Blood Red Throne – Come Death

2 Commentaires      1 001
Style: death metalAnnee de sortie: 2007Label: Earache Records

En attendant j’avais d’autres choses sur lesquelles je devais me concentrer. Des fois je pense en anglais. Ca m’inquiète, je vois les initiales JCVD sur mes cassettes JVC…
Cette fois ci je saignais vraiment, de l’oreille droite. Mon corps sécrétait du THC et mes pas se faisaient lourds, confus et à la limite du spaghetti, calibre 9. Il était primordial que je reste aware…

On ne demande pas grand chose à Blood Red Throne, à part vous mettre dans cet état.

Ce qui est très étrange chez ce groupe, c’est ce semblant de constant renouveau de sa musique qui pourtant reste exactement la même d’un album à l’autre, avec peu de changements mais des approches toujours aussi écrasantes. Peu de groupes me font attendre le facteur au pas de la porte. Blood Red Throne ne transpirent pas la technique qui me fait jouir, ils ne jouent pas des mesures qui me font danser, ils n’ont pas d’ingrédient extraordinaire, à part peut être ce monumental son qui les caractérise; mais ils font partie de ces rares groupes dont j’achète l’album les yeux fermés à peine sorti, certain de la qualité. Sans surprise.

Revenons un peu en arrière: Inferno 2003, Oslo, Norway
« Hey I need something to kick the shit out of my ears, something brutal and slightly technical, something challenging with a monstrous sound, something preferably Norwegian, even better if sung in Norwegian ». Je ne traduirai pas, t’avais qu’à suivre en cours d’anglais.

Il me propose deux trois choses, dont une démo de The Allseeing I qui tourne toujours dans ma platine et qui est à rapprocher de Blood Red Throne au point de vue sonore. Les norvégiens sont bons.
C’est alors que la miss s’approche, grande, brune, répondant au nom de Gro.

« Buy this. Now. You’ll thank me tomorrow. »

J’achète Blood Red Throne et Myrkskog. Le lendemain, j’enlaçais Gro très fort et faisais une jalouse et un mec pas content du tout.

On ne demande pas grand chose à Blood Red Throne, à part nous défoncer les oreilles. Et là, ça rate pas, la même recette : riffs thrash/death de haute facture, trainées black bienvenues au milieu d’un maëlstrom de violence, voix démoniaques et profondes, basse à faire trembler les murs (pour de vrai), le tout servi par une production qui retransmet exactement l’ambiance que ce genre d’album est sensé transmettre: un vent barbare, guttural, rentre dedans, à la puissance dévastatrice.
Pas de pincettes, adieu finesse, notre cher Marc l’avait bien dit dans sa chronique d’Altered Genesis. Come Death est un hymne sanglant et barbare, un death metal sans équivalent aujourd’hui et non je n’ai pas perdu la tête: tous les groupes de death metal contemporains cherchent à tout prix à se démarquer soit par la technique et des soli (inter)minables soit en incorporant des éléments extra-death. Rien de tout ce bordel ici, c’est du gros 4/4, carré, plat, qui te retourne la tête et te fait mal au crâne, qui perturbe le cerveau et anesthésie les neurones. Blood Red Throne restent fidèles à eux mêmes en offrant un death metal certes ultra-calibré, mais faisant honneur au genre, un death metal brutal et sauvage au jeu précis et violent. Come Death is the soundtrack to… a nice Teletubbies massacre!

On ne demande pas grand chose à Blood Red Throne, à part prouver à Nile que des fois, less is more.

Cette chronique fait partie d’une série de 10 chroniques, c’est la neuvième, la première est ici, la suivante est ici.

  1. slaying the lamb
  2. deranged assassin
  3. rebirth in blood
  4. guttural screams
  5. taste of god
  6. no new beginning
  7. come death
  8. disincarnated (gorguts cover)
  9. another kill

Chroniqueur

OY C

"Sticking feathers up your butt does not make you a chicken." -- C.P.

OYC a écrit 42 articles sur Eklektik.

Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. Sixtus says:

    Déçu je suis par ce nouvel album…
    J’y trouve une bonne grosse différence par rapport aux précedents…
    La voix déjà, beaucoup trop classique. Auparavant, la voix monocorde et glaciale apportait un plus immédiatement identifiable.
    Les riffs ensuite… J’ai trouvé ceux de cet abum d’une affligeante médiocrité, du mille fois entendu. Ils nous habitué à bien mieux ! A part la basse, toujours aussi bavarde et présente,qui essaie en vain de masquer le manque de créativité des guitares, on se croirait face à un groupe de death metal de seconde zone !
    La grosse grosse déception de cette année en ce qui me concerne !

  2. sbuff says:

    Idem pour moi.
    J’ai découvert ce groupe avec Altered Genesis et j’ai tout de suite accroché : rythmiques groovy, riffs énormes, une patate d’enfer quoi !! Du coup, quand j’ai vu qu’ils sortaient un nouveau disque, je me suis précépité sur les kros des webzines…qui n’étaient pas avare en superlatifs. Confiant, je me rends chez mon disquaire pour y jeter une oreille… Bah j’ai rien ressenti du tout !! Où sont passées ces rythmiques endiablées, ce groove énorme ? J’espère que le prochain sera meilleur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *