Today Is The Day – Axis of Eden

12 Commentaires      1 668
Style: horror metalAnnee de sortie: 2007Label: Supernova Records

Il ne faut pas m’en vouloir, mais prendre encore aujourd’hui au sérieux un projet tel que Today Is The Day relève pour moi de la pire gageure. Pas que je remette en question son statut de groupe culte pour ces méfaits de la période Amphetamine Reptile Records ni que je crache sur une ou deux écoutes de temps à autres d’un Temple of the Morning Star ou d’un In the Eyes of God. Mais voilà encore un projet qui joue avec les extrêmes, s’inflige une production aussi exécrable que ses expérimentations sonores indigestes – souvenez-vous le double Sadness will prevail ou bien encore Kiss the Pig…- au nom d’un jusqu’au-boutisme pseudo musical anticonformiste, tout en allant s’embourber dans une critique politico-caricaturale des plus risibles… Allez chier dans les bottes de Bush lorsque l’on s’avère un fervent adepte de la National Rifle Association, il y a définitivement une attitude schizo conservatrice de la part de Steve Austin qui laisse naître chez moi un sourire des plus ironiques… Et de voir par conséquent sa musique et son maelström de metal, noise, grind, et autre doom des plus violents et extrêmes se draper d’autant de crédibilité que celle produite par un apprenti sorcier de la musique jouant à qui pisse le plus loin… Comment ne pas voir tout le ridicule de cette situation dans le détournement du Axis of Evil de Bush en Axis of Eden, comme si cette dichotomie religieuse avait un quelconque intérêt dans un projet tel que Today Is The Day. Où quand le redneck se marche sur les pompes !…

Mais s’il faut bien reconnaître un atout à Today Is The Day, c’est bien cette capacité à attirer l’attention voir la sympathie à chaque nouvelle sortie d’album. Et à vrai dire avec ce Axis of Eden je serai tenté de dire qu’enfin depuis quelques années c’est mérité. On passera rapidement à l’essentiel en éludant les points d’achoppements comme le recrutement au poste de batteur de Derek Roddy (ex-Nile, Hate Eternal, Malevolent Creation) – n’ayant toujours pas compris qu’une batterie peut servir à autre chose qu’à envoyer du blast, surtout en plein pont mid tempo voir en pleine phase de descente létargico-dramatique comme sur Free at last – ou bien encore un Desolation final aussi désolant (oui je sais…) que son délire electro bontempi de remplissage. Cet album est finalement bon ET accrocheur, ce qui en soit constitue bien là l’intérêt majeur de cet album permettant enfin de redécouvrir Today Is The Day et de s’envoyer sa dose de violence psychotique quotidienne sans se fader des vrillages de tympans tout juste bon à vous donner le goût du frisbee. Oui ça fait bien longtemps que Sadness will Prevail vole vers des cieux moins hostiles que mes enceintes… Maintenant le fan de Today Is The Day acceptera-t-il cette nouvelle donne nous donnant à voir un Steve Austin plus accessible (toutes proportions gardées on parle de Today Is The Day tout de même !) ? En tout état de cause il aurait tord de s’en priver. La noise d’Austin copule toujours autant avec le metal mais elle conserve toute sa rage et son groove malsain, ce qui est bel et bien l’intérêt majeur de ce projet. Une décharge de chevrotine en plein ventre, de la dépression rageuse crachée à la gueule sans détour, une perte de contrôle totale sous une trame des plus nauséeuses et dramatiques, tout ce qui fonde Today Is The Day est concentré ici. La voix se voile toujours de ce son sursaturé, les basses vous écrasent toujours autant, les riffs sont des plus laminaires et le calme qui suit la note finale de cet album ressemble toujours autant à un soulagement comme à une petite mort, la torture en moins. Voilà donc le cru 2007 de Today Is The Day. Pour le pire comme pour le meilleur.

