Sgt Sunshine – Black Hole

Pas de commentaires      753
Style: psych rockAnnee de sortie: 2007Label: Elektrohasch

Si le soleil n’est pas plus à la fenêtre en ce mois d’août qu’en juillet, il s’invite au moins dans les chaumières l’espace d’une petite heure. Forts d’un premier album salué par la critique, Sgt. Sunshine ont dû par la suite affronter des problèmes de personnel et de calendrier. Compréhensible si l’on tient compte du fait que l’enracinement géographique de ses trois membres s’étale sur autant de continents… Du Chili à la Suède en passant par Cuba, le simple fait d’organiser un bœuf au coin du feu doit s’apparenter à un cauchemar logistique. Mais tout inconvénient a son avantage, et ce cosmopolitisme au sens propre se traduit, presque en toute logique, par une musique fraîche et enthousiaste à la jonction des hémisphères. Une musique qui a choisi son dieu.

Epris du grand Jimi Hendrix comme d’un totem de gosse rêveur, le trio s’est armé de nostalgie et de respect pour s’offrir une relecture passionnée de son univers. Passionnée mais pas aveuglée. Si le son de ce Black Hole restitue amoureusement le grain nonchalant et ambré d’un “Voodoo Chile”, les morceaux ont ramassé lors de leur retour vers le présent des poussières d’influences ultérieures, qui les font ressembler à une joyeuse rétrospective du stoner rock tapissée de reflets progressifs. Pour ne pas les nommer on pense parfois à Kyuss, à Colour Haze bien sûr, mais pourquoi pas aussi à du Porcupine Tree version XXè siècle, lorsque la basse desserre ses cordages rondouillards pour permettre l’évasion d’atmosphères plus vaporeuses.

Mais s’il faut aborder Black Hole au sens astronomique, comme un couloir d’échappement à travers l’espace-temps, l’atterrissage a bel et bien lieu quelque part sur le sable chaud d’une crique de la West Coast, au crépuscule des 60’s. Des morceaux comme “Monte Azul”, “Sun Tree” ou le franchement archaïque “Old Man” portent dans leur titre tout le nécessaire de visionnage d’une musique qu’on ne saurait s’imaginer déguster autrement que les orteils au vent et le Tequila Sunrise aux lèvres. Plus observateurs qu’aventuriers, Sgt. Sunshine ne donnent bien sûr pas tant au rock qu’il lui empruntent, mais à la limite eux sont là pour se faire oublier, tant que le rock, en véritable essence de vie, continue de respirer à pleins poumons par leur voix.

  1. music sweet master
  2. old man
  3. dreams of wonder
  4. overload
  5. sun tree
  6. monte azul
  7. go out fishing
  8. mar borrascosa
  9. tell me
  10. hidden propaganda
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *