Bilan 2007 kollapse

Pas de commentaires      785

Albums de l’année

OxbowThe Narcotic Story
Oxbow ou le blues le plus destructuré se fait cathartique, résultat des états d’âme de ce groupe libre dans son expression comme peu de groupes le sont, comme peu l’expriment. Cet album ne s’écoute pas, il se vit. Il laisse donc des traces, fatalement…Une merveille.


NeurosisGiven to the Rising
Pendant que d’autres s’amusent à singer le maître, ce dernier, lui, ne sait même pas quel est la teneur de son impact sur la scène, vous savez, celle des post-…Et d’ailleurs, il n’en a cure. Les Californiens poursuivent leur chemin avec un nouvel album qui résonne comme un retour vers des aspirations plus brutales, une sorte de synthèse entre le passé et le présent, le tout envisagé dans une optique nouvelle et nuancée. Bingo, une fois encore.


UnsaneVisqueen
Ces dernières années, le groupe de Chris Spencer n’a pas été epargné par les déboires. Cela n’a pas pourtant pas découragé ces survivants de la cause noise-rock made in New York, que du contraire. En témoigne ce nouveau chapitre où toute la science du riff qui tache, de la rhytmique incisive et du groove tenace ne semble pas connaître de défaillance. Un des meilleurs albums du groupe.


OceansizeFrames
Troisème album pour autant de réussites. Ces mancuniens sont décidémment très doués dans l’art du bricolage, celui qui marie aussi bien mélodies doucereuses, riffs métal massifs, le tout dans l’encrage d’un rock progressif résolument moderne. Un très bel album, pour un groupe qui ne cesse d’emerveiller.


DäLekAbandoned Language
Après un « Absence » noir et malsain, le trio change de cap, nuance ses propos dans leur univers toujours aussi caractéristique mais tourné ici vers la lumière. Beat lourd, flow vindicatif et monolithique comme jamais, instrus riches teintées de noise et de shoegaze, la recette fonctionne à merveille. Ils signent ici un album contrasté, beau et inspiré du début à la fin.


RwakeVoices of Omens
La scène sludge ne manque pas de groupes mais peu ont l’originalité et le talent de Rwake. Le groupe signe ici certainement son meilleur album où les riffs lourds marqué d’harmoniques heavy-métal et d’un feeling bluesy bien crade, semblent donner la réponse aux 3 hurleurs aussi différents que complémentaires. « Voices of omens » est un hymne au métal des bayoux, ni plus ni moins.


El-PI’ll Sleep When You’re Dead
En matière de hip-hop cette année, ce El-P est parmi ce qui est sorti de plus excitant cette année. Le producteur a mis les petits plats dans les grands en s’éloignant de son hip-hop originel et en expérimentant à l’envi, brisant les barrières propores à ce style. Résultat : un cockatil explosif de sonorités en fusion dans un magma hip-hop de grande classe.

The OceanPrecambrian
Projet ambitieux que ce double album, l’un dans la continuité du précédent, l’autre jouant la carte de l’exploration de nouveaux horizons. Pari hautement réussi, ce nouvel album installe le collectif allemand des les hautes sphères d’un métal/hardcore qui brasse large et qui voit loin. Une tuerie, en deux mots.


DirgeWings of Lead Over Dormant Seas
Actifs depuis bientot 15 ans, les Français n’ont pas attendu la venue de la scène post-hardcore pour se construire un son et une marque de fabrique propres. Ce double album est un sublime voyage s’adressant à ceux qui voudront bien en faire partie, l’introspection étant privilégié pour s’assurer l’enivrement de ces paysages sonores qui en valent fortement le détour.


Amon TobinFoley Room
Le génie brésilien de l’eclectro revient avec un album où il se fait chef-d’orchestre d’une symphonie incontestablement cinématographique où les idées fusent pour un foisonnement de sons provenant de nulle part mis bout à bout pour le confectionnement de cette oeuvre aussi pointue que digeste. Et c’est ça qui est fort.


Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *