Tanen – Fragments

4 Commentaires      1 311
Style: (post)hardcore/screamoAnnee de sortie: 2008Label: Trendkill

Tanen a tout fait comme beaucoup d’autres groupes de hardcore: un artwork signé Derek Hess et un mastering signé Magnus Lindberg (Cult of Luna) et Pelle Henricssen au Tonktenik Studio, à Uméa en Suède. Résultat, la pochette est jolie mais convenue, le son béton mais convenu.

Voilà pour la forme quant est-il du fond? Tanen joue un screamo/hardcore newschool excellement bien exécuté. Quelque part entre Converge, At The Drive-In, Norma Jean et Cult of Luna. Les musiciens sont en place. Rien ne dépasse. Aidés par leur son nickel chrome, il n’y a qu’une chose à dire: ça envoit! En plus de ça c’est technique et mélodique. Les alternances entre mélodies et plans plus violents fonctionnent bien, aucun souci là-dessus. Le chanteur est en forme. Une grosse voix bien méchante. Il n’y a rien à signaler… Ou presque. Tout est là. Que manque-t-il? Ou plutôt que devrait-on enlever? Première chose, le chanteur est trop en avant, trop présent. Au passage, la partie en « chant clair » sur la quatrième piste, on aurait pu évité. Ca casse vraiment quelque chose. C’est dommage. Deuxième chose, corrolaire à la première, l’ensemble est écrasé par le chant omniprésent. Préserver de plus longues parties instrumentales aurait donné plus de relief; chaque élément (et tout l’ensemble) aurait été largement réhaussé. Troisième chose, et là c’est un grosse faute de goût (on a peut-être pas le même humour, OK, mais là c’est vraiment une faute de goût) cette chansonnette incongrue façon Brassens en guise de deuxième (sic) chanson cachée!

Au final, ces poitevins m’ont surpris et assez agréablement je dois avouer. C’est d’ailleurs avec curiosité que j’attends d’écouter leurs prochains méfaits. Malgré tout, je me dois de faire une dernière critique : j’espère voir plus de personnalité la prochaine fois car comme le laissait présager l’artwork et les noms sur la pochette, la musique est formatée, prévisible. Je suis désolé, encore une fois, de constater que le fond peut parfois se lire à la surface des choses.

  1. epinephrine part1
  2. la porte des songes
  3. labyrinthe
  4. sept secondes
  5. fight
  6. epinephrine part2
  7. lycanthrope
  8. corps à corps
  9. la torpeur
  10. sortilèges
  11. fragments
Up Next

Du meme groupe

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

4 Commentaires

  1. kaosworks says:

    globalement d’accord, mais au final j’ai trouvé ca vraiement tres agreable, avec des tres tres bon titres ( lycanthrope ), meme si le chant clair sur la 4, outch…

  2. baboulinet says:

    ça le fait bien bordel!
    premier groupe français avec une pochette de Hess non?
    il en fait de moins en moins j’ai l’impression……
    faut que je check l’album……..et d’accord avec kaosworks….lycanthrope déboite……..et le son est nickel!

  3. ibmmailcanad says:

    every into the yard, a real Behind my chunk

  4. nightday says:

    having then did by helping we watched him.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *