les orties non plus. Un excellent album suffira. Mais quel album. Même si je me retournerai toujours vers le « Scattered, smothered & covered », celui ci marque clairement une évolution et on ne peut que les en féliciter. En heavy rotation depuis des semaines en tout cas!

  8. nolass says:

    Waouhh, je lis vos commentaires et je me dis que contrairement à vous, je découvre Unsane avec cet album! Il n’est jamais trop tard certes, mais putain. J’en suis qu’à la moitié de l’album et je crois que je n’avais pas pris une claque comme celle-ci depuis très très longtemps. C’est quoi ce groupe de mutant !!!!! Apparement c’est réellement un groupe culte comme il est dit, ça me fait penser à une digestion de pleins de genre « rock » comme Fugazi, Tomahawk et j’en passe … un rock lourd, surpuissant oui!! Un son incomparable, surtout le grain des grats qui me fait bavé au fil des écoutes… Un réel mastodonte!!! Merçi de la découverte, surement album de l’année avec plus d’écoute …

  9. Ars Moriendi says:

    punaise ça a l’air copieusement bon ce groupe ! excusez mon inculture mais ils nous viennent d’ou les p’tits gars ?

  10. Neurotool says:

    New York City.

  11. Ars Moriendi says:

    Thank you very much ! à croire que la « grosse pomme » est une grande source d’inspiration pour de nombreux (et talentueux) groupes, et nottament la scène hardcore !

  12. pearly says:

    NY City et son lot de batteurs mastodontes…. Amen

  13. Ars Moriendi says:

    Visqueen est un énième disque de hardcore inconsistant et plat pour mélomane blasé avide de sensations fortes et salvatrices ! voila ce que j’ai pu penser de cette galette à l’instant ou je l’ai introduite dans mon petit lecteur cd. C’est marrant ce sentiment d’ennui royal que peut nous procurer un disque pour la toute première fois; sentiment renforcé par l’inéluctable envie d’appuyer sur la touche stop au bout de 5 petites minutes de torture auditive. S’ensuit l’irrémediable besoin de se le repasser 1 fois, puis 2, 3 , 4………….. pour essayer de justifier cette aversion pour quelque chose qu’on ne comprend finalement pas très bien. Et puis viens le déclic, la sensation d’avoir franchit un pallier et d’avoir su enfin accéder aux nombreuses richesses dont regorge l’objet en question. Aujourd’hui je suis vaincu ! Unsane a eu ma peau et ce Visqueen est en réalité de ces disques puissants et sensationnels et ne distille son nectar divin qu’après de nombreuses et attentives écoutes !
    mention spéciale à Only Pain alias Deftones doppé aux hormones de T-Rex ! UNSANE RULES !!!!!!!!!!!!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *