Parkway Drive – Horizons

1 Commentaire      1 192
Style: metalcore / deathcoreAnnee de sortie: 2007Label: Epitaph Records

Parkway Drive : voilà bien un groupe dont j’avais entendu parler par-ci par-là, mais sur lequel je ne m’étais jamais trop penché. J’ai donc profité de la sortie de leur deuxième effort studio pour rectifier le tir, et je dois avouer que j’ai plutôt été surpris en bien.
Ce groupe de jeunes Australiens formé en 2003 à Byron Bay pratique un metalcore / deathcore bien couillu, pas forcément hyper original, mais qui a au moins le mérite d’être efficace et très bien pratiqué.
Avec son deuxième album, le groupe redonne une bonne bouffée d’air frais à une scène en constante perte de vitesse et qui peine de plus en plus à proposer quelque chose d’intéressant.
Soyons clair d’entrée de jeu : si l’innovation n’est pas le point fort de cet album, on peut aisément dire que nos cinq compères savent où ils mettent les pieds et font preuve d’une maîtrise de leurs instruments qui leur permet de proposer des compositions intenses et d’une efficacité indéniable.
Une fois la courte intro Begin terminée, les choses sérieuses débutent avec un The siren’s song rentre-dedans à souhait et qui plante le décor pour les trente-huit minutes qui vont suivre.
Avec un duo guitaristique qui propose à la fois une déferlante de riffs assassins et un bon nombre de parties mélodiques (soli, tapping etc …) ainsi qu’une section rythmique qui oscille entre tempo endiablé et des breaks d’une lourdeur inouïe, le groupe peut aussi compter sur l’excellente prestation de son chanteur, qui aligne les variations entre chant hurlé, crié, et les growls, comme Georges Bush collectionne les gaffes.
Les réfractaires au chant clair seront d’ailleurs heureux d’apprendre que le groupe n’est pas passé du côté obscur de la force, et n’a pas cédé à la tentation d’ajouter des passages teintés de guimauve, qui n’ont honnêtement rien à faire au milieu du déluge sonore qui s’offre à l’auditeur.
Les rares moments d’accalmie sont du ressort des guitares qui proposent quelques incartades en son clair, ou autres soli mélodiques qui apportent un certain relief à des compositions généralement très sombres et agressives.
Si le groupe fait preuve d’une maîtrise indéniable au niveau technique et sur le plan de l’exécution de ses morceaux, il peine à sortir des sentiers battus et une certaine lassitude peut s’installer chez l’auditeur amateur du genre à partir de la seconde moitié du disque.
Il faut dire qu’après quelques titres, le schéma de composition de nos cinq Australiens commence à montrer ses limites, et l’effet de surprise n’est plus tellement de mise. Le tout reste efficace, mais à partir d’un certain moment, il est impossible de faire fi d’une sensation de déjà entendu qui commence à s’installer.
Hormis cette petite anicroche, on est bien en présence d’un album qui envoie sec et qui ne s’encombre pas d’artifices. Les titres sont concis, directs, et taillés pour la scène.

Vous aurez donc compris que même si cet album ne révolutionne pas le petit monde du metalcore, il n’en est pas pour autant désagréable et offre un très bon mélange de groupes tels que As I Lay Dying (période Frail words collapse), At The Gates, Heaven Shall Burn, ou encore The Acacia Strain.
Alors si vous êtes à la recherche d’un album pas trop prise de tête, qui ne nécessite pas quinze mille écoutes pour être assimilé, et qui fait office de défouloir du début à la fin, je pense que cette nouvelle réalisation de Parkway Drive fera l’affaire sans problème.

  1. begin
  2. the siren’s song
  3. feed them to the pigs
  4. carrion
  5. five months
  6. boneyards
  7. idols and anchors
  8. moments in oblivion
  9. breaking point
  10. dead man’s chest
  11. frostbite
  12. horizons
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. Chewy says:

    Mwé alors là j’ai entendu bien mieux. En fait c’est surtout cette histoire de chant clair qui m’a gêné. Il faut dire que c’est très vilain, dommage car sinon ça bastonne pas mal.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *