Ashes Divide – Keep Telling Myself It’s Alright

ashes divide keep telling

Ashes Divide est le nouveau projet de Billy Howerdel, leader chauve de A Perfect Circle.
Bon avec une phrase d’intro pareille je suis à peu près sûr d’avoir gagné quelques clients qui resteront jusqu’au bout de la chronique.
Bien qu’on ne sache pas vraiment aujourd’hui si APC doit être considéré comme en sommeil ou pas, Ashes Divide a le mérite d’apporter une bonne dose de nouveauté à travers ces 11 titres.
Alors, comment s’inscrit Ashes Divide par rapport à APC, me demanderez-vous certainement ?

Pour être clair, les deux projets, même s’ils partagent certaines similarités, sont quand même assez différents, ne serait-ce que dans l’approche.
On retrouve certes ce sens aigu des mélodies vénéneuses et un son proche de celui d’APC, mais le tout se présente à nous dans un enrobage beaucoup plus pop et direct.

La première chose qui frappe inévitablement, c’est que ce n’est pas Maynard Keenan (Tool) qui tient ici le micro mais Billy Howerdel lui-même. Et il faut d’autant plus le souligner, que Monsieur Howerdel (on avait eu quelques aperçus avec APC) chante vraiment très bien, sa voix étant parfois assez proche de celle de Jared Leto (30 Seconds to Mars). La comparaison avec les 30 Seconds ne s’arrête d’ailleurs pas là à mon sens, car s’il est bien une comparaison qui tient la route pour décrire le style pratiqué par Ashes Divide, c’est bien celle-là.
Une pop-rock sophistiquée qui ose parfois quelques incursions timides dans le métal à travers un riff ou un passage de double grosse caisse (comme sur l’excellent « Enemies »), mais qui reste toujours très mélodique, voilà comment la musique de Ashes Divide -comme celle de 30 Seconds- pourrait être décrite.

Alors c’est sûr on ne retrouve pas cette légère complexité progressive qu’APC proposait pour le plus grand bonheur de certains. Pour autant les arrangements valent le coup, les incursions de piano sont vraiment réussies et quelques passages pourraient même sonner un peu indus à la NIN ou électro (discrets) à la Björk (comme sur « A Wish » par exemple). Il y a définitivement de quoi se rassasier sur ces 11 titres : ne serait-ce qu’avec le génial single « The Stone » (allez allez, foncez m’écouter ça sur MYSPACE hop !) qui pourrait bien devenir le tube de l’été sur TF1 (enfin en fait, non). « Denial Awaits », l’excellent « Enemies » (qui était le premier titre dévoilé sur Myspace), le très beau « Ritual » ou l’enlevé « The Prey » sans oublier le presque APCien « Sword », autant de titres qui ne manqueront pas de provoquer le ravissement.

Certes, Howerdel n’évite pas toujours le piège du titre radio friendly, « Too Late » par exemple sonne un peu trop ballade au susucre facile. « Defamed » également sonne un peu Placebo sur les bords et n’est peut-être pas la plus grande réussite de l’album.

Qu’importe, ces 2 exceptions ne nuisent pas à la qualité globale de l’album qui n’empêchera pas d’espérer un retour inspiré d’APC, mais aidera très efficacement à patienter en attendant ce jour!

  1. stripped away
  2. denial waits
  3. too late
  4. forever can be
  5. defamed
  6. enemies
  7. a wish
  8. ritual
  9. the stone
  10. the prey
  11. sword

http://www.youtube.com/watch?v=xQ_Q-GiQ7qY

A PROPOS DE krakoukass

krakoukass Co-fondateur du webzine en 2004 avec Jonben. Adresse de contact : krakoukass@eklektik-rock.com

krakoukass a écrit 676 articles sur Eklektik.

2 commentaires

  1. Excellent album, qui se révèle une magnifique suite à l’histoire APC.

  2. Très belle chansons, j’aime beaucoup.

Laisser un commentaire




XHTML: Vous pouvez utiliser les balises suivantes : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

  • ben-howard - i forget where we werejoss | 25 novembre 2014
    Ben Howard – I Forget Where We Were
    En parfait accord avec la chronique. On sent dès la première écoute qu'il se passe quelque chose de spécial, même si il en faudra plusieurs pour bien s'imprégner de l'album. Pour moi le sommet du disque se situe avec l'enchainement "End of the affair" et le superbe "conrad" qui montre qu'on peut encore, en 2014, faire d'ex...
  • bbKane | 24 novembre 2014
    Bloodbath – Grand Morbid Funeral
    Entièrement d'accord avec la chronique. Une bombasse d'album pour un groupe que je n'attendais pas à ce niveau. L'apport de Nick Holmes est indéniable dans la réussite de ce disque.
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 21 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    ah oui quand même !!!
  • dark fortress_venereal dawnangrom | 20 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Je m'en fais écouter ça de ce pas !
  • dark fortress_venereal dawnkrakoukass | 18 novembre 2014
    Dark Fortress – Venereal dawn
    Ouaip excellent album pour sûr. Ils ont clairement franchi un pallier avec ce dernier opus. Très belle chronique camarade!
  • anopheli-ahungerMadrumo | 07 novembre 2014
    Anopheli – A Hunger Rarely Sated
    Vachement cool comme fusion !
  • kerretta-pirohiabeunz | 05 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Effectivement, ya un côté Russian Circles bien prononcé. Merci pour le retour, ça fait bien plaisir ! Et jette-toi sur leurs albums précédents ! ;)
  • kerretta-pirohiaMarbaf | 02 novembre 2014
    Kerretta – Pirohia
    Ben merde, j'étais passé à côté de ce groupe. Ça me fait penser à Russian Circles. Merci beaucoup pour la découverte (et pour le lien bandcamp).