  1. ied
  2. free at last
  3. broken promises and dead dreams
  4. if you want peace prepare for war
  5. no lung baby
  6. black steyr aug
  7. my wish id your command
  8. circus maximus
  9. total resistance
  10. the worst that ever happened to me
  11. axis of eden
  12. desolation
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

12 Commentaires

  1. Damien luce says:

    L’album qui me réconcilie avec Today is the day, écoutez le titre Axis of eden et pleurez !!!

  2. p* says:

    pas encore écouté, puiqu’album pas encore disponible.
    Bref, je réagis juste à ton introduction, je ne suis pas du tout d’accord, tu placesz TITD dans un sattut de surestimé, de ranlette de méninge pseudo-extrême, etc. etc. Non non il est possible d’être fan, comme il est possible d’estimer que ces albums que certains ne peuvent écouter que de temps en temps sont des chefs d’oeuvre (temple of the morning star en tête).
    ça donne l’effet d’un jugement hâtif sur les intentions du groupe…

  3. pearly says:

    ha bah c’était moi au-dessus

  4. Neurotool says:

    J’étais sûr que tu serais des premiers à réagir! lol
    Je ne pointe qu’une incohérence de TITD et le côté paradoxale qui fait que l’on peut quand même écouter TITD avec un certain plaisir. Je ne suis pas un inquisiteur…

  5. pearly says:

    me disais bien que je suprendrais pas grand monde en réagissant :)
    non je suis bien de ton avis quant à la folie de ce gars, avec la NRA blablabla. C’est surtout le début qui m’a gêné en fait, ton histoire de gageure, de jusqu’auboutisme pseudo-musical blablabla.
    Bref, pas très grave, impatient que Gibert le reçoive enfin. a priori c’est censé être le cas depuis hier.

  6. Zepekegno says:

    Esperons que l’album soit moins clichesque que la chro…

  7. Neurotool says:

    cad?

  8. Bernard says:

    Un retour en forme pour TITD qui s’était bien ramassé à force de vouloir faire sonner le poussif Kiss The Pig comme le truc le plus extrême au monde (aucune dynamique, écriture bof, production de merde comme sur les derniers Circle Of Dead Children, etc.). Pas le meilleur TITD mais un bon cru.

  9. Laura Palmer says:

    sadness will prevail est un double album ecellent.

  10. Zepekegno says:

    @ Neurotool: Je trouve que reprocher à Austin son attitude un rien schizo l’incohérence de certains de ses choix, c’est un peu comme reprocher au doom d’être trop lent… Sinon il est vrai que les délires bruitisto-malsains du bonhomme peuvent parfois être gonflants car trop systématiques, mais n’oublions pas qu’il fut en son temps un pionnier de ce genre d’intermèdes, avant que chaque groupe noise/core/machintruc n’en case au moins un par album. Sa sincérité peut faire pardonner ses redondances (je ne suis pas très objectif, SWP étant une des très rares galettes à m’avoir ému jusqu’aux larmes).
    Ceci étant, je lis tes chros habituellement avec plaisir et celle-ci m’aura au moins donné encore plus envie de me mettre ce Axis of Eden sous la dent!

  11. pearly says:

    ha oui, jusqu’aux larmes le SWP, vraiment…
    sinon, ça y est, acheté le Axis, une écoute au compteur. J’ai accroché directement, ça s’éloigne vraiment de kiss the pig, je retrouve sa rage désespérée, c’est étouffant, plutôt mid-tempo (toutes proportions gardées…), typique de TITD évidemment… Ces passages glauques, ces chants plaintifs, sales et au bord du gouffre, la batterie terrible ; étouffée, mais excellente, très remplie en double, et fine en prime…
    impatient de mettre une vingtaine d’autres écoutes au compteur donc…

  12. I am Sancho says:

    pour moi Roddy fout cet album en l’air, son jeu colle pas du tout à l’esprit des riffs, il est à coté de la plaque grave, c’est encore un recrutement hasardeux, et un album moyen au final.
    dommage car Austin était enfin revenu à qque chose de plus nuancé, niveau riffs et ambiances, bref un Elrod ou un Dailor aurait magnifié certains passages…
    je reste sur les cinq 1ers albums, tous différents, mais tous bons.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *