Deftones – Around the Fur

deftones-around-the-fur-album-cover

Ce deuxième album du groupe de Sacramento est, on peut le dire selon la formule consacrée, celui de la consécration. Around the Fur est la bombe qui a propulsé Deftones sur le devant de la scène (neo)metal mondiale. Même s’ils avaient déjà fait une tournée internationale après la sortie de leur premier effort studio, c’est bien avec ce disque et cette pochette un brin racoleuse qu’ils explosent à la face du monde.

Alors qu’Adrenaline était l’aboutissement d’un travail de maturation long de presque 7 ans, Around The Fur a été composé dans l’urgence en à peine deux mois… D’où le côté spontané des compositions, leurs accroches directes et le recours – sans complexe – aux mélodies qui se faisaient pourtant rares auparavant. Les bombes pleuvent: « My Own Summer », « Around The Fur », « Lotion »… Lorsqu’il n’éructe pas, Chino Moreno n’hésite pas à « chanter », à s’essayer à des lignes aériennes, ce, pour notre plus grand bonheur. Les références en la matière sont surement les chansons « Be Quiet and Drive » et « Mx »; chansons qui s’avéreront par la suite n’être que les prémisses du gigantesque White Pony. Mais Chino ne fait pas que crier ou chanter. Il chuchotte, marmonne, sussure, là, tout près de nous, presque à notre oreille. Dans ce registre, des perles de rock crépusculaire comme « Dai The Flu », « Mascara » en ont fait chaviré plus d’un(e).

Sinon, on trouve l’incendiaire « Head Up » avec un featuring de Max Cavalera. Chanson où, sur le refrain, ce dernier crie ces mots: « Soulfly! Fly High! »… Soulfly qui est devenu le nom de son nouveau projet à suivre et que l’on connaît tous maintenant. Passons.

Cet album est remarquable pour plusieurs choses: il est fondamental dans l’histoire du neo-metal. Avec cette batterie lourde et groovy, ce son de guitare compressé, il est emblématique de cette période … Même si en même temps il est à part. En effet, Deftones a toujours été très différent de Korn, Slipknot, Limp Bizkit ou encore System of a Down, pour ne citer qu’eux. Deftones sonne plus « hardcore » (avec pleins de guillemets) et est plus mélodique. Deftones, déjà ici, sonne plus « indé », voire même plus « rock ». Doit-on rappeler que le quintet (quartet?) a influencé toute une frange de la seconde vague « emocore » avec des groupes comme Finch ou Poison The Well?

Si cet album a eu tant de succès c’est surement grâce à son juste dosage entre pistes énervées et pistes plus mélodiques; cette alternance entre passages sincèrement écorchés/énervés et passages plus nuancés, plus fins. Surtout, cet album révèle un chanteur hors-pair: Chino Moreno qui, même s’il ne chante pas encore juste sur scène, surprend avec une voix versatile, véritablement touchante, capable de mélodies originales et de cris imparables.

Around The Fur: un must-have et un VRAI classique!

Tracklist :

  1. my own summer (shove it)
  2. lhabia
  3. mascara
  4. around the fur
  5. rickets
  6. be quiet and drive (far away)
  7. lotion
  8. dai the flu
  9. headup
  10. mx
  11. damone

7 commentaires

  1. incontestablement le maître-étalon du nu-metal. Difficile de faire mieux dans le genre. Un album qui a su créer des vocations par milliers et qui demeure encore aujourd’hui insurpassable en terme de compromis efficacité / urgence / émotion. Je n’ai jamais été vraiment fan des def’ mais cet album défonce ça c’est sur !

  2. Un classique, avec plein de titres parmi les meilleurs du groupe (« my own summer », « around the fur », « head up » et bien sur « be quiet and drive »), un de mes préférés de ce groupe à tort classé dans le mouv’ néo-métal (car sont bien plus que cela).

  3. L’album de néo-metal parfait, sans le moindre temps mort…. Si il ne devait en rester qu’un, ce serait celui-là!

  4. L’emotion a fleur de peau non stop, une énergie spontanée, Deftones a produit là une perle , tout autant que l’album suivant, plus travaillé mais plus lisse également. Un de mes plus vieux amours musicaux à qui je n’ai jamais tourné le dos.

  5. Ce serait vraiment excellent si il n’y avait Moreno. Je peux pas encaisser la voix de ce mec. J’y peux rien, c’est comme ça. Le bois vert, les tomates et injures, c’est par ici.

  6. attention un parpaing !!

  7. Moins bon que Adrenaline mais excellent tout de même.

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • marmozets-theweirdandwonderfulkrakoukass | 20 décembre 2014
    Marmozets – The Weird And Wonderful Marmozets
    Vraiment bon cet album, avec des moments bien rageurs et d'autres plus "pop". Avec leur moyenne d'âge de 18-19 ans, ils ont de l'avenir.
  • LP_cover.inddshaq | 18 décembre 2014
    Vanhelgd – Relics of Sulphur Salvation
    Bien d'accord avec le début de cette chro, 2014 a été une bonne année pour le Death-Metal (même si je ne reste pas convaincu par la prestation de Mr Holmes), et voilà une offrande qui va clore mon Necronomicon 2014 avec majesté. Moins la claque que pour Horrendous ou Morbus Chron, mais je ne doute pas qu'avec le temps il ...
  • Guilty-Pleasures_Photo-credit-Hannah-Woodcockjoss | 04 décembre 2014
    Guilty Pleasures 2014
    Quoi ? rien sur Metronomy et The Do ???!!!
  • bbng-iiibeunz | 01 décembre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    excellent ! merci pour le partage ! :)
  • bbng-iiiAER | 30 novembre 2014
    BADBADNOTGOOD – III
    Pour les amateurs, une "cover" magistrale de BBNG de Future Islands "Waiting on you" https://www.youtube.com/watch?v=FWyJEhMHFdM#t=79
  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!