Devil Sold His Soul – A Fragile Hope

4 Commentaires      1 159
Style: emo/metal/hardcoreAnnee de sortie: 2007Label: Eyes Of Sound

Voici un jeune groupe anglais qui n’a pas froid aux yeux. Ils sortent leur premier album après à peine 3 ans d’existence et un EP et, chose rare pour une formation si récente, celui-ci sonne réellement abouti. Pas parfait, pas encore, mais abouti. Pas parfait parce-que de toute façon, par définition, rien n’est parfait, ou presque, en musique. Mais aussi parce que ce premier jet souffre de quelques défauts, certes assez minimes au regard des qualités, qui convient néanmoins de citer.
Premièrement, le chant clair qui est pourtant justement interpreté et bien senti, pourra parfois faire quelque peu grimacer de par son aspect émo qui nous renvoie un peu à toutes ces formations émo-à-meches toutes aussi ignobles que sans personnalité aucune.
Or de personnalité, il en est assurément question ici. Ces londoniens maîtrisent déjà excellemment bien l’art de produire des salves métallico-hardcore (on pense parfois à Will Haven voire The Ocean) bien rugueuses où l’intensité de ces instants rageurs est contrebalancée par des poussées atmosphériques du meilleur acabit qui ne seront pas sans faire penser au post-hardcore -dernière période- d’ISIS.
Tout cela balancé avec une telle fluidité, cohérence et une science du détail – car leur musique est riche- ne laissant aucun doute quant à la présence un talent certain de composition. Je parlais de chant clair plus haut, et si je fais référence à la scène émo – pas la bonne – c’est parce que certains y verront cet aspect, peut-être un peu hâtivement à mon avis. Car moi j’y vois plutôt la sincérité d’un jeune groupe où toute sa juvénilité ne serait pas encore tout à fait disparue. Ce qui en fait son charme pour moi n’aura pas le même echo pour tout le monde, et là est plus question de sensibilité qu’autre chose…
D’ailleurs ce groupe en a de la sensibilité, celle que je rapprocherais de Chino Moreno des Deftones, celle capable de vous prendre aux tripes de par son spleen et l’aspect torturé de ces vocalises presque « fantomatiques » par moments. Ça fait froid dans le dos…

Cette musique est en fait faussement « gentille », il y a réellement quelque chose de sombre et de dangereusement mélancolique, en témoignent les superbes « between two words » et « dawn on the first day » et sa mélodie de fin absolument superbe. Bien sur les coups de boutoir sont bien présents, l’ouverture « as the storm unfolds » et « awaiting the flood » ne faisant pas dans la dentelle.
L’album porte donc décidément bien son nom, car il est tout au long de ces 9 plages (enfin 10 si on compte la courte intro) question d’un espoir fragile,
à savoir le délicat équilibre que l’on peut ressentir entre l’espoir, d’avoir ou d’être, et le désespoir de ne pas atteindre ou de perdre ce que l’on a de cher.
Emotions à fleur de peau, rage juvénile, sombre mélancolie… Certes c’est album n’est pas joyeux mais il fait du bien, même si c’est peut-être un peu douloureux…
Un bel album qu’il faut vraiment tenter, et la découverte d’un groupe plein…de promesses.

  1. in the absence of light
  2. as the storm unfolds
  3. the starting
  4. sirens chant
  5. at the end of the tunnel
  6. between two words
  7. awaiting the flood
  8. dawn on the first day
  9. the coroner
  10. hope
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. jonben jonben says:

    J’avais des doutes au premier abord compte tenu du nombre de groupes merdiques apparus dans le style, sans compter les albums décevants, mais Devil Sold His Soul ont réussi à maitriser dès ce premier album les 2 facettes de leur style.

  2. Hororo says:

    Un des albums qui tourne le plus chez moi en ce moment.

  3. wakos says:

    excellente découverte et excellent album … rien a redire !

  4. Nikooooooooooo says:

    Pire gifle des frissons comme j’en avais pas eu depuis un moment bien sûr il faut passer sur le pseudo « emo » qu’on distingue à la première écoute mais qui s’efface peu à peu pour laisser place à ces grosses compos bien noires remplie d’un mal être qu’on pourraît presque qualifier de « Breachesque »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *