Skindred – Roots Rock Riot

3 Commentaires      1 255
Style: ragga/neo metalAnnee de sortie: 2007Label: Bieler Bros

Les anciens Dubwar, groupe anglais ayant habilement mélangé reggae/ragga et punk dans les années 90, ont reformé au début des années 2000 un groupe nommé Skindred positionné lui dans une fusion ragga/metal plus burnée mais aussi plus accessible et jumpy grace à une nouvelle inspiration néo metal, clairement boostée par une injection de patate ragga. On est donc dans un registre accessible, basé sur des rythmiques basiques mais groovy et puissantes. Ca peut paraitre guère engageant au premier abord mais la musique du groupe est également tirée vers le haut par son chanteur Benji, pile électrique dont la voix aux intonations black alterne entre phrasé rythmé ragga, cris rageurs et growls, ainsi qu’avec des refrains mélodiques en forme d’hymnes. Le groupe a eu un parcours bizarre, leur 1er album, Babylon, sorti en 2002, a été réédité plusieurs fois depuis sur différents labels, le groupe continuant en parallèle à tourner. Leur réputation scénique est donc déjà bien établie, la musique dynamique du groupe et le talent de showman de leur chanteur font de Skindred un groupe scénique par excellence, et c’est peut-être là où ils sont les meilleurs, car sur album leur musique peut se révéler un peu pénible sur la durée malgré des premiers abords engageants.

Les 3 premiers titres, jusqu’au single « Ratrace » mettent en effet directement dans l’ambiance, ce dernier étant bien choisi car paroxysme de l’efficacité, les couplets ont des rythmiques bien sautillantes, aux cassures rythmiques typiquement ragga, la guitare s’y ajoute pour faire monter la sauce jusqu’à un refrain entêtant au riff fusion. Avant ça, « Roots Rock Riot » envoie un bon riff à l’esprit punk, « Trouble » assure bien dans un esprit plus rock alternatif au son bien puissant avec toujours cette voix caractéristique, cette fois plus mélodique. Ensuite, après le donc terrible « Ratrace » et son hybride moitié ragga moitié metal, « State of Emergency » tourne à l’aigre, et l’ambiance aura du mal à remonter, les refrains plus pop facile se succédant. Après ce passage à vide poussif sur 5 titres où on sent sérieusement le manque d’inspiration, ça ne repartira pas avant un « Spit Out the Poison » incisif, où Benji démontre ses talents vocaux tout en variations, qui remet dans la danse, les titres suivant poursuivant dans une veine bien énergique avec des titres plus inspirés.

Ce qui est sûr avec cette musique, c’est que je trouve ça bien gai, limite si ça ne me fait pas marrer, en tous ça ça me met le sourire, et encore plus en imaginant un true blackeux qui se complet dans l’adoration des démos de groupes les plus découvrir le « black metal » en écoutant Skindred. Après les Bad Brains, Fishbone, Living Colour, RATM, ou FFF pour la France, c’est toujours sympa de voir un groupe rock au propos bien burné mené par un afro-humain qui en veut et injecte vraiment un esprit black dans sa musique tout en conservant intacte l’énergie communicative du metal/fusion.

Le style en rebutera plus d’un c’est certain et l’album est loin d’être parfait (plages 4 à 8 très en deça du reste), la déception est quand même au rendez-vous, malgré quelques titres très réussis. On lui préfèrera le 1er album du groupe, ce Roots Rock Riot n’en devenant pas assez exceptionnel pour mériter d’être conseillé à quiconque qui ne soit pas déjà curieux de découvrir ce groupe sur la base de son style à cheval entre néo et ragga, mais c’est toujours bien mieux que des groupes du genre Nonpoint, (hed)pe ou Babylon Pression, d’autant que Skindred gardent une crédibilité formée par 15 ans d’activisme de la rencontre des cultures.

  1. roots rock riot
  2. trouble
  3. ratrace
  4. state of emergency
  5. alright
  6. destroy the dancefloor
  7. rude boy for life
  8. killing me
  9. spit out the poison
  10. cause ah riot
  11. ease up
  12. choices and decisions
jonben

Chroniqueur

jonben

Krakoukass et moi avons décidé de créer Eklektik en 2004 suite à mon installation à Paris, alors que disparaissait le webzine sur le forum duquel nous échangions régulièrement, ayant tous deux un parcours musical proche entre rock et metal, et un goût pour l'ouverture musicale et la découverte perpétuelle de nouveautés. Mes goûts se sont affinés au fil du temps, je suis surtout intéressé par les groupes et styles musicaux les plus actuels, des années 90s à aujourd'hui, avec une pointe de 70s. J'ai profité pendant des années des concerts parisiens et des festivals européens. J'ai joué des années de la guitare dans le groupe Abzalon. Mes styles de prédilection sont metal/hardcore, death technique, sludge/postcore, rock/metal prog, avec des incursions dans le jazz fusion et le funk surtout, depuis une île paumée de Thaïlande. 

jonben a écrit 497 articles sur Eklektik.

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. krakoukass Krakoukass says:

    Tout d’accord avec la chronique, album sympathique, mais pas du niveau du premier qui était une bombe dans le genre.

  2. georges abitbol says:

    Qu’est-ce que Babylon Pression vient faire dans cette chronique? Leur style actuel n’a plus rien à voir avec le ragga métal…
    Pour Skindred sinon, je n’ai pas écouté cet album, mais le premier album me paraissait déjà assez hétérogène, avec quelques hauts et pas mal de bas.

  3. Nico says:

    Raaaaaaaah Dubwar, c’était bon ça!! Enemy makeeeeer

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *