Sacrilegious Impalement – Sacrilegious Impalement

2 Commentaires      827
Style: black/death metalAnnee de sortie: 2007Label: Blasphemous Underground

Tu es jeune, tu es plein d’entrain dans ta quête de sensations fortes mais tu ne sais pas toujours par où commencer car tu n’as découvert la musique extrême que récemment. Tu as plus ou moins assimilé la distinction death metal et black metal : d’un côté on viole des chèvres mortes étouffées par le pus de leur chancre, de l’autre on urine avec frénésie dans le vin de la messe et on éternue avec délectation sur les hosties. Mais parfois la frontière n’est pas aussi claire et nette et on tombe sur des groupes au patronyme ambigu. Et là, pour qui n’a pas l’œil affûté, il n’est pas toujours aisé de faire la part des choses.
Prenons le cas des belliqueux Finlandais Sacrilegious Impalement : d’un côté, la référence à l’empalement t’amène à penser que les vocaux vont être caverneux, la musique grassouillette au niveau des hanches et qu’il n’est pas impossible que ça groove ; de l’autre, le sacrilège ne peut manquer de faire penser à une bande d’ecclésiastico-pyromanes. Et que fait-on dans ce cas là ? Ben on regarde la pochette, les bleus ! Et la pochette ben elle nous montre un monsieur pas frileux (torse poil en Finlande oh !), qui sait même pas boire proprement le sang du curé et prêt à empaler, dans un accès de sacrilège, quiconque se mettra sur son chemin de Damas inversé. Alors on comprend que c’est plutôt du black metal. Mais comme la vie est bien faite, quand on écoute, on découvre une musique black/death prête à sodomiser la moindre mouche à merde qui rôde ou à déverser son torrent de haine sur la gueule de chaque blaireau faisant office de congénère. La boucle est bouclée, tout se tient, tu as gravi un échelon sur l’échelle de la Connaissance.
En revanche, ne crois pas que ce premier EP de Sacrilegious Impalement soit la première manifestation d’un genre nouveau. Quantité de groupes sont en effet passés par ce sentier bien balisé depuis bientôt 20 ans. Mais ne crois pas non plus que de cette circonstance découle une inutilité intrinsèque de ces âmes noires. Tant que la musique parvient à provoquer le sentiment qu’elle ambitionne d’incarner, c’est bon à prendre.
J’ai un de ces rhumes et une de ces envies de pisser moi tout d’un coup…

  1. sacrilegious impalement
  2. infinite darkness
  3. prophet of misanthropy
  4. eternal agonies

Chroniqueur

Darkantisthène

Il est né, il a chroniqué, il est mort, aurait pu dire Heidegger si... j'étais mort, si Heidegger était vivant et s'il s'était intéressé à ma prose autant qu'à celle d'Aristote. Et il n'aurait pas été à une connerie près le père Martin parce qu'avant de chroniquer, et après être né, figurez-vous que j'ai vécu ; et écouté de la musique.

darkantisthene a écrit 276 articles sur Eklektik.

Du meme groupe

Vous pourriez aussi apprécier

2 Commentaires

  1. Joss says:

    elle est drôle cette chro !

  2. AlCheMist says:

    Un Darkouille en grande forme, mes respects !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *