Inquisition – Nefarious Dismal Orations

5 Commentaires      1 149
Style: black metalAnnee de sortie: 2007Label: No Colours Records

Mystique pourriture,sortilège d’un autre temps éveille toi et par les eaux viens à moi.
Voilà le miasme qui parfume l’atmosphère de son infecte présence,Nefarious Dismal Orations vient d’un autre temps,d’une autre conception de la musique sombre,où l’idée insulaire de l’hérétique se décompose dans la soif de dresser un constat unique de la musique qu’il produit.

Inquisition est depuis ses débuts un fier tirailleur ayant appris les éblouissantes formules auprès de ses anciens,Bathory et Sodom en tête mêlant à son black toute la pourriture d’un death en devenir,en résultait alors un putrescent assemblage dont je vous laisse deviner la portée et l’accueil auprès des chercheurs d’or noir et cela jusqu’au premier album des colombiens:Into the Infernal Regions of the Ancient Cult où le style se mit lentement à se décanter pour aboutir à une forme moins embryonnaire que le simple crépitement du feu qui anime les deux gérants de l’usine à clous.
Nefarious Dismal Orations ne déroge pas à la règle,on retrouve ce marasme fondateur tourné jusqu’à la syncope,oppressant et avide d’espace à profaner,dès l’introductif « Ancient Monumental War Hymn » les murs de guitares s’érigent en de frondeuses vagues emmenées par l’incantation aliénante de Dagon, l’accueil ne souffre d’aucune fêlure, c’est dans un climat délétère et toujours aussi psychotique que les riffs s’enchaînent à la gloire du cornu.

Là ou d’autres misent sur un black traditionnel très stéréotypé, les colombiens ont choisi de continuer sur leur voie singulière, celle de proposer un black intransigeant tout en misant sur une mise en application beaucoup plus nuancée, privilégiant les pistes et les contre-pistes grâce à un jeu très contrasté au niveau de sa rythmique endolorissante, poussant les portes de genres funéraires comme on apose le timbre sur l’enveloppe, on passe alors les attaques thrashisées et les breaks en revue. On note la qualité de composition pour lacher à certains moments au détour d’un monolithique assemblage les riffs qui donnent du corps à la charge, mélodiques et salvateurs dans cette quête rituelle farrouche et belliqueuse, ils ne sont pas de trop pour reprendre ses esprits. C’est alors que la dimension de Nefarious Dismal Orations apparaît, la procession liturgique des gardiens du temple a tout de la grande aventure sacramentaire, sa force hypnotique nous rapproche d’un vortex magnétique à la force tellurique comme émanant d’une terre plombée par l’acier trempé de notes graves distordues par leur fréquence.  Les petits détails rendent l’aventure fantastique.

Le son de la voix de Dagon finit le travail de possession, le hululement symptomatique du frontman est toujours aussi singulier, sauf que cette fois ci on notera que les effets de réverbes et delays sont utilisés de manières plus discrètes, on voit derrière ce choix tout le changement opéré au niveau de la production qui sonne beaucoup plus naturelle mais ne trahit en rien la puissance de feu du disque, derrière ses rifferies imparables, les blasts cabochards d’Incubus viennent accroitre la sensation de revoir vivre cette ancienne scène de la première vague, loin de la querelle norvégienne, aux origines du métal extrême Inquisition vient puiser sa source d’inspiration et nous offre un disque d’une solidité à toutes épreuves.

Nefarious Dismal Orations n’obéit qu’à sa logique d’expansion occulte et inspire un profond respect,ses teintes sont multiples et ne seront perceptibles qu’à celui qui aura fait l’effort de s’y plonger corps et âme, les sorciers signent là encore un magnifique album.

 

http://www.youtube.com/watch?v=iPYn0CTMBng

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

5 Commentaires

  1. Berry says:

    ça fait bien plaisir de voir une chronique d’Inquisition…excellent ce groupe, j’avais été comblé par le précédent mais alors celui-là c’est la cerise sur le gateau! allez hop dans mon top 2007!

  2. Nocturnalpriest says:

    Yeah ! Cet album défouraille sévère, comme tous ses grands frères d’ailleurs. Une prod un poil moins boostée que sur le précédent et des blast de plus en plus épileptiques alliés à un usage parcimonieux de samples inquiétants en font un disque aussi énergique que dégradant, ça pue la coke frelatée cette histoire ! Hail Colombia !

  3. Angrom Angrom says:

    J’avais bien aimé le précédent. Je serai curieux de découvrir celui ci , surtout après une chronique aussi élogieuse

  4. wasted says:

    Bon album qu’INQUISITION, fidèles à eux mêmes. Si on aime les précédents on ne sera pas dépaysé sur celui ci. Le meilleur pour moi reste tout de même « Invoking the Majestic Throne of Satan » avec lequel j’ai découvert le groupe. D’ailleurs ce nouvel album est plus proche de celui ci que de « Magnificent Glorification of Lucifer ». Bien cru et bien malsaint.

  5. guim says:

    Pas mieux que wasted ;).Et hail the fuck up à Wise le nocturnalvagabond,quoique bien matinal sur ce coup là mon vieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *