Jesu – Sundown-Sunrise

Jesu - Sundown-Sunrise

Je suis de ceux qui n’ont pas été conquis par Conqueror (je sais elle était trop facile). Je suis de ceux qui n’y ont pas trouvé leur compte, qui s’attendaient à autre chose… de mieux. Ce deuxième album des britanniques est peut-être même ma déception de l’année… Mais heureusement que Justin et ses acolytes sont prolixes. En cette année 2007 est sorti, entre autres, cet EP du nom des deux long titres qui le composent: sundown/sunrise. Ces chansons sont ce que j’attendais de Jesu après Silver. On y retrouve toute la torpeur, le brouillard que sait si bien manier le groupe. Les guitares sont lourdes et éthérées, le rythme lent, la voix vaporeuse et mélodique, le digitalisme parcimonieux et bien senti. Le shoegaze injecté de Jesu est resté à un seuil convenable n’allant pas jusqu’à empiéter sur l’apesanteur inhérente au projet, celle-là même qui s’est faite trop discrète – à mon goût – sur Conqueror.

Sur « Sundown », les lignes vocales pop et sucrées de Broadrick mêlées à la rythmique mammouth produisent un effet « dévastateur », comme rarement cela a été le cas: les poils s’érissent, on dodeline de la tête comme une midinette tout en headbanguant en rythme, lentement. Tout est parfait, du début à la fin, malgré la longueur du titre. La deuxième moitié de « sundown » et l’intégralité du second, « Sunrise », n’est que torpeur et nuage cajolant fait de rythmes digitaux, textures électroniques, guitares en retrait avec voix mélodique et lassive.

Que l’on écoute l’une au l’autre des chansons, la brume flotte, l’air est frais, la lumière est faible. On ne sait si c’est l’aurore ou le crépuscule: le matin d’une nouvelle journée qui s’annonce ou le bilan d’une journée passée. Une journée qui sera ou a été comme toutes les autres, pleine d’envie, d’espoir, d’actes manqués, de frustration, de petits bonheurs et d’annonces malheureuses. Une journée où le sublime et le pathétique ont – ou vont – encore cohabiter, se rencontrer, se téléscoper. Une journée simplement banale où l’art de faire et où les ruses du quotidien transformeront encore les déjà-vus et les déjà-faits en moments uniques mais pas forcément inoubliables.

Sundown/Sunrise: ces moments où tout est calme, où tout est possible. Ces moments de pseudo-méditation et de retour sur soi aidés par la fatigue. L’introspection et la contemplation, voilà ce qui avait selon moi disparu de Conqueror et que je retrouve ici dans une rare splendeur. Superbe.

NB: cet EP, sorti en vinyl sur Aurora Borealis, est le bonus japonais de Conqueror. Les chanceux!

  1. sundown
  2. sunrise
TAGS : , ,
GROUPES:
STYLE: ,

Pas de commentaires

Soyez le premier à commenter cet article !

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • deathengine-mudkrakoukass | 02 mars 2015
    Death Engine – Mud
    Excellent album. Je n'avais pas écouté Amen, donc je ne me prononcerai pas sur l'évolution mais cet album m'a bien conquis.
  • 633- deadly scenes-coverangrom | 26 février 2015
    6:33 – Deadly Scenes
    @Kane : tu peux taper dans le EP avec Strobl il est fort bon aussi . Moi aussi j'ai du mal avec les fourre tout en général mais là ca marche , et foutrement bien. Je vais aller voir ça à Nantes en avril !
  • 633- deadly scenes-coverKane | 26 février 2015
    6:33 – Deadly Scenes
    Coup de coeur de ce début d'année pour moi. Premier album de 6:33 que j'écoute et du coup je vais me pencher sur ce qui a été fait avant. D'habitude j'ai du mal avec le metal "baroque" qui part dans tous les sens, mais là on a de vraies chansons, de vraies constructions, et ça arrive à être varié mais cohérent.
  • 633- deadly scenes-coverangrom | 26 février 2015
    6:33 – Deadly Scenes
    Je partage ton avis. Je pense que ça risque d'être mon premier achat de l'année
  • cowards-risetoinfamyMarco | 19 février 2015
    Cowards – Rise To Infamy
    très bon album, un PAN DANS TA GUEULE qui fait du bien! (et chro qui résume bien l'album également)
  • angrom | 11 février 2015
    Bilan 2014 – Darkantisthene
    C'est souvent le souci avec les groupes qui ont des discographies de classiques longues comme le bras. passé l'excitation de la découverte on a toujours plus envie de se mettre entre les feuilles un "classic album" que le petite dernier. Ceci dit je trouve que pour un groupe qui a la longévité d'ACDC , Rock Or Bust tient pl...
  • joss | 10 février 2015
    Bilan 2014 – Darkantisthene
    Je ne sais que penser du AC/DC maintenant. J'ai été très agréablement surpris à sa sortie, mais aujourd'hui je n'éprouve plus le besoin de l'écouter... On verra ce que ça donne après l'avoir laissé de côté quelques mois...
  • darkantisthene | 06 février 2015
    Bilan 2014 – Darkantisthene
    j'avais la flemme de ne créer rien que pour eux la catégorie "fait plutôt bien le job", c'est pour ça !