The Cnk – L’Hymne à la Joie

3 Commentaires      3 260
Style: electro wagnerienAnnee de sortie: 2007Label: Season Of Mist

J’avais vraiment aimé à l’époque le premier album de CNK datant quand même de 5 ans qui officiait dans un registre black/indus bien bourrin et bas du front. C’est donc avec joie que j’ai appris le retour de la formation après les départs de Hreidmarr successivement d’Anorexia Nervosa et de Crack Ov Dawn.

Nouvel album, nouveau nom comme pour le moment à chaque fois avec le groupe Count Nosferatu étant devenu CNK, acronyme d’abord de Count Nosferatu Kommando puis de Cosa Nostra Klub. Une évolution de nom en rapport avec l’évolution musicale proposée par le groupe et une évolution de style graphique passant d’un style industriel guerrier à un style de propagande militaire proche d’un Deathstars et qui leur auront valu quelques menus soucis de distribution.

Bref, on papotte on papotte mais 5 ans après, CNK c’est quoi ? Ben c’est pas pareil, déjà. Le côté indus martial est parti en vacances sur la côte et est remplacé par le fruit d’une copulation hasardeuse entre un gramophone et un synthétiseur. Plus clairement on a ici le mélange entre de la musique classique et de l’électro sévèrement burné accompagné de la douce et sympathique voix de Nico que nous connaissons si bien. Un mélange aussi hasardeux sur le papier tiens finalement très bien ses promesses et le disque se révèle être un exemple à suivre pour ce genre d’expérimentation.

Même si le coup porté se révèle être moins direct que l’était à l’époque le très sanguin Ultraviolence über Alles cet Hymne à la Joie reste quand même un album assez violent avec des rythmiques électro syncopées, des riffs de guitares tranchants et des passages classiques qui, loin de reposer l’auditeur servent le côté martial de la musique. A ce propos d’ailleurs mention spéciale aux chœurs classiques qui s’intègrent parfaitement à la musique à tel point qu’on jurerait que ceux-ci ont été fait pour. Un peu le même style d’incorporations que celles pratiqués par Hollenthon sur son dernier album si ça peut aiguiller un peu les 2 ou 3 fans d’Hollenthon de la planète (dont je fais partie je le précise).

Côté ville nous avons donc une musique martiale et violente et côté chant (remarquez le jeu de mot) la voix de Nico (puisque son prénom est inscrit sur le dos du cd je me permet ce genre de familiarité) reste conforme à ce qu’il nous servait chez Anorexia ou sur le premier album de CNK et, même si on peut toujours regretter l’absence de modulation de voix de l’intéressé qui se contente finalement de beugler contre tout ce qui bouge, on ne pourra qu’apprécier la qualité de ces dits beuglements. Ce cher Hreidmarr non content d’avoir un des pseudos de musicien le plus pénible à écrire (avec Ihsahn quand même) possède définitivement un des plus beaux organe de la scène hexagonale et je parle bien de sa voix bande de vilains pervers.

Du côté des bémols on citera un « Vote for winners » qui, malgré sa qualité évidente, aurait plus eu sa place sur le premier opus du groupe tant celui-ci se rapproche du style pratiqué par le groupe 5 ans auparavant (et ce malgré un refrain très Hollenthon-esque pour le coup). On notera pendant qu’on y est la relative herméticité (ça existe ça ?) de l’album, qui souffre, principalement à cause du manque de modulation vocale précédemment citée, sur la longueur. Pas forcément évident de s’envoyer presque trois quarts d’heure de hurlements bestiaux surtout quand le support musical est aussi dense.

Bon, il va peut-être falloir conclure alors je n’aurais pas le temps de vous parler de l’artwork que je trouve très original, de la chanson chantée entièrement en allemand, et de mes plants de tulipes dans mon jardin. Dommage…

Bref, CNK nous sort un excellent album, personnellement dans mon trio de tête des albums français de 2007, en espérant juste qu’il ne faudra pas attendre encore 5 ans avant le prochain album…

  1. l’hymne à la joie
  2. cosa nostra klub
  3. the martialist
  4. total eclipse of dead europa
  5. vote for winners
  6. die holzhammermethode
  7. dinner is ready
  8. the doomsday
  9. inexorable parade
Up Next

Groupes cités dans la chronique

Vous pourriez aussi apprécier

3 Commentaires

  1. Ø says:

    Daube.

  2. Uter says:

    je n’ai pas trop aimé cet album, enfin si juste les titres disponible sur le traditionnel myspace, le reste pas du tout :-((

  3. Lex says:

    « je n’ai pas trop aimé cet album, enfin si juste les titres disponible sur le traditionnel myspace, le reste pas du tout »
    Haha, on en tient un de « winner », là, et puis un beau!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *