Raw Radar War – Double Equals

1 Commentaire      1 128
Style: sludge & crustAnnee de sortie: 2007Label: Shifty Records

On avait laissé Jonah Jenkis errant entre les marches, prenant récemment quelques vagues pour le plaisir et poussant quelques figures de style vocales sur les écumes des Rest Inside The Flames de 36 Crazyfists ou du No Heroes de Converge sur la très éthérée « Grim Heart/Black Rose », c’était lui qui venait vous dégobiller aux oreilles son trop plein de karma.
Mais c’était aussi oublier que Jonah en avait fait mouillé plus d’un dans son caleçon à la fin des années 90 avec des groupes aussi injustement oubliés que Milligram ou Miltown, les aficionados ne seront pas déçus car avec Raw Radar War l’américain revient remettre les pendules à l’heure les poings vissés comme des accents circonflexes sur les syncopes acoustiques qui bouleverseront vos petites écoutilles.

Passé l’appréhension du palindrome de la terminologie du nom du groupe on pouvait s’attendre à une attaque intellectuelle de la musique projetée, et finalement en substance on retiendra raw et war, deux concepts qui s’animeront avec une verve toute symptomatique dans le fond du bocal.

Pas de fioriture, pas de guirlandes au sapin, la conquête spartiate flashysante fait le siège de la citadelle de votre cervelet en roadster dopé à la nitroglycérine.
On aurait pu penser que Jenkis aurait à l’idée de nous refaire péter la petite formule de Milligram nous assénant avec son nouveau groupe un mix déjà expérimenté et prêt à l’inflammation fait d’un cocktail savamment appris sur le tas à l’école Unsane meets Neurosis mais il semble que Raw Radar War a préféré puiser ses racines dans l’école punk et a su habilement l’habiller de son aura crust plus contemporaine, on voit se mêler dans le retour de flamme le spectre d’un Discharge frappé d’un clou de Minor Threat sur un lit abrasif d’Extinction of Mankind monté en neige façon Black Cobra.

Mais le breuvage n’aurait pas eu cette saveur si le trio n’avait pas fait couler son offrande dans un ciment de houille, avec l’énergie du forcené près à se faire sauter à la dynamite accrochée au bide en pleine réunion du G8, l’urgence ne dénature pas la portée de la rondelle et c’est avec une certaine efficacité pachydermique que Raw radar assène les coups à faire pisser du nez le plus intouchables des poids lourds, efficacité jamais démentie, surexploitée, mais très justement nuancée, car dans cet assemblage rageur où les coups de crocs percent les armures il y a toujours la place pour placer un dégueuli bien sludge et poisseux flirtant avec le doom jamais très loin (« Truckloads of ammunition ») sur un fond de guitares bien fuzzy à vous décrocher la mâchoire au coin d’un break tout ce qu’il y a de plus légitime.
Gros son, gras, puant et pateux, mais musique véloce, ambivalence fondatrice, la bête est armée et se meut comme un toréador dans un décor zombifié, Jenkis dégobille ses tripes avec une férocité bienvenue et l’acharnement dont fait preuve le terroriste amène forcément à se prendre au jeu.

Double equals est un incontournable, un disque propagandaire d’une cause molotov hardcore qui en a, on entend de plus en plus parler de metalcore en fourrant derrière cette étiquette tout et n’importe quoi et si vous aussi vous avez besoin de recadrer, n’allez pas chercher midi à quatorze heures, ça tient en trois mots : Raw Radar War.
Bombastic.

 

Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

Commentaire

  1. fewz says:

    Je devais l’écouter depuis belle lurette ce disque! Merci pour le rappel Guim!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *