Bilan 2007 pilou

Pas de commentaires      713

2007 n’aura pas été une grande année pour moi, principalement à cause de mon désintérêt progressif de pas mal de courants musicaux. Par ailleurs, nombre de disques qui seront ou ont été encensés cette année tomberont dans les oubliettes de l’histoire d’ici peu, la faute à une surabondance que je commence à estimer relativement néfaste. Loin de vouloir faire le vieux con (je le suis, je le sais), je regrette un peu l’époque où il n’était pas si facile de sortir un disque, où il fallait en baver avant de sortir une simple demo. Ca permettait d’écrémer un peu…Néanmoins, malgré mon ton désabusé, il reste quelques pépites qui entretiennent l’espoir et me font penser que décidément, la musique aura toujours quelque chose à dire.Voici donc mon top 10 , pas d’ordre si ce n’est alphabétique, juste 10 coups de cœur pour cette année 2007 qui je l’espère vont, eux, perdurer.

Concerts

Neurosis (Hell Fest) : un moment de grâce. L’un des meilleurs concerts de ma vie.
Ephel Duath (Hell Fest) : peur de l’absence du bassiste. Que nenni, la grande classe aussi !
Napalm Death (Loco/Paris et Hell Fest) : Napalm, quoi ! Machine de guerre…
Ramesses / Unearthly Trance (Gambetta/Paris) : du gros riff enfumé qui écrase tout sur son passage.

Futur

Black Shapes Of Nexus (Allemagne)
Kickback
Ephel Duath
L’album acoustique des Young Gods
Earth

Autres

Disques qui sont tout juste derrière, pas très loin : Blut Aus NordOdinist / YearningMerging into landscapes / l’étonnant OrthodoxAmancer en puerta / Anaal NathrakhHell… / MayhemOrdo ad chaos / The Young GodsSuper ready fragmenté

Au regard de ma liste, que des groupes déjà confirmés…. Est-ce là un hasard ?

Albums de l’année

Arkhon InfaustusOrthodoxyn
Orthodoxyn est probablement pour moi le meilleur disque metal sorti cette année, ni plus ni moins. Une ambiance oppressante, une grande variété d’écriture, une musique ultra sincère puissante et extrèmement réfléchie. Tout simplement mortel et d’ores et déjà une référence ultime en matière de black/death.


Deathspell OmegaFas, Ite…
Effet prévisible d’un nouveau Deathspell qui sort des sentiers battus : 2 camps de fans farouchement opposés se créent. Deathspell trace sa route et se fout de ces polémiques inutiles autant que stériles et accouche là d’un disque de très très haut niveau. Ambiances, riffs destroy, visuel magnifique, profondeur d’écriture. Un groupe exceptionnel pour une musique qui ne l’est pas moins. Ne pas regarder derrière, ne pas se répéter, avancer, toujours. On verra qui restera à la fin (mais est-ce là un but ?).

Electric WizardWitchcult Today
Le Sorcier Electrique est encore vivant. Moins cradingue dans le son qu’auparavant, le sauce prend néanmoins toujours. Comment résister à ces volutes de fumées diverses apportées sur un plateau de distortion énorme ? Un groupe génial pour un disque qui mérite plus d’efforts que ses prédécesseurs pour pénétrer ses arcanes, mais tout aussi jouissif. Incontournable.


KronosThe Hellenic Terror
Kronos c’est un peu mes chouchous du death français, je les suis depuis avant même leur premier disque. Une fois de plus, la machine de guerre vosgienne revient en force. Riffs acérés, soli endiablés, batterie montée sur du 220… La grande classe brutal death, comme le confirme leur récente signature chez Neurotic.

MembraneStory of Blood and Violence
Le trio franc-comtois fait perdurer à sa manière la scène noise française. Ancrée dans les 90’s, leur musique n’en est pas moins d’une actualité brûlante, d’une urgence imparable. Le travail de Nicolas Dick au son est remarquable. Avec ce 2ème album, Membrane s’inscrit comme l’un des ténors français en matière de noise-core.


Napalm DeathSmear Campaign
Tel le Phénix qui renait de ses cendres, Napalm semble inarrêtable. Ce Smear campaign ose une ouverture vers d’autres horizons et pourtant le pur Napalm est là, gorgé de hits imparables. Plus le groupe vieillit, meilleurs sont ses albums. Un exemple à suivre et définitivement un groupe hors normes ! Bougres d’anglais !


NeurosisGiven to the Rising
Certes ce n’est pas le meilleur Neurosis, mais même sans ça, les maitres américains enfoncent toute concurrence. Riffing reconnaissable entre 1000, voix flippantes, ambiances à couper au couteau. Neurosis, le groupe le plus influent des années 2000, et ce n’est que justice.


OxbowThe Narcotic Story
Probablement le disque non-métal de l’année pour moi. On touche là au génie à l’état pur, génie qui a nécessité 4 ans pour peaufiner, retravailler tout dans les moindres détails. Résultat, un album extrèmement touchant et personnel. Oxbow fait partie de la race des seigneurs, et peut se targuer de pouvoir foutre la nique aux genres musicaux et mettre une fessée aux coreux comme aux blueseux. Magique.


RamessesMisanthropic Alchemy
Du doom cradingue à souhait, des riffs plombant, des arpèges subtils, une voix possédée. Les anglais sont les maitres incontestés du doom. Le Sab’ peut s’enorgueillir d’avoir engendré de bien beaux rejetons.


UnsaneVisqueen
Ecouté sur le tard, Visqueen s’est imposé insidieusement dans mon top 10. Un blues urbain dégueu, un son gros comme ça, un groove hypnotique. Unsane au meilleur de sa forme. Tout simplement incontournable !


Du meme groupe

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *