Municipal Waste – The Art of Partying

2 Commentaires      1 164
Style: crossover thrash/hardcore 80sAnnee de sortie: 2007Label: Earache Records

Wakos :

Les affreux déconneurs de Municipal Waste sont de retour avec leur troisième méfait, et comptent bien vous faire remuer le popotin – voire même vous le botter – avec cette nouvelle livraison.
The art of partying, c’est quinze titres et un peu plus de trente deux minutes de déluge sonore et de guitares furieuses qui vont droit au but.
Pas de branlette de manche, ni de démonstration de style, juste quatre zicos qui se font plaisir et qui vous balancent des titres qui s’enchaînent à merveille les uns après les autres, et vous foutent une patate d’enfer.
Il ne faut pas longtemps pour que l’auditeur se mette à headbanger ou à taper du pied, car la recette de nos quatre bonshommes à déjà fait ses preuves sur leurs deux premiers albums et reste toujours aussi efficace.
En puisant dans un registre qui a fait la gloire de groupes tels que Nuclear Assault, Anthrax, Slayer, ou encore Sacred Reich (pour n’en citer que quelques uns, car la liste serait bien trop longue) dans les années quatre-vingt, le groupe ne tape certes pas dans l’originalité et n’innove rien au style, mais s’en sort haut la main grâce à des compositions accrocheuses à souhait et exécutées avec brio.
De plus, le côté déconne et le fait que le groupe ne se prenne pas vraiment au sérieux – je vous laisse jeter un œil aux titres composants cet album, ou encore à la pochette, qui parle d’elle-même – ajoute un petit je ne sais quoi des plus agréable et qui fait que cette nouvelle galette va sans aucun problème trouver sa place lors des nombreux barbecues qui nous attendent cet été.
Par contre, il m’est un peu plus difficile de parler de la production – même si, globalement, cette dernière est très bonne et fait bien ressortir chaque instrument –, car avec une douce et belle voix qui vous balance toute les trente secondes un You’re listening to The Art of Partying by Municipal Waste out soon on Earache Records en coupant quasiment le volume de la zique, j’avoue avoir connu mieux comme conditions d’écoute.
Au final, je ne peux que vous conseiller de donner une chance à cet album, car il est foncièrement très réussi et risque de vous faire passer de très bons moments.

Hororo :

Depuis ma chronique de leur premier album, Municipal Waste a considérablement évolué vers un son beaucoup plus thrash et continue de mériter tout les applaudissements qu’ils reçoivent sur leurs nombreuses tournées. Beaucoup plus carré mais toujours aussi festif, le quatuor a grandement bénéficié du jeu de Dave Witte (Burnt by the Sun, Human Remains, Discordance Axis …) grâce a sa frappe rapide et précise, sans pour autant aller jusque dans le même kilométrage avec lequel il fleurtait dans ses autres groupes.
La production est aussi beaucoup plus puissante et permet de donner à ces riffs thrash le piquant et le grain nécessaire à une bonne chanson du genre. Tout dans ce groupe continu d’évoquer la scène cross over et de la bay area des années 80. Municipal Waste n’est pas un groupe de nostalgique des beaux jours mais une bestiole qui continue d’avancer droit devant et de défoncer tout sur son passage, a l’image du camion beine rempli de déchet toxique qui ornait la couverture de leur précédent disque, Hazardous mutation, que je m’étais juré d’acheter mais qui n’a pas rejoint ma collection faute a une distribution peu efficace a un prix de vente en magasin un peu trop élevé.
Et c’est bien dommage car le succès anglais du groupe pourrait très bien trouver un écho sur notre territoire. L’énergie punk de la batterie et le débit vocal couplé aux énormes riffs metal ont de quoi faire se marier les scènes, comme à la grande époque où les punks et les fans de hardcore fréquentaient les mêmes fosses que les fans de thrash, et plaire sans l’ombre d’un doute aux fans des deux genres.
Plus qu’une simple disque pour faire la fête, The art of partying est une démonstration de force dans l’art de faire sourire avec la détermination d’une armée de gros bourrins armés de tessons de bouteilles de bières qu’ils auraient abondamment consommées auparavant. Absolument pas subtil mais impossible à éviter.

  1. pre-game
  2. the art of partying
  3. headbanger face rip
  4. mental shock
  5. a.d.d (attention deficit destroyer)
  6. the inebriator
  7. lunch hall food brawl
  8. beer pressure
  9. chemically altered
  10. sadistic magician
  11. open your mind
  12. radioactive force
  13. septic detonation
  14. rigorous vengence
  15. born to party
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. Inhuman says:

    Un groupe qui fleure bon les années lycée thrashos.
    Bière,déconne,teuf et thrash metal !
    Bon album,pas si différent du précédent mais efficace à souhait,le groupe fait ce qu’il sait faire et il le fait trés bien,rien à dire,l’exécution est parfaite. Les titres sont très péchus,la production est puissante,les riffs thrash,la batterie survoltée,le chant,tout s’emboîte parfaitement.
    Pas la tuerie du Millénaire mais un trés bon album dans le genre. Si vous aimez la bière,les filles,la déconne,la bonne humeur,les teufs alors c’est fait pour vous !

  2. Julien says:

    Le groupe de thrash old school des années 2000 ! Fun, mosh parts, riffs thrash qui atteignent directos les cervicales, un esprit hardcore, moi j’adhère à 200% !
    Vivement le 11 Aout pour voir la machine live !!! :p

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *