Darkspace – I

8 Commentaires      1 618
Style: black metal atmosphériqueAnnee de sortie: 2003Label: Avantgarde Music

La matière noire de l’univers,particule indéfinie,entité encore abstraite,au poids relatif, fondamentalement présente par son absence dans notre critique à priori de sa constitution est un peu à l’image de l’électron, un concept difficilement représentable.
C’est dans l’abstraction la plus totale que Darkspace se fond dans l’inconnu,aux origines du temps et des lumières, dans le vaste Noir de l’infini pour accoucher de I.

Le voyage galactique est asphyxiant et dérangeant,le raw granitique pétrifie les sens de son aura persifflante et âcre jouant sur la saturation des aigus avec générosité,la ballade de santé aurait dénaturé l’idée de la sauvagerie et de la violente pacification des impressions pour révéler ce qui se trouve en suspend au dessus de certaines vérités que le disque n’aurait pas eu le même caractère.
Voguant entre le trouble et le distinct, comme l’horizon entre la nuit et la lumière.

L’approche se fait à travers l’autre dimension où les seuls repères sont le battement de cœur de cette BAR au son étouffé lachée dans un puit sans fond dans lequel l’apesanteur et la vitesse de déplacement sont fulgurante;les chuchotements et crissements de voix qui nous accompagneront le long de cette quête quantique resteront les seuls témoins de l’intelligible, le spaceship mécanic destroy continue lui son ascensionnelle quête de pouvoir.

 

Le reste n’est qu’un long étirement de textures,la gravitation arrachant les molécules du son des guitares dans une danse des plus obscures,atténuant les échos dans la lamination de leur portée,propulsant le raw de ce black métal dans l’incommensurable.
Il ne s’agit pas là d’un simple voyage mais d’un retour sur soi par ses propres yeux,l’appréciation est alors équivoque mais aussi intime,le son de l’acier coule comme une rivière dans le silence,les contours de la couronne de lumière n’ont jamais été autant visible que pendant l’éclipse,et c’est dans le paradoxe d’un calme enragé que l’on voit se désosser le squelette de l’éternité sur un fond noir aussi corrosif que l’acide sulfurique.

Une fois la marche entamée à bord du spaceship poudreux la marche arrière est impossible,sur le tranchant des guitares et le voile d’une croisière à une vitesse vertigineuse nous voilà propulsé dans une des plus belles aventures du black metal atmosphérique,aux frontières du réel.
Tout simplement culte.

http://www.youtube.com/watch?v=KohgRjIfils

Up Next

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

8 Commentaires

  1. Silenius says:

    Un ovni dans l’espace du black metal.Un trou noir qui absorbe mon cervelet à chaques écoutes.Une expérience sonore quasi hypnotique qui essore bien son homme à la fin du voyage..Encore un appendice noirâtre qui s’ajoute au monde sautillant du black metal.Du bel ouvrage.

  2. Faya says:

    L’album II est excellent, je ne connais que lui. Va falloir que j’écoute rapidement celui là. Bonne chro bien évocatrice guim :)

  3. damien luce says:

    Merci pour cette chronique, ce groupe est gigantesque… Je trouve que le « II  » est encore plus abyssal… la transition entre le premier morceau et le second (pure dark ambient) est formidable… Guim je compte sur toi pour le chroniquer !!!

  4. damien luce says:

    Au fait si je peux me permettre, je vous conseille d’écouter un groupe qui me fait penser à Darkspace avec des passages legerement plus drone : Thralldom l’album se nomme « a shaman steering the vessel of vastness ». Voilou je sais qu’il existe le forum pour ce genre de commentaire, mais vous m’excuserez surement Attention ce n’est pas une révolution sonore mais je ne peux m’empecher de penser à darkspace quand j’écoute Thralldom. Pas le même son dans l’ensemble car thralldom a sa personnalité mais par contre la même ambiance cosmique…

  5. fewz says:

    KVLT!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  6. guim says:

    @ Damien:Pas prévu pour tout de suite le II mais ça viendra,je conseille d’ailleurs à ceux qui n’arrivent pas à pénétrer l »ambiance de ce premier album de se jeter sur le II peut être qu’ils auront plus de chance avec ce dernier,en attendant bien évidemment la suite qui ne devrait pas tarder.

  7. Ellestin says:

    Darkspace c’est de l’or en barre. Dans le même esprit en plus « terrien » je ne saurais trop conseiller la partie « Hin », morceau de 60 minutes un brin avare de variations figurant sur la double-release « Hin Fort » de Trist (projet d’Aran de Lunar Aurora) :o))

  8. Kenzobz says:

    Putain c’est énorme ce truc !!! On se croirait dans le Nostromo (attention pas le groupe mais le vaisseau dans Alien).
    J’en avais déjà entendu parler quelques fois mais c’est cette chro qui m’a décidé à me lancer dedans.
    Merci Guim ^^

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